Le Pays des Sucs au temps de la dentelle

Par O.St mar 15/02/2022 - 07:30 , Mise à jour le 15/02/2022 à 07:30

L’auteure Rolande Giacometti publie son roman intitulé Près d’eux coulait la Loire..., paru aux Éditions Baudelaire.

L’intrigue de ce roman se situe au Pays des Sucs, en Haute-Loire, à l’époque du commerce florissant de la dentelle.

Par Ines Farineau-Reynaud

Au carrefour du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, Retournac vit au rythme de cette activité industrielle qui a fait sa richesse.

La majorité de la population travaille soit a l’usine, soit à domicile.

Les dentellières y sont d’humbles artistes dont le talent est reconnu dans le monde entier grâce à l‘exportation.

Le destin des deux héroïnes embarque le lecteur dans de multiples rebondissements au sein de la commune.

A travers son nouveau roman, Rolande Giacometti nous entraîne dans la vie d’une commune et de ses habitants, en cette période florissante du commerce de la dentelle.

L’auteure nous emmène à la rencontre de personnage attachants, fiers de leurs coutumes ancestrales et de la richesse architecturale de leur environnement. Près d'eux coulait la Loire... nous fait remonter le temps et découvrir une partie de l’histoire de cette magnifique région.

Rolande Giacometti, Près d’eux coulait la Loire..., aux Éditions Baudelaire

Au fil des pages… Extrait

"Elle eut beaucoup de mal à trouver le  sommeil. Trop de pensées et d’événements  tournaient dans sa tête. Pour la première fois,  un gentil garçon lui avait manifesté de l’intérêt.  Lors de ses sorties avec Lucile, elles avaient été  un peu courtisées bien sûr. Mais, bien qu’elle  soit également jolie, sa réserve décourageait  rapidement les jeunes gens alors que Lucile,  coquette, obtenait toujours une petite cour. Ça  amusait Marie Pierre qui ramenait son amie à la  raison.

Quelquefois cependant, Lucile sortait un  certain temps avec un jeune homme et retrouvait  son amie la rupture faite.

Avec force détails, elle  lui racontait des étreintes, exaltée. Soudain, son  engouement passait et elle renvoyait son galant  à d’autres amours. Pourtant un jour, l’année  précédente, son aventure amoureuse dura un  peu plus. Les confidences cessèrent… Avec  inquiétude, Marie Pierre réalisa que son amie  s’était engagée un peu trop loin peut-être. La  rupture arriva cependant comme pour les autres.  

« Je veux vivre autre chose » lui dit-elle… Marie Pierre avait été élevée dans une famille  modeste. Elle avait appris à aimer un temps où  le passé enveloppe les êtres. Sa grand-mère et  sa mère étaient dentellières, ce beau métier  qu’elles lui enseignaient déjà lorsqu’elle était  fillette. 
Depuis les années 1920, Retournac connaissait  six manufactures de dentelles qui employaient  environ cent cinquante ouvrières et faisaient  fabriquer des dentelles à la main à plus de  3 000 dentellières à domicile, dont les femmes  de la famille de la jeune fille faisaient partie. Le  commerce de l’exportation s’étendait jusqu’à  l’Angleterre et en Amérique."
 

 

Vous aimerez aussi