Tous

Chaspuzac

La zone d'activité de Chaspuzac prête à attirer des entreprises dans sa toile

ven 18/07/2014 - 18:41 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:23

En plaçant l'emploi au coeur de ses priorités, la communauté d'agglomération du Puy-en-Velay a choisi de développer ses zones d'activités pour inciter un maximum d'entreprises à s'implanter sur son territoire. Elle a donc mené une politique d'acquisition foncière et de créations de zones d'activités en lançant en 2008 le Schéma Directeur des zones d'activités économiques prioritaires.
Elle a ainsi acquis d'abord 20 hectares pour la zone de l'Aérodrome, sans oublier une douzaine d'hectares pour la zone de l'autre côté de la Départementale, puis 24 hectares en cours d'acquisition sur celle des Fangeas (lire), pour laquelle le permis d'aménager est en cours d'instruction.
L'investissement réalisé par la communauté d'agglomération sur cette zone d'activité correspond aussi à une logique de rééquilibrage de l'offre d'emlois, "pour assurer la centralité du Puy qui se doit de rayonner, à l'Est comme à l'Ouest", au même titre que la zone des Fangeas.

  • Le Président de la collectivité Michel Joubert confirme cette volonté. Ecouter. {{audio2}}

----En plus du financement des travaux de viabilisation, l'agglo soutient le projet de la maroquinerie à hauteur de 280 000 €, alors que le coût total prévisionnel est estimé à 8 000 000 € pour cette entreprise ayant fait le choix d'une construction Bâtiment Basse Consommation (lire).
-----Un investissement visant une rentabilité double
Les travaux de viabilisation des terrains de la zone de l'aérodrome de Chaspuzac ont débuté en février 2014. Une première phase de travaux vient de se terminer, elle permettra de rendre accessible le terrain où va s'implanter la maroquinerie (lire). Le permis de construire vient d'ailleurs d'être accepté : le site comprendra 330 postes de travail et devrait débuter son activité en septembre 2015. Quant aux travaux de la zone, dès cet automne (un appel d'offre vient d'être lancé), les voiries, cheminements piétons et espaces verts devraient être réalisés pour relier les lots qui s'étalent sur une petite vingtaine d'hectares.
Le coût de cette première phase de travaux, évalué à environ 500 000 € HT, est essentiellement à la charge de la communauté d'agglomération du Puy-en-Velay, même si le Conseil général (en finançant 4 € le m²) et le Conseil régional participent aussi. Les lots sont ensuite vendus aux entreprises à 15 € le m², afin d'équilibrer l'opération lorsque tout sera loti.

  • Michel Joubert, le Président de l'agglo, considère que cet investissement aura une rentabilité double. Ecouter. {{audio1}}

----Notons que parmi les entreprises déjà implantées sur la zone, déjà trois se sont positionnées dans l'optique de projet d'extension : Boralex, qui a implanté sa base pour la maintenance des parcs éoliens de la région (lire), Sabarot, qui compte une cinquantaine de salariés à Chaspuzac et dont la croissance ne cesse pas (lire) et enfin les transports Girard et Fils, qui vont regrouper leur activité à Chaspuzac et acquérir deux hectares de plus. Eurocoproduits souhaiterait aussi s'installer.
-----La maroquinerie comme locomotive
La communauté d'agglomération du Puy-en-Velay a été conforté dans son choix avec l'annonce de l'implantation de la maroquinerie (sur plus de cinq hectares), qui devrait quasiment doubler son nombre de salariés pour arriver à presque 200 personnes.
Mais il reste encore une vingtaine d'hectares à lotir, avec à la fois des parcelles de plusieurs hectares capables d'accueillir de grands projets, mais aussi des parcelles de taille plus modestes, davantage destinées à l'artisanant et aux PME.
Ces travaux correspondent à l'un des objectif clef de la collectivité : créer des emplois sur le territoire.

  • Avec la maroquinerie comme moteur, Michel Joubert assure que d'autres entreprises vont très prochainement s'implanter. Ecouter. {{audio3}}

500 000 € investis dans les entreprises locales
Pour réaliser cette première phase de travaux, ce sont des entreprises locales qui ont été sollicitées. Autrement dit, les 500 000 € investis par la collectivité le sont directement dans l'économie locale. C'est pourquoi l'entreprise Colas avait invité les élus à une visite des réalisations ce vendredi. L'entreprise locale a eu recours au sous-traitant Yves Pal pour cette route de 400 mètres de longueur et 6 mètres de large.
L'entreprise Moulin se charge de réaliser les réseaux pluviales et eaux usées, des talus, des bassins d'orage d'une capacité de 8 000 m3. Les espaces verts sont traités par l'entreprise Seneze Chariot Paysage : des arbres et arbustes seront plantés et des espaces seront engazonnés sur l'ensemble de la zone.

Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire