Le fin gras du Mezenc à l'honneur

Par O.St sam 05/02/2022 - 07:30 , Mise à jour le 05/02/2022 à 07:30

L'exposition vente du fin gras du Mezenc du 30 janvier dernier au Monastier-sur-Gazeille a été un vrai succès de foule.

Après deux années perturbées par le covid qui ont vu l'annulation de nombreux événements conviviaux, cette exposition vente a permis d'aller à la rencontre des éleveurs fin gras, des bouchers et des acheteurs. 

Cette journée avait pour but de réinstaurer la tradition des ventes que l’on connaissait autrefois sur les foires en vue d’inciter les professionnels de la filière (bouchers, acheteurs et éleveurs) à échanger et faire vivre la belle dynamique collective de l' AOP.

Trente bœufs étaient exposés et quasiment tous ont été vendus dès le premier jour.
Les animaux exposés sont âgés principalement entre 2 et 3 ans, leur poids moyen, entre 600 et 700 kg.

Le Fin Gras du Mézenc est une viande de boeuf persillée, c’est-à-dire constellée de pointes de gras intramusculaires, issue de boeufs (30 mois minimum) ou de génisses (24 mois minimum) élevés au foin et à l'herbe sur le terroir du Mézenc et engraissés durant le dernier hiver avec du foin naturel de montagne produit localement. Cette dernière particularité donne en même temps que sa saisonnalité (de février à juin) toute sa typicité au produit.

Ces spécificités ont valu au Fin Gras du Mézenc l’obtention de la prestigieuse reconnaissance en Appellation d’Origine Protégée.

1250 bêtes prévues à la commercialisation pour la saison 2020

Si la production du Fin Gras du Mézenc reste encore modeste, elle a tout de même continué de progresser graduellement au fil des années (environ 1250 bêtes prévues à la commercialisation pour la saison 2020) ; l’élevage concerne la plus grande partie des actifs du massif et l’ensemble de l’économie locale est concerné. Valoriser l’élevage, le métier d’éleveur et boucher, maintenir un environnement préservé est une évidence pour qui veut faire vivre le massif.

Au-delà du monde agricole, la démarche Fin Gras cherche à apporter une notoriété nouvelle au massif en jouant pour tout le massif le rôle d’une locomotive du développement local, notamment du tourisme (deuxième activité du Massif).

Ils sont élevés sur un territoire de 28 communes du terroir du Mézenc

Pour toute AOP, chaque opérateur doit, avant même de commencer à produire, s’engager à respecter les conditions de production en signant la déclaration d’aptitude. Par cette démarche, le producteur déclare remplir toutes les conditions exigées par les décrets de l’AOP et accepte de se soumettre aux contrôles. Tout manquement aux engagements pris à travers la déclaration d’aptitude peut entraîner son invalidation, donc l’impossibilité pour l’opérateur de commercialiser sa production en Appellation d’Origine Protégée.

Ils sont élevés sur un territoire de 28 communes (14 entières et 14 en partie) du terroir du Mézenc délimité par les experts de l’INAO

Quant à l'abattage, il englobe les abattoirs de Privas, Aubenas, Langogne, Yssingeaux et le Puy-Polignac

Les prairies de fauche et pâtures destinées à l’alimentation des animaux prévus pour la production de viande Fin Gras du Mézenc sont toutes situées dans la zone de production.

Les races autorisées sont les Salers, Limousine, Charolaise et Aubrac en race pure ou en croisement entre elles

Les prairies de fauche et pâtures reçoivent un apport fertilisant organique (fumier, lisier, purin) au moins une fois tous les trois ans. L’apport d’azote minéral y est limité à 30 unités/hectare/an.

Les prairies de fauche sont fauchées au moins une fois par an. Seule la première coupe est utilisée pour l’alimentation des animaux destinés à la production de viande “Fin Gras” ou “Fin Gras du Mézenc”. Le foin est séché sur pré et stocké dans des conditions lui permettant d’être identifié des autres foins ne répondant pas aux conditions obligatoires.

Les prairies de fauche et pâtures doivent présenter une flore strictement naturelle. Une prairie de fauche ou une pâture semée ne peut être utilisée pour l’alimentation des animaux destinés à produire de la viande “Fin Gras” ou “Fin Gras du Mézenc” qu’à l’issue d’une période de 10 ans après le semis.

Les races autorisées sont les Salers, Limousine, Charolaise et Aubrac en race pure ou en croisement entre elles.
Le croisement entre une femelle de race "Montbéliarde" ou "Abondance" et un mâle de race"Charolais" ou "Limousin" est également accepté.

La prochaine fête d’ampleur sur le fin gras se déroulera dimanche 6 juin 2022 à Saint-Front.

La liste des bouchers qui commercialisent du fin gras en Haute-Loire est www.aoc-fin-gras-du-mezenc.com

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés