L'altiligérienne Jessy Trémoulière en route pour les JO de Rio

lun 18/04/2016 - 20:00 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:40

Peu d'athlètes du département peuvent espérer se rendre aux jeux Olympiques de Rio. Outre Laurence Brize, du Tir Sportif Emblavez Beaulieu Emblavez et Romain Bardet, le cycliste originaire de Brioude, tous deux assurés d'y participer, seuls la joueuse de rugby et Jordan Sarrou, en VTT, peuvent également espérer faire le déplacement jusqu'au Brésil.

Jessy Trémoulière, âgée de 23 ans, est joueuse de rugby à XV à Romagnat (Puy-de-Dôme). Elle a fait ses débuts dans le Brivadois, à Cohade, et elle compte plusieurs sélections en équipe de France, avec laquelle elle a terminé troisième de la dernière coupe du monde, en 2014. La rédaction de Zoomdici avait déjà consacré un article à la brivadoise, qui s'apprêtait à remporter son second grand chelem d'affilée dans le tournoi des Six Nations en mars 2015.
Quelques mois plus tard, en juillet 2015, elle signe un contrat semi-professionnel avec la fédération française de rubgy dans le cadre de la préparation des Jeux Olympiques d'été de 2016 à Rio de Janeiro, au Brésil, car la France y a engagé son équipe de rugby à VII, la discipline y faisant ses débuts olympiques.

Un beau parcours, des essais mais que 14 places pour les JO de Rio
La France est aujourd'hui cinquième au classement du Circuit mondial (après quatre des cinq étapes) et d'ores et déjà assurée de se rendre à Rio cet été. La semaine dernière, les bleues ont terminé au pied du podium, à la quatrième place, lors de l'étape canadienne du Circuit mondial de rugby à VII féminin, à Langford.
En quart de finale, face au Canada, menées 12-0 à la pause, les bleues ont renversé la vapeur pour s'imposer dans les dernières minutes, avec l'essai victorieux sur le fil de Jessy Trémoulière (14-12). Elles ont ensuite tenu tête à la Nouvelle-Zélande, jusqu'en prolongations (12-7), en demi finale, avant de s'incliner face à l'Australie dans le match pour la troisième place (19-12), avec un nouvel essai de la Brivadoise.
D'ores et déjà assurée de disputer les JO de Rio, la France est aujourd'hui cinquième du classement du Circuit mondial, dont la dernière étape aura lieu en Auvergne, à Clermont-Ferrand, les 28 et 29 mai. Ce sera certainement l'ultime occasion pour Jessy Trémoulière de briller afin de s'assurer une place dans l'équipe qui disputera les JO cet été (14 filles seront retenues, parmi une liste qui compte aujourd'hui 21 joueuses).

Au micro de Zone Mixte
Mi-mars, alors qu'elle revenait de sa tournée américaine de préparation, où les françaises avaient échoué en finale à Vancouver face au Canada 17-5, Jessy Trémoulière était l'invitée de notre partenaire RCF Haute-Loire dans le cadre de l'émission hébdomadaire zone Mixte (vous pouvez retrouver l'intégralité de l'émission en suivant ce lien).
Le conseiller rugby territorial pour la Haute-Loire Stéphane Varlet était également de la partie, l'occasion de balayer toute l'actualité de l'ovalie en Haute-Loire, et notamment le développement du rugby à VII et du rugby féminin.

Quelles leçons retenir de ces tournées ? Difficile de basculer du rugby à XV au rugby à VII ?
Jessy, le premier objectif dans ce type de tournées, c'est de créer une cohésion dans le groupe, améliorer les automatismes et les affinités ? D'un point de vue plus personnel, êtes-vous satisfaite de ces tournées ? Quelles leçons en retenez-vous et quels sont les points sur lesquels il faut s'améliorer ? Est-ce difficile justement de basculer du rugby à XV au rugby à VII ? Quelles sont les principales différences ? Qu'est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans le rugby à VII ? Des qualités particulières sont nécessaires ?


"Capable d'aller chercher une médaille olympique"
Vous vous investissez dans le rugby à VII, ce qui signifie que vous délaissez totalement le rugby à XV ? Alterner le rugby à VII et à XV, c'est l'avenir des joueurs et joueuses de haut niveau ? Quelles sont les nations dominantes en rugby à VII ? Quel sera l'objectif de cette équipe de France féminine de rugby à VII pour les JO de Rio ? Un podium est accessible ?


Une concurrence féroce pour les JO de Rio ?
On ne veut pas parler de choses qui fâche, mais les JO de Rio, ce ne sera pas pour tout le monde, la concurrence est féroce, comment elle se vit ? Comment s'organisent les effectifs ? En régiment ? C'est une organisation militaire ?! Combien d'entraînements sont au programme chaque jour en ces moments de préparation ? Pas trop nostalgique de la Haute-Loire ? On parlait de basculer d'une discipline à l'autre... Après ces JO, le prochain gros objectif, ce sera la coupe du monde de rugby à XV en Irlande en 2017. Un objectif que vous visez également ? Est-ce que le fait d'alterner entre les deux disciplines peut être un handicap ? Il y a un temps d'adaptation à chaque fois ?


Que faire pour booster cette discipline ? Où en est-on du chantier des scolaires ?
Est-ce que la mise en lumière du rugby à VII et du rugby féminin pour les JO de Rio peut doper le nombre de licenciés pour cette discipline ? Que peut-on faire de plus pour booster encore un peu plus ce sport ? Il y a aussi la question du rugby chez les scolaires, c'est un chantier qui avance ?


Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire