Carte scolaire en Haute-Loire ou comment "déshabiller Pierre pour habiller Paul"

Par Nicolas Defay mer 29/06/2022 - 12:00 , Mise à jour le 29/06/2022 à 12:00

Marie-Hélène Aubry, Inspectrice d’académie du département, a partagé les principaux points du comité technique daté du 27 juin 2022. Il en ressort deux créations de classes dans deux écoles distinctes au grand dam de deux autres classes qui, elles, vont fermer. La réaction du syndicat SE-UNSA 43 ne s’est pas faite attendre.

« À l’occasion du comité technique du lundi 27 juin 2022, deux ouvertures de classe étaient à l’ordre du jour. La première à l’école Fay-la-Triouleyre de St-Germain Laprade et la seconde à l’école de Dunières ». Ça, c’est la bonne nouvelle annoncée par l’Inspectrice d’académie des services départementaux de l'Éducation nationale de Haute-Loire.

Mais il y a des contreparties d’importance en échange. « De façon à assurer l’équité départementale, la fermeture de deux classes dont les effectifs de la rentrée scolaire prochaine sont très en-dessous des seuils indicatifs, a été proposée », livre encore Marie Hélène Aubry.

Elle ajoute : « Il faut rappeler que depuis 2010, la Haute-Loire a perdu 2130 élèves du premier degré public, sans qu’aucun moyen ne soit repris par le ministère au département, ce qui en fait un des départements de France parmi les mieux dotés avec 6,35 professeurs des écoles pour 100 élèves ».

Déshabiller Pierre pour habiller Paul, déshabiller Paul pour habiller Jacques ou encore déshabiller Pierre pour habiller Jacques…On trouve plusieurs variantes de cette expression.

Mais quels que soient les saints concernés, toutes signifient la même chose : reprendre d’une main ce que l’on donne de l’autre, payer une dette en en créant une autre, résoudre un problème en en déplaçant les difficultés.

À l’origine, l’expression complète est en fait déshabiller saint Pierre pour habiller saint Paul. Elle daterait du XVIIe siècle, une époque où l’on avait coutume de mettre aux statues des saints une tenue d’apparat dans les églises ou lors des processions.

Et c’est bien avec saint Pierre et saint Paul que l’expression prend tout son sens de déplacer un problème sans le résoudre. En effet, les deux saints, considérés comme les deux piliers de l’Église, sont célébrés le même jour, le 29 juin.

Cette fête est une solennité, c’est-à-dire une célébration liturgique de grande importance. Enlever la tenue de l’un pour habiller l’autre ne servirait donc à rien puisque l’un des deux se retrouverait de toute façon sans vêtements.

« Nous avons voté contre ces propositions pour protéger les écoles citées en fermeture »

Malgré cette justification, les enseignants du syndicat SE-UNSA 43 ont vite compris que 2-2=0. « L’Inspectrice d’académie propose la levée du blocage à la fermeture à Cohade, l’ouverture d’une classe Dunières et à Fay la Triouleyre financées grâce à la fermeture d’une classe à Craponne élémentaire et Bas en Basset maternelle, rappellent-ils. Nous défendons l’ouverture de ces classes et d’autres demandes d’ouvertures sur le département. Cependant, nous avons voté contre ces propositions pour protéger les écoles citées en fermeture et dont la situation n’a jamais été évoquée lors des opérations de carte scolaire en février ! »

« C’est la troisième carte scolaire que Marie-Hélène Aubry gère en Haute-Loire. L’Ecole publique en ressort chaque année de plus en plus affaiblie alors même que le milieu rural est une priorité gouvernementale ». SE-UNSA

Ciel bleu le jour A, tempête le jour B

Remontés, ils grincent fortement des dents dénonçant les méthodes de travail de Marie-Hélène Aubry. « Aucun document fourni au préalable de cette instance du 27 juin ! Suite à notre demande, ils sont envoyés jeudi 23 juin en fin de matinée, accompagnés d’un courrier « nous certifiant qu’aucune mesure de carte scolaire ne semblait se justifier ». Ils affirment alors : « Pourtant, le lendemain même, les Inspecteurs de l’Éducation Nationale prévenaient plusieurs maires d’une fermeture possible de classe sur leur école ! »

Ils déplorent alors : « Que dire de l’état d’esprit dans lequel se sont retrouvés plongés nos collègues en apprenant cette nouvelle à la veille d’un conseil d’école pour certains et d’une kermesse pour d’autres ? Ces collègues qui s’étaient déjà projetés dans l’année suivante par l’achat de matériel, de fournitures, d’inscriptions à des projets et qui vont se retrouver sans poste, sans possibilité de faire un mouvement, les opérations étant terminées ! »

 « 73% ne conseilleraient pas leur métier à un jeune »

« Plus de 71 % des collègues ne se sentent ni reconnus, ni respectés dans leur pratique professionnelle et considèrent avoir des conditions de travail insatisfaisantes, attaquent les membres de l’UNSA Haute-Loire. 73% ne conseilleraient pas leur métier à un jeune de leur entourage et 92% sont en désaccord avec les choix politiques faits dans leur secteur d’activité. »

« Lorsqu’on demande aux collègues quels mots caractérisent le mieux leur état d’esprit aujourd’hui : fatigue arrive en tête avec 32%, suivi par colère et résignation à plus de 16%. En revanche, seulement 1% des collègues ayant répondu se sentent sereins ». SE-UNSA 43

« Nous avons demandé à Mme l’Inspectrice d’académie quand est-ce qu’elle allait prendre la responsabilité de ces chiffres et lui avons signifié qu’elle était responsable de ce mal être inédit en poursuivant sa ligne de conduite actuelle. », livrent les enseignants.

« Elle a d’ores et déjà annoncé qu’elle n’avait pas l’intention de revoir sa copie »

Dépité, le syndicat en question s’indigne de la rigidité dont ferait preuve Marie-Hélène Aubry sur le sujet : « Elle a alerté sur le fait que si le CTSD (Comité Technique Spécial Départemental) se trouvait convoqué suite à un vote unanimement « contre », la prochaine rencontre avec les syndicats des enseignants s’effectuerait le lundi 11 juillet et que le mouvement des personnels n’aurait lieu que fin août. »

Les syndicalistes terminent ainsi : « Elle a d’ores et déjà annoncé qu’elle n’avait pas l’intention de revoir sa copie pour cette date et qu’elle présenterait le même projet de carte scolaire, qu’il y aurait autant d’ouvertures que de fermetures car elle ne prendrait aucun moyen sur les postes de remplaçants ».

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

4 commentaires

ga

mer 29/06/2022 - 20:23

Je vais me faire l'avocat du diable ... Il y a 80 enfants de moins en Haute-Loire que l'an dernier. On ferme deux postes et on en ouvre deux. Bref, il y aura le donc le même nombre d'enseignants. Certes, c'est jamais parfait mais je vis dans un département où les effectifs moyens par classe sont de 30 ... La campagne n'est pas si lésée que ce qu'elle pense.

jc

mer 29/06/2022 - 17:28

pas d'inquietude! faites comme le ministre! les enfants a u college et ecole alsacienne dans le 6è a paris! ce n'est pas gratuiit, mais aux grands maux les grands remedes!

fm

mer 29/06/2022 - 16:16

Macron fait preuve de démagogie en annonçant des moyens supplémentaires pour l'Education Nationale car la réalité est celle-ci: une réduction des moyens année après année... Jusqu'où ira-t-il?

jo

mer 29/06/2022 - 15:30

Encore des fermetures de classes bientôt plus d écoles dans nos campagnes égalité des chances ???