La loi EGALIM 2: inégale?

lun 21/02/2022 - 14:14 , Mise à jour le 21/02/2022 à 14:14

Les négociations commerciales battent leurs pleins, l’heure est venue pour les agriculteurs de pouvoir prétendre à une rémunération digne de ce nom, comme le veut la nouvelle loi EGALIM 2.

Y aura-t-il encore des produits Français dans les rayons des Grandes surfaces en 2022 ?

La profession agricole émet des doutes. 

Par Inès Farineau-Reynaud

La loi du 18 octobre 2021, dite « EGALIM 2 », vise à protéger la rémunération des agriculteurs, en établissant une « juste rémunération des agriculteurs » et, à cette fin, rééquilibrer les relations commerciales entre les différents maillons de la chaîne alimentaire et agro‑alimentaire.

Or, les négociations commerciales, qui se terminent le 1er mars, ne vont absolument pas dans ce sens. En effet, les centrales d’achats auxquelles appartiennent l’ensemble des GMS du département demandent une baisse des produits de 3%, alors que les coûts de production ont augmenté de 10%. Si les centrales d’achats réalisent leur drop, les agriculteurs vont encore une fois produire pour une année complète, à perte.

Le réseau Jeunes Agriculteurs et FDSEA 43 est en train d’effectuer un relevé de prix sur l’ensemble des GMS du département. Les anomalies et le non-respect de la loi sont encore une fois constatés. Les agriculteurs sont prêts à monter au créneau pour se faire entendre, ils ont montré leurs forces par le passé et sauront renouveler ces actions si cela est nécessaire.

 

Il est grand temps que les lois EGALIM 1 et 2 soient respectées sans impacter le pouvoir d’achat des Français. Il est évidemment inacceptable qu’un agriculteur travaillant 7j/7j plus de dix heures par jour gagne 700€ par mois.
La loi est là pour faire, de cette situation le passé, désormais l’État doit faire la faire respecter. Les agriculteurs ne veulent pas aller à l’affrontement mais souhaitent vivre correctement de leur métier.

Vous aimerez aussi