L’abbaye de la Chaise-Dieu fait la une du Guide Vert Michelin

Par Macéo Cartal mar 16/02/2021 - 16:00 , Mise à jour le 16/02/2021 à 16:00

Le fameux guide vert Michelin, le guide de voyage historique, a sorti sa nouvelle édition récemment. Dans l’édition Auvergne Bourbonnais, la Haute-loire est à l’honneur, et plus particulièrement la Chaise-Dieu, dont l’abbaye a obtenu sa troisième étoile alors qu’elle arrive presque au terme de ses travaux de réhabilitation.

Quand on parle guide Michelin, on pense souvent au guide gastronomique et ses prestigieuses étoiles attribuées aux restaurateurs, véritable référence en tant que guide culinaire. Cependant il n’y a pas un seul guide Michelin mais bel et bien plusieurs. Cette fois-ci, il est question du guide de voyage, le Guide Vert Michelin. Ce guide, qui liste les différents lieux d’intérêt, se décline en plusieurs versions qui suivent les régions. Cette année, l’édition auvergnate arbore une couverture digne d’intérêt puisqu’il s’agit de l’abbaye de la Chaise-Dieu, qui changent avec les traditionnelles photos du Puy-de-Dôme et de sa chaîne des Puys (qui restent en quelques sortes l’emblème de la région). Et ce n’est pas pour rien que la cité monastique fait la une du guide, car l’abbaye de la Chaise-Dieu a obtenu sa troisième étoile au guide Vert, qui constitue la plus haute distinction possible pour le guide de voyage.

"Vaut le voyage" une récompense rare et reconnue

Les étoiles de ce guide peuvent être attribuées à des lieux naturels, des villes, des musées ou bien des monuments historiques. Plusieurs échelons sont à gravir avant d’arriver aux prestigieuses trois étoiles, qui demeurent la plus haute distinction décernée par ce guide voyage. En effet, le premier échelon est la simple mention « À voir éventuellement », qui précède l’obtention de la première étoile, qui signifie « Intéressant ». Ensuite l’obtention d’une deuxième étoile signifie que le lieu en question « mérite un détour ». Et enfin, l’élite des sites touristiques qui parviennent à briguer une troisième étoile porte la prestigieuse mention « vaut le voyage ». En France, environ 260 sites tous confondus arborent ces trois étoiles du Guide Vert Michelin.

Philippe Orain et le Guide Vert ayant pour couverture l'abbaye de la Chaise-Dieu Photo par Macéo Cartal

Philippe Orain, directeur des guides Vert Michelin, présent lors de la conférence de presse, œuvre avec une vingtaine d’éditeurs ainsi que plus d’une centaine de "freelance" qui donnent ainsi une note aux lieux visités. Pour prétendre aux fameuses trois étoiles, les lieux sont jugés sur neuf critères bien précis et exigeants. Le sujet est ensuite débattu en commission qui délivre les étoiles aux lieux qui le méritent.

Les 9 critères de sélections obtenus par l'abbaye de La Chaise-Dieu :

- Première impression : cela prend en compte le lieu en lui-même, l’ambiance, le village, ce que dégage le lieu dans son ensemble
- Notoriété : ici, nous avons une abbaye millénaire qui est le tombeau d’un pape, etc.
- Patrimoine : inventaire de ce que l’on voit et de ce que l’on fait. Ici, le guide considère que c’est l’une des plus belles nefs du sud de la France
- Critères de comparaison : l’abbaye de la Chaise-Dieu a été comparée à d’autres grandes abbayes comme celle de Saint-Michel, entre autres.
- Labels : l’abbaye est au "patrimoine historique et culturel", la commune de la Chaise-Dieu est classée "village de France".
- Beauté : ici, l’édifice offre une vraie élégance dans ces lignes et dans sa construction
- Charme : l’abbaye offre une vraie intimité des lieux malgré la grandeur de l’édifice
- Qualité d’accueil
- Qualité de visite

« La Chaise-Dieu est le deuxième lieu emblématique de Haute-Loire » Jean Pierre Marcon

La Haute-Loire, terre de pépites

D’autres sites du département ont été mis en avant dans ce guide comme par exemple le musée Crozatier qui a obtenu sa deuxième étoile (il est considéré comme le plus beau musée d’Auvergne), la vieille ville du Puy qui a également obtenu sa deuxième étoile ou encore le Rocher Corneille qui est un nouveau étoilé en décrochant sa première étoile.

Le Guide Vert Michelin (apparu en 1926 pour sa première édition), c’est en moyenne 7 millions d’exemplaires vendus chaque année en France.

L’attribution de cette distinction vient orner la fin des travaux de réhabilitation de l’abbaye de la Chaise-Dieu. Après la création du Syndicat mixte des travaux de la Chaise-Dieu en novembre 2007, les premiers travaux débutent dès 2008. En 2019, le site est partiellement ouvert avec notamment le retour des quatorze tapisseries flamandes qui constituent un trésor national. Le site devrait rouvrir entièrement d’ici 2022. « Nous avons décidé d’attribuer ces trois étoiles avant la fin effective des travaux car la qualité de visite et des lieux est bien présente », avance Philippe Orain.

La Chaise-Dieu constitue un lieu emblématique du département. « La Chaise-Dieu, c’est 1 000 ans de vie et de rayonnement monastique », rappelle le frère Raphaël, curé de l’ensemble paroissial au sein des Frères de Saint-Jean. En effet, les premières traces de ce qui deviendra l’abbaye que l’on connaît datent de l’an 1043. Cet édifice est notamment connu pour être le tombeau du pape Clément VI qui repose aux côtés de Saint-Robert. C’est donc un monument ayant une grande valeur spirituelle pour certains puisqu’il accueille un grand nombre de pèlerins chaque année. De plus, depuis la création du festival de musique classique en 1966, la renommée de la cité du Livradois part bien au-delà de nos frontières faisant du village un haut-lieu culturel. «  Entre l’abbaye et sa valeur spirituelle et historique, et le festival de musique, on peut dire que la Chaise-Dieu est le deuxième lieu le plus emblématique de Haute-Loire », avance Jean-Pierre Marcon, président du conseil départemental.

Le tourisme rural en plein essor

Il va sans dire que cette distinction devrait accentuer le nombre de visites au sein du canton de la Chaise-Dieu. Ceci s’inscrit d’ailleurs au coeur d’une augmentation récente de l’afflux touristique. « En Haute-Loire, lors de l’été 2020, nous avons eu un afflux touristique que nous n’avions jamais connu auparavant », confirme Michel Joubert, président de la communauté d’agglomération du Puy-en-Velay.
Conséquence directe de la crise de la Covid-19, l’attrait pour le rural a fortement augmenté. Celui-ci s’est traduit par une rupture de stock du Guide Vert Auvergne en août dernier, « chose inédite, confirme Philippe Orain, par ailleurs, le nombre de précommandes pour l’édition actuelle s’élève à 120 % des objectifs ».

« Nous ne sommes peut-être qu’au début de ce qui peut se passer à la Chaise-Dieu » JP Marcon

L'ensemble des acteurs de cette distinction Photo par Macéo Cartal

Le site de la Chaise-Dieu pourrait encore évoluer dans l’avenir. À l’instar de la ville du Puy et de son installation Puy de lumières qui officie depuis 5 ans, la cité livradoise devrait avoir droit à sa mise en lumière dans l’année qui suit ainsi que d’autres projets à l’étude.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire