Le nombre de loups pouvant être prélevés vient d'être fixé

jeu 20/07/2017 - 12:59 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:47

Désormais installé en Lozère et en Ardèche, le loup a commencé à se montrer en Haute-Loire en 2014. Pour l'instant, sa présence reste anecdotique.
"Le département n'est qu'un lieu de passage, il s'agit d'incursions ponctuelles", rassurait Hubert Asperti, responsable départemental de l'office chargé de l'observation des loups, en mars dernier. Depuis 2014, seuls huit cas de passage ont été certifiés, et quatre attaques recensées.

----On considère qu'il y a 250 à 300 loups en France, avec une croissance de 20 % par an sur notre territoire. A l'échelle européenne, on recense environ 15 000 loups, la planète terre en compterait 350 000.-----40 loups pourront être prélevés chaque année
L’arrêté signé ce mardi fixe à 40 le nombre de loups pouvant être prélevés. Au-delà d’un seuil intermédiaire de 32 loups, les tirs de prélèvement ne seront plus autorisés. Seuls des tirs de défense ou de défense renforcée pourront avoir lieu, lorsque les loups sont en situation d’attaque et l’éleveur en situation de défense de son troupeau.
En concertation avec les représentants des éleveurs et les organisations non gouvernementales, une étude a été lancée pour mesurer l’efficacité des tirs sur la prédation de l’animal vis-à-vis des troupeaux.

Des déclinaisons locales
Il reviendra au préfet coordonnateur de définir des priorités concernant les tirs de prélèvement afin qu’ils soient mieux répartis tant sur le plan géographique, en fonction des foyers d’attaque, que dans le temps.
Le préfet veillera également à la mise en place de cellules de suivi départementales, en concertation avec tous les partenaires, pour que des mesures adaptées aux situations locales puissent compléter le dispositif national, notamment dans l’accompagnement des éleveurs subissant la prédation.

Le prochain plan Loup pour 2018/2022
Dans les prochains mois, l’ensemble du dispositif sera revu à la lumière des études existantes et dans la perspective de l’établissement du prochain plan Loup - 2018/2022. Ce plan fera l’objet d’une concertation à partir de la rentrée et sera mis en œuvre en janvier 2018.
Il adaptera l’utilisation des outils en place, développera les stratégies de protection et de défense, ainsi que l’accompagnement des éleveurs, que ceux-ci soient localisés dans les foyers d’attaque ou sur les zones où l’espèce tend à se développer et à s’installer.

"Relever le défi de la préservation de cette espèce protégée qui est structurante de nos écosystèmes"
Dans un communiqué de presse adressé à notre rédaction, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, déclare : « Nous devons collectivement relever le défi de la préservation de cette espèce protégée qui est structurante de nos écosystèmes et assurer des conditions d’élevage, en particulier du pastoralisme, sécurisées pour les éleveurs. Cette coexistence doit se construire ensemble et en l’inscrivant dans le temps ».

"Diminuer significativement les actes de prédation"
Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, complète : « Notre objectif commun est de structurer un plan collectif permettant de diminuer significativement les actes de prédation et d'assurer la soutenabilité économique des mesures de protection mises en place pour nos éleveurs tout en permettant la préservation d’une espèce protégée ».

Abattre le loup est un délit sévèrement puni
En octobre 2014, la FDSEA et les JA 43 avaient annoncé qu'ils étaient prêt à remettre une récompense de 1 000 euros pour le premier loup tué en Haute-Loire... une bien maigre récompense par rapport à la peine encourue pour le délit sur notre territoire, en l'occurence la destruction d'une espèce protégée, pouvant aller jusqu'à 150 000 euros d'amende et sept ans d'emprisonnement.

>> Pour aller plus loin, la rédaction de Zoomdici vous invite à vous référer à nos précédents articles à propos de la présence du loup en Haute-Loire : 

*  Le loup est-il un loup pour l'homme ? 02/07/2013

Les agriculteurs en ont marre du grand méchant loup 23/08/2013

Haute-Loire : contre le loup, la guerre est déclarée 20/10/2014

*  Loup : il ne sera pas abattu 21/10/2014

Loup : des tirs de prélèvement pourraient être autorisés sous certaines conditions 27/02/2015 

Haute-Loire : la FDSEA et les JA repartent en guerre contre le loup 01/09/2015

*  Le loup de nouveau dans le collimateur des agriculteurs 15/03/2016

C'est officiel, ce n'était pas des loups 23/03/2016

Loups : le compte n'y est pas 25/03/2016

* Le loup en toile de fond 28/05/2016

* Subventions de l'Etat, pendant que le luop n'y est pas 02/03/2017

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire