Le Haut-Gévaudan hisse ses nouvelles couleurs

Par T.Ch dim 16/05/2021 - 07:00 , Mise à jour le 16/05/2021 à 09:36

Alain Chateauneuf, maire du village de Chanaleilles, ambitionne avec quelques amis de redonner son identité historique et culturelle au Haut-Gévaudan et à sa commune qui a été le théâtre d’un des épisodes phares de la chasse contre la bête. Ils ont créé un nouveau drapeau qui signera la nouvelle identité visuelle des 13 communes de ce pays situé sur la marge de la Haute-Loire.

Alain Chateauneuf a été sollicité de toutes parts en vue des élections départementales, mais il a décliné toutes les invitations.

 “Mon rôle de maire, je le vois ici dans ma commune, sur le terrain que je connais et pour le développement et le bien-être de mes concitoyens. Mon fils me dit  que faire le maire, c’est une folie mais quand on monte des projets comme ceux que nous avons en tête, et que ça avance, c’est magnifique. Moi, je crois que l’on ne peut aller de l’avant que si l’on connaît son ancrage historique et ses racines. Ma commune est à la croisée des chemins (celui de St Jacques mais aussi d’autres chemins plus anciens et tombés dans l’oubli (pour le moment) et elle a été le lieu d’une incroyable chasse à la bête du Gévaudan au 18ème siècle, c’est ce que nous voulons faire revivre en rappelant par différents projets ce qu’est le Haut-Gévaudan” explique t-il d’emblée.

Au départ, l’idée d’un spectacle autour de la bête du Gévaudan 

Depuis quelques années, Alain Chateauneuf, a dans l'idée de monter un spectacle mis en scène par des professionnels qui feraient revivre le Haut Gévaudan du 18ème siècle. Celui de l’époque de la bête qui a fait connaître la province à l’ensemble du pays et qui fait encore aujourd’hui sa notoriété.
Les acteurs en seraient des bénévoles, un peu comme au Puy du Fou mais ce serait aussi différent car il serait itinérant à travers les 13 communes du Gévaudan.
L’idée Gévaudan spectacle n’a pas pris en Haute-Loire. Ce sera finalement en Lozère dès 2022 que le projet  verra le jour, un peu comme lors de l’installation du parc des bisons. Les lozériens ont compris plus vite l’avantage économique et touristique et la dynamique qu’il est possible de tirer de cette initiative.

Alain Chateauneuf, maire de Chanaleilles par passion Photo par Th Chabanon

Un drapeau pour identifier le Haut-Gévaudan noyé dans l'entité géographique de la Margeride.

Cet hiver, ce premier projet en voie de réalisation, le magistrat, enfant de Chanaleilles et Aimé Gaillard, graphiste et enfant de Saugues ont repris l’idée de base pour la décliner sous une nouvelle forme. Il s’agit, cette fois, de lancer une nouvelle charte graphique autour de l’histoire de leur territoire du Haut-Gévaudan fédérée autour d’un drapeau commun aux communes de l’ancien canton qui voudront bien s'y associer.
Nous avons pour projet de créer une association culturelle qui servirait à promouvoir le territoire du Haut-Gévaudan. Pour l'instant nous sommes un minuscule petit groupe: Aimé Gaillard, Alain Chateauneuf . Mais toute personne de bonne volonté pourrait adhérer à notre association” écrivent-ils dans leur charte. “ L'idée a germé avec le projet de signalétique touristique porté par la commune de Chanaleilles. Le Critérium du Dauphiné est venu nous conforter dans cette idée de création de bannières”.

De la bannière est né un drapeau.

Alain Chateauneuf, Aimé Gaillard, Graphic Pub et Marion Plantin secrétaire de mairie Photo par Th Chabanon

Outre l’histoire du loup et celle qui en découle du jeune Jacques Portefaix, héros du village, la commune de Chanaleilles avec la ferme du Sauvage est un point de passage incontournable du chemin de Saint-Jacques. Si le chemin amène sur la commune environ 400 000 euros annuels, il existe selon Alain Chateauneuf un autre potentiel économique pas complètement exploité sur ce territoire du Haut-Gévaudan.

On trouve au rang de ces communes identifiées sur le plan de chasse de 1765 et du Haut-Gévaudan: Auvers, La Besseyre-Sainte-Maire, Chanaleilles, Charraix, Cubelles, Esplantas/Vazeilles, Grèzes, Pébrac, Pinols, Saugues, Thoras/Croisances, Venteuges, Saint-Christophe d'Allier, Saint-Vénérand,

Deux communes qui ont rejoint la communauté d'agglomération du Puy Monistrol d'Allier, Saint-Préjet d'Alllier

A mon sens, il faut que les gens connaissent leur histoire et se reconnaissent dans cette entité historique et les contours de son territoire. C’est pourquoi, nous avons ré-inventé un blason avec les anciennes armes du Gévaudan, soulignées par une vision de la bête basée sur un dessin non publié de Lucien Gire que Blandine, sa fille, a bien voulu que nous utilisions. Le drapeau sera installé sur des monuments emblématiques du Gévaudan et aussi affiché par des entreprises et chez les particuliers  qui le souhaitent”.

Un premier drapeau sur la Tour des Anglais le 15 mai 2021

Un premier drapeau sera installé sur la tour des anglais avant la venue de la course cycliste du Dauphiné Libéré qui arrive à Saugues le 25 mai "cet événement a un peu précipité les choses” reconnait le magistrat. “On en verra un, cet été, sur le château d'Esplantas, puis d'autres, à Chanaleilles, au Villeret d’Apchier et aussi chez tous ceux qui voudront s’en pavoiser, particuliers et entrepreneurs sont les bienvenus” poursuit Alain Chateauneuf.

Par ailleurs, une série de produits dérivés a été imaginée et sera en vente, T-Shirts, casquettes, polos, ponchos de pluie, autocollants pour les lunettes arrières de voiture. On en voit aussi fleurir sur les vitrines des commerçants.

Le drapeau du Haut-Gévaudan est disponible en autocollant et maints produits dérivés Photo par Th Chabanon

Une adhésion très large semble montrer que ce drapeau était  le symbole qui manquait aux gens du Gévaudan, de ce Haut-Gévaudan immergé, noyé dans une entité plus large de la Margeride dans laquelle les “Sauguains” ne se reconnaissent pas complètement.

L’opportunité du plan régional de relance et des idées plein la tête.

Chanaleilles profite aussi du plan de relance régional qui financera 80% d’un autre  projet visant, celui-ci, à promouvoir l’activité touristique sur la commune.
“Nous venons de recevoir l’accord de la Région. Nous y avions réfléchi mais l'opportunité du plan de relance a précipité le mouvement et, on s’est lancé là-dedans aussi. Ça fait travailler les gens d’ici dans l’immédiat et ça viendra aussi en complément de l’activité autour du chemin de St Jacques qui à lui seul représente environ 400 000 euros de retombées pour la commune si l’on estime que chaque marcheur dépense environ 50 euros lors de son passage ici.” explique le maire de Chanaleilles qui espère souffler un peu maintenant que tous ces projets sont sur les bons rails.

Le futur totem de Chanaleilles sera implanté aux entrées de la commune Photo par Aimé Gaillard Graphic Pub

Le projet va consister en  la mise en place de totems à l’entrée des villages de la commune, puis par la création d’un site internet qui recensera les activités et les commerces de la commune, puis encore par la réalisation de pastilles vidéos sur les thématiques fortes de la commune comme sa tourbière qui seront faciles à diffuser sur les réseaux sociaux.

Il est aussi question de la création d'un parcours pédagogique qui animera une ballade vers le Truc de La Garde, qui veille du haut de ses 1486 M. sur la commune de Chanaleilles et qui connait sans doute le fin mot de l'histoire de cette bête légendaire.

Assurément, on  entendra encore parler de Chanaleilles et du Haut-Gévaudan au cours de l'été 2021.

Un des panneaux qui sera présenté le long du parcours pédagogique Photo par Henri Maleysson

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

2 commentaires

du

lun 17/05/2021 - 16:19

Et pourquoi des fleurs de lys ? Saugues et le Gévaudan ne seraient donc plus en France, ni en République ?

Quand au Loup, il est plus que temps de l'exonérer d'une responsabilité qu'il n'a pas, même pour d'hypothétiques retombées touristiques (qui a peur du grand méchant loup, malheureuse espèce massacrée, comme l'Ours ou le Lynx, par des imbéciles)

La "bête" n'était rien d'autre qu'un épouvantable tueur en série, amateur de jeunes filles et de jeunes garçons, un criminel très humain nonobstant son absolue inhumanité.

Le très gothique "haut Gévaudan" s'honorerait en reconnaissant enfin cette réalité et en consacrant  plutôt ses effort de communication à la défense de son environnement naturel et aux espèces menacées, y compris le Loup.

 

 

he

dim 16/05/2021 - 10:21

l'idée du spectacle n'est pas d'hier ; c'est dommage que ce soit la Lozère qui va en hériter. Après les gévaudannais vont se plaindre que le pays se meurt, qu'il faut des subventions sinon le pays va mourir. Le festival celte est là, heureusement.