Tous

Yssingeaux

La réhabilitation du site Limousin de Monistrol : Un projet urbain unique en Haute-Loire.

sam 30/04/2016 - 09:01 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:41

En présence du maire de l'agglomération Jean-Paul Lyonnet, du directeur de l'OPAC 43 Jacques Chevaux, du directeur adjoint du FOYER VELLAVE Serge Bernard, du directeur de LOGIVELAY Jean-Pierre Chouvelon et des deux cabinets d'architecte en charge de la conception des ouvrages « Le compas dans l'oeil, Cusy Maraval », un compte rendu de l'état de progression de la structure a eu lieu.
Une offre originale d'hébergements et de services.
C'est dans un premier temps le pari fait par les concepteurs de plans d'impérativement conserver les deux traces de l'histoire de ce terrain qui rend tout d'abord l'endroit si singulier. Effectivement la vieille ferme face à l'actuelle gendarmerie relate un passé agricole tandis qu'à son tour la nef centrale de l'ancienne usine évoque elle la mémoire industrielle de cet emplacement.
De plus, il est crée ici un parcours résidentiel de mixité intergénérationnelle, cette opération d'envergure représente une des plus importantes du département. La coopération et l'association des multiples bailleurs a joué dans la création un rôle primordial. Ces derniers nourrissent l'ambition de s'adresser aux personnes tout au long des diverses étapes de leurs vies. Avec le transfert de la micro-crèche existante dans les locaux du hall central, 24 logements du T2 au T4 sont spécialement prévus pour les personnes de moins de 30 ans (étudiants, jeunes travailleurs), 10 sont dits « intermédiaires » (seulement sur deux étages avec des espaces extérieurs), 15 maisons individuelles en accession à la propriété sociale sont promises et 24 appartements là encore du T2 au T4 sont destinés aux seniors (autonomes, sans soins médicalisés), tout un panel de genre d'habitations est donc mis à disposition. Toutes les installations en terme d'accessibilité pour les locataires correspondront aux exigences du marché d'aujourd'hui (parkings sous-terrain, ascenseurs ou escaliers couverts extérieurs afin de réduire les parties communes...).
Des nouveaux procédés de maçonneries sont également utilisés (notamment l'emploi de bloc de fibres de bois mélangés au béton combine une bonne isolation extérieure à une rapidité hors norme d'édification). Enfin, un mode de chaufferie au bois en plaquette allié en cas de besoin à celui du gaz correspond à une des dernières innovations supplémentaires principales.
Relier les quartiers de la ville
Au cœur des multiples bâtiments, l'accès sera ouvert à tous les piétons. Cela permettra de concevoir un espace de vie qui desservira la zone du Pêcher plus facilement et de façon plus agréable que ce qu'il peut être le cas aujourd'hui, en direction du centre-ville. Des commerces et des vitrines prendront aussi naturellement place du côté de la route de Bas en Basset (un coiffeur, un kinésithérapeute et un traiteur ont déjà réservé ces devantures). Selon Jean Paul-Lyonnet « Etant donné qu'il y en a à proximité, nous ne voulions pas de commerce au beau milieu de ce complexe. Tout sera fait pour qu'à pied on en profite pleinement, un point de vue sur la vallée du dessous sera d'ailleurs érigé ».
La commune, une composante essentielle
Les travaux de dépollution, sur les voiries et d'entretien des espaces verts sont à la charge de la municipalité (environ 900 000 €). Certains ayant été en amont réalisés, d'autres interviendront une fois l'achèvement du reste de l'ensemble. Parmi eux, on note surtout deux modifications majeures, le passage en sens unique de la rue des Violettes (De la rue du Kersonnier à la rue des Coquelicots) et l'élargissement de l'avenue de la gare.
Les premiers emménagements sont attendus au cours de la seconde moitié de l'année 2017
D'un coût total d'environ 13 millions d'euros, ce projet est prévu d'être achevé courant 2017. Des maîtres d'oeuvres ont été sollicité de manière à ce que chaque construction se fasse dans les temps et en corrélation avec les autres. Par exemple ce début de semaine, la restauration de la bâtisse de Limousin débutera. Cette oeuvre donne dans sa globalité de l'activité aux entreprises locales. Jean Paul Lyonnet s'en réjouit « Je suis ravi de retrouver des grues à Monistrol. C'est synonyme d'effervescence, d'une économie en pleine essor ! ».

E.W.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire