L'Asso des Maires de France 43 indignée devant les décisions de l'IA

Par Nicolas Defay jeu 30/06/2022 - 16:00 , Mise à jour le 30/06/2022 à 16:00

Le 27 juin 2022, l'Inspectrice d'Académie (IA) de la Haute-Loire Marie-Hélène Aubry a annoncé deux fermetures de classes dans les communes de Bas-en-Basset et Craponne. D'après l'AMF : "Ces fermetures n’ont jamais été évoquées (...) et n’étaient nullement à l’ordre du jour des différentes réunions du Conseil Départemental de l'Éducation Nationale". 

Un coup de poignard dans le dos. C'est le ressenti qui se dégage du courrier écrit par le Président de l'Association des Maires de France 43, Bernard Souvignet, envoyé le 29 juin à Marie-Hélène Aubry, l’Inspectrice d’académie des services départementaux de l'Éducation nationale de Haute-Loire.

Cette missive teintée d'exaspération et d'incompréhension revient sur les décisions prises lors du comité technique passé le 27 juin à propos de la carte scolaire 2022. "En cette fin d’année scolaire, vous avez fait savoir aux maires des communes de Craponne-sur- Arzon et de Bas-en-Basset, qu’afin de libérer des postes d’enseignants pour des écoles ayant des effectifs en hausse et nécessitant un encadrement supplémentaire, vous aviez pris la décision de supprimer un poste dans chacune de ces communes, est-il mentionné en introduction. Cette mesure engendrera la fermeture d’une classe de primaire à Craponne-sur-Arzon et d’une classe de maternelle à Bas-en-Basset".

Les directeurs d'école prévenus à une semaine de la fin de l'année scolaire

Mais d'après Bernard Souvignet, (et les syndicats s'exprimant aussi dans le même sens : "Carte scolaire en Haute-Loire ou comment "déshabiller Pierre pour habiller Paul"), aucune indication n'avait été formulée par l'IA (Inspection Académique) concernant ces deux fermetures. "Lors des échanges avec notre association concernant la carte scolaire 2022-2023, ces fermetures n’ont jamais été évoquées, affirme le Président de l'AMF 43. De plus, ces fermetures n’étaient nullement à l’ordre du jour des différentes réunions du Conseil Départemental de l'Éducation National au sein duquel siègent des représentants des maires".

"Je regrette qu’il n’y ait pas eu de réelle concertation en amont avec les élus et déplore que le CDEN* ne soit considéré par l’Education Nationale que comme une simple instance d’enregistrement des décisions des services de l’Etat". Bernard Souvignet 

*CDEN : Conseil Départemental de l'Éducation Nationale

"Nous nous opposons à ces fermetures"

L'Association des Maires de France et des Présidents d’intercommunalité de la Haute-Loire refuse en bloc la suppression des deux classes en question. "Nous nous opposons à ces fermetures et demandons à ce que les postes d’enseignants requis pour permettre les ouvertures de classes dans certaines écoles proviennent d’une toute autre dotation dont vous disposez voire d’une dotation du Ministère de l’Education Nationale mais aucunement de postes « devant élèves »".

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire