Job dating à Brives : les candidats se bousculent au portillon

mer 24/04/2019 - 18:11 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:57

Le temps d'un après-midi, la mairie de Brives-Charensac a décidé de réunir dans son Hôtel de ville deux publics qui ont peut-être parfois du mal à se rencontrer : les jeunes et les professionnels qu'ils soient de la grande distribution, de la restauration ou encore du secteur des services à la personne. D'un côté comme de l'autre, la saison estivale représente un enjeu économique important.

Et pour cette première, le succès a été au rendez-vous, à tel point que Marie-José Allemand, adjointe au maire de Brives en charge du développement économique et touristique, avait déjà la tête à l'année prochaine : "Nous reconduirons cette opération qui devrait être plus conséquente, avec plus de partenaires. Cette année, c'était un essai et les jeunes ont répondu nombreux à notre invitation. Les gens ont parfois une mauvaise image des jeunes, mettant en doute leur motivation, leur envie de trouver un travail. Aujourd'hui, ils prouvent le contraire."
150 jeunes ont participé au job dating
En tout, 150 jeunes ont poussé la porte de l'Hôtel de ville et se sont essayés à l'exercice de l'entretien. Un entretien express, mais qui est tout de même officiel. Certains ont osé le style short, claquettes-chaussettes, pourquoi pas. Clément Floury a lui opté pour une chemise et un jean. Âgé de 19 ans, l'étudiant en première année de BTS Comptabilité recherche pour la première fois un job d'été. Une démarche personnelle du jeune homme vivement encouragé par ses parents. "Le but, c'est de gagner un peu d'argent pour l'année et de pouvoir faire quelques économies pour voyager."

Pour Léa Pavon, 19 ans elle aussi et originaire de la Drôme, cet argent lui permettra de financer ses études et de payer le loyer de son appartement. La jeune femme, étudiante en BTS Banque, aimerait d'ailleurs prolonger l'expérience professionnelle au-delà de la saison estivale, en travaillant les week-ends tout au long de l'année par exemple. Mais elle confie ses difficultés à trouver un travail : "de nombreux jeunes veulent travailler l'été et il n'y a pas énormément de places." Une remarque qui se vérifie, en tout cas sur ce forum puisqu'il n'y avait "que" 50 offres pour 150 candidats.


(Damien Roumazeilles et David Héritier ont reçu une trentaine de CV en seulement une heure. Photo DR/S.Ma)
"Le savoir être est quelque chose de primordial"
En à peine une heure de temps, David Héritier, superviseur des restaurants McDonald's de Brives-Charensac et Vals-près-le-Puy, et Damien Roumazeilles, directeur de l'établissement brivois, ont échangé avec de nombreux candidats et conservé une trentaine de CV et de lettres de motivation. "Nous sommes habitués aux job datings. C'est bien plus vivant qu'une publication d'offre d'emploi. Ça permet d'établir un premier contact et ainsi de faire le tri dans les CV", expliquent-ils. Et d'ajouter : "le savoir être est quelque chose de primordial. S'asseoir à la table sans dire "bonjour" et en balaçant son CV, c'est rédhibitoire !" Le cas ne s'est pas présenté ce mercredi.

Emilie Charbonnier, responsable des Ressources humaines à l'UNA 43, association de services à domicile et à la personne, avait dans sa pochette une quinzaine de postes à proposer pour cet été. On connaît les difficultés du secteur à recruter. Montre en main, elle a enchaîné les entretiens, cinq minutes chrono chacun. En cinq minutes comment détecte-t-on le bon candidat ?

Stéphanie Marin

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire