À la recherche de solutions pour la crise du lait

mar 20/09/2016 - 13:55 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:43

Mercredi 14 septembre, les syndicats FDSEA et les JA ont organisé une réunion avec différents acteurs du monde agricole pour trouver purement et simplement une solution à la crise. « On veut faire le bilan, voir comment les agriculteurs traverse cette épreuve », détaille Yannick Fialip, président de la FDSE 43.
« Il y aura certainement de meilleurs jours »
Plusieurs solutions peuvent être trouvées d’après les responsables syndicaux. « Des structures peuvent fiers des efforts », affirme le président de la FDSEA. Par là, il entend des baisses de prestation, des réaménagements de dette, prise en charge des intérêts de prêts... Pour les syndicats, il y a urgence pour que les exploitants ne perdent pas espoir. « Il y aura certainement de meilleurs jours. Par exemple, la filiale du porc a connu une crise l'an dernier et aujourd'hui, les cours sont remontés », rassure Yannick Fialip. À ce jour, entre 5 et 10 % des exploitations altiligériennes seraient très fragiles d'après la FDSEA, entre 25 et 30 % seraient dans une situation délicate.
À la recherche de solutions concrètes
L'objectif, c'est aussi de retrouver du financement que se soit avec les banques, la MSA (sécurité sociale agricole), les assurances, ou encore les coopératives avec des reports de factures... Le chiffre d'affaires moyen des exploitations a diminué de 10 à 15 000 euros. Les syndicats manifestent leur mécontentement : « Le lait est passé de 360 €/T en 2014 à 260 €/T. Pourtant, nous n'avons pas l'impression que le prix du lait à la consommation ait diminuée ».
----Une seule demande auprès de FranceAgriMer est nécessaire pour bénéficier des deux aides. Le formulaire est disponible sur Internet et son dépôt se fait de façon dématérialisée uniquement sur ce site.
-----L'Europe vient en aide aux exploitants
Au niveau européen aussi les choses bougent notamment pour tenter de stabiliser le marché du lait. Une aide de 150 millions d’euros a été votée pour inciter les producteurs de lait de vache à réduire temporairement leur production de manière volontaire. Seuls les livreurs de lait de vache qui apportent la preuve d’une livraison à un premier acheteur en juillet 2016 sont concernés.
L'aide européenne d'un montant de 140 €/t (144,2 €/ 1000 l) est complétée par une aide de l’État d’un montant de 100 €/t (103 €/1000 l) plafonné à 5% de réduction de la production par rapport à la période de référence.

La FDSEA et les JA gardent également un oeil sur la viande bovine qui risque de subir la même situation de crise.

M.P. et E.J.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire