Joli succès automnal pour le Capito Trail de Saint-Julien Chapteuil

Par Olivier Stevens dim 31/10/2021 - 13:00 , Mise à jour le 31/10/2021 à 13:00

Ils étaient plus de six cents à braver le vent et les aspérités du parcours pour cette douzième édition du Capito Trail.

Un parcours inchangé et une course atypique en duo sur les contreforts du Meygal ont animé la volonté des coureurs, boostés par plus de 120 bénévoles et de nombreuses animations autour de Saint-Julien-Chapteuil.

Après quelques mois de préparation troublés par le Covid beaucoup étaient simplement heureux de participer à cette belle course.

Dès l'aube, des dizaines de voitures avaient pris possession des parkings environnant le hall des sports de Saint-Julien Chapteuil. Beaucoup sont venus en couple ou en famille. 

"J'ai vraiment du plaisir à courir dans la nature. Le parcours proposé est top!"

C'est le cas de Julien Meyric venu de Brioude avec son épouse et sa petite fille. A près de quarante ans, il est content de participer à  ce Capito Trail: "Je suis venu un peu par hasard. D'abord, je dois dire que j'aime le coin. Ce ne sont pas les mêmes paysages que par chez nous. Ensuite, j'ai vraiment du plaisir à courir dans la nature. Le parcours proposé est top! ".

Cet enthousiasme n'exclut pas une sérieuse préparation. "Je me suis entraîné progressivement. Je n'étais pas sportif auparavant. Je m'y suis mis quand j'ai arrêté de fumer. Un sport d'endurance, c'est très bien pour cela. Ca ne casse pas. On peut s'y mettre progressivement. La récompense vient tout de suite."

Pourquoi vient-il en famille? "C'est simple, il fait beau ce matin. Ma femme et ma fille pourront se promener un peu dans les environs pendant la course. Elles verront le départ et peut-être l'arrivée s'il ne pleut pas. Si la météo change ils rentreront dans le hall des sports où la petite pourra jouer. " 

"J'ai juste un peu peur que ca glisse par endroits. Il a plu hier."

Du côté de Marie-Hélène, l'ambiance est différente. Elle a 33 ans et est venue ce matin avec une amie de deux ans son aînée. Elles participeront au Duo... jusqu'à ce que l'une d'elles craque. "On n'a pas la même préparation. On peut se perdre sur le parcours. On s'attendra autant que possible. De mon côté je participe pour la troisième fois. J'ai juste un peu peur que ca glisse par endroits. Il a plu hier." 

"J'ai photocopié la carte du parcours et j'ai dessiné quelques marques en couleurs."

Autre ambiance dans le hall des sports. Autour d'une carte du parcours et d'un focus du relief deux jeunes discutent chiffres, temps de repos, accélération et rythme cardiaque. " On est pour ainsi dire des bons amateurs. D'habitude nous sommes plus nombreux à venir mais aujourd'hui nous sommes deux parce que la préparation de certains n'est pas optimale et le meilleur d'entre nous a été retenu pour une garde de week-end à son travail. C'est dommage, lorsqu'il est là, nous avons tous un meilleur temps." conclut Marc.

Et il explique: " Certains ont encodé les données du parcours dans leur téléphone et simulé des temps de passage. Moi, qui suis le plus jeune, je l'ai fait à l'ancienne. J'ai photocopié la carte du parcours et j'ai dessiné quelques marques en couleurs. Le rouge quand je risque de m'étouffer, le bleu quand je peux récupérer et le vert quand je devrai accélérer. Les croix noires ce sont les passages difficiles: là où le sol peut être glissant, les passages étroits..."

Le parcours du Capito 14 débutait par la montée de la Combe Noire, un monotrace étonnant guidé par la Sumène qui prend sa source à quelques pas de là. Ensuite il prenait la direction de Monedeyres, et un ravitaillement dans l'église. Le retour s'effectuant au milieu des Chiers volcaniques.

Le Capito 20 se courait uniquement en Duo sur un parcours très exigeant. 

Enfin, le Capito 33 avait pour objectif le Lac bleu. Son parcours serpentait dans le Meygal et ses contreforts. Certains sentiers emmuraillés ont été réouverts pour l'occasion. Les organisateurs ont d'ailleurs mis trois ans de prospection pour aboutir à ce parcours inédit.

"Ce sont les ampoules qui m'ont obligé à arrêter"

A mi-parcours quelques participants avaient déjà jeté l'éponge. Ainsi Marc et Micheline reviennent -ils au camp de base.. en claudiquant. "Je le savais" enrage-t-il. "Je n'ai pas un très haut niveau mais aujourd'hui ce sont les ampoules qui m'ont obligé à arrêter. Je ne sais pas comment je me débrouille. Les chaussettes glissent un peu. Je ne m'en aperçois pas puis c'est la catastrophe. Ce n'est pas la première fois que ça m'arrive." A le regarder pester en tournant en rond, on peut le croire.

"Ils ne sont pas pros mais ont une mentalité très rigoureuse"

Dans le public et parmi les organisateurs, on discute aussi des performances et des modes de préparation des leaders. "Le haut du tableau est souvent occupé par les mêmes" explique un membre de l'organisation. "Ils ne sont pas pros mais ont une mentalité très rigoureuse. Sur le plan diététique, entraînement, musculation, récupération, hygiène de vie, tactique de course, il n'y a plus rien à leur apprendre. Mais aucun ne se prend au sérieux. Cela reste très bon enfant."

C'est cette atmosphère cool et sympathique que l'on ressentait sous le tentes où les rafraîchissements coulaient à flot au rythme de la musique qui ponctuait ce week-end bucolique et sportif.

Coté résultats

Yannick Maurin s'est imposé sur l'épreuve de 33 km.  Une victoire qui s'est dessinée dans les derniers kilomètres.

Sur les 20 kms, réalisés en duo, c'est la Team Saint-Vidal qui a brillé avec Bastien Cellier et Mathieu Rudy qui ont pris les rênes au tiers de course.

Cédric Guyot, vainqueur en 2018 des 33 kms  s'est adjugé la plus petite distance.

33 KM

1. Yannick Maurin (Courir en Emblavez) en 2h31'56 et Marie Duthel de Villeurbanne en 3h07'44

2. Thibault Aoust en 2h33'04

3. Noël Sanial en 2h34'07

20 KM DUO

1. Bastien Cellier/Mathieu Rudy (Team Saint-Vidal duo masculin) en 1h45'32

2. Sébastien Goudet/Alexandre Raynaud en 1h46'23

3. Emmanuel Allibert/Florent Collange en 1h53'38

Premier duo mixte : Léa et Romain Verots en 2h02'04

Premier duo féminin : Edwige Bonhomme et Elodie Truchet en 2h12'14

14 KM

1. Cédric Guyot (Tryssingeaux) en 1h04'34 et Marion Driot de Velay Ahtlétisme en 1h15'29

2. Vincent Sauron en 1h06'06

3. Yann Bouquet en 1h08'52

>>> Tous les résultats sont ici

 

 

Pour les nostalgiques, quelques images de l'édition 2017.

video capito trail :

Vous aimerez aussi