Jean-Marc Ghitti redonne vie à Simone Weil au Puy-en-Velay

Par Olivier Stevens sam 02/10/2021 - 12:04 , Mise à jour le 02/10/2021 à 12:04

Le parcours de la philosophe Simone Weil débute au Puy-en-Velay où elle débarque en septembre 1931 pour une unique année scolaire comme professeur de philosophie.

Jean-Marc Ghitti, Ponot et docteur en philosophie, remet la femme de lettres au coeur de l'actualité de la ville en sortant un livre actualisant sa pensée en interrogeant ce que sont devenus les campagnes, les villes et les pays qu'elle a traversés.

Un ouvrage passionnant.

À l'âge de 22 ans, Simone Weil a été affectée à son premier poste de professeur de philosophie au sein d'un lycée de jeunes filles situé dans l'actuelle école Michelet au Puy-en-Velay. C'est là qu'elle débute son parcours de philosophe. C'est là aussi que Jean-Marc Ghitti débute son livre. Grâce à lui, nous la suivrons au Puy mais aussi à Auxerre, Roanne, Saint-Etienne, Bourges, en Espagne, en Italie, à Marseille, en Ardèche, ou à Londres.

Au Puy, elle croise des "chômeurs nécessiteux qui réalisent un travail d'utilité publique pour gagner quelques sous."

Le Puy c'est le début de la carrière d'enseignante de Simone Weil. C'est aussi le début de son engagement politique et philosophique. Elle y confronte ses idées, ses connaissances à une réalité qui parfois la heurte. Le quotidien ouvrier surtout. Elle croise des "chômeurs nécessiteux qui réalisent un travail d'utilité publique pour gagner quelques sous. Leur labeur consiste à casser de la pierraille." C'est alors qu'elle s'engage dans l'activité syndicale. La Parisienne cultivée prendra ainsi régulièrement le train vers Saint-Etienne où elle instruira des mineurs.

Elle défend des chômeurs manifestant place Michelet

Elle provoque aussi un énorme scandale au Puy où elle défend des chômeurs manifestant place Michelet. Elle décide de les emmener et de les représenter devant le conseil municipal de l'époque. Un comportement très mal reçu par les édiles locaux.

"La vie de Simone Weil est une réussite intellectuelle dont les fondations reposent sur toute une série de déceptions. Elle a échoué dans sa carrière professionnelle, dans sa vie intime, sa santé a toujours été chancelante, son engagement dans la guerre d'Espagne a été peu efficace. Sa pensée seule étincelle dans une vie très noire," explique Jean-Marc Ghitti.

"Qu'aurait elle dit aujourd'hui?

"Il y a chez elle une exigence radicale de justice sociale. Une prise de conscience aigüe de ce qu'est la condition ouvrière." Selon lui, il est intéressant de réactualiser sa pensée. "Qu'aurait elle dit aujourd'hui ? devant les revendications des Gilets Jaunes, comment aurait elle exprimé sa solidarité et ses préoccupations pour le sort des laissés-pour-compte ?"

En effet, elle qui a toujours voulu être la voix des sans-voix, qu'aurait elle dit ? Aurait elle fait confiance aux syndicats ? Aurait elle trouvé ou choisi une autre voie ?

"Une capacité à intérioriser les choses, à vivre pleinement ses rencontres"

"Ce qui me fascine dans sa personnalité, c'est sa capacité à intérioriser les choses, à vivre pleinement ses rencontres, ses idées et ses voyages", poursuit Jean-Marc Ghitti. "Pour elle, les civilisations sont une émanation de l'esprit, où celui-ci est souvent perdu et débordé par des rapports de force, économiques, politiques et sociaux. Par des jeux de pouvoirs. Par réaction, Simone Weil cherche à retrouver les valeurs profondes de ces civilisations, l'indienne, l'hellénique mais aussi plus proche de nous l'occitane."

Un livre, une création théâtrale, des conférences

Au Puy, ce samedi 2 octobre, se jouera aussi une pièce de théâtre écrite par Jean-Marc Ghitti. Sur scène, les acteurs de la Compagnie du Petit Atelier vont incarner divers personnages Salomea Weil, Albert Camus, un ouvrier d'usine, un militant anti-franquiste et bien entendu Simone Weil. En salle de classe, à l'usine, dans une rue d'Espagne, dans l'église d'Assise en Italie ou à Londres pour les derniers jours de Simone Weil où elle décède de la tuberculose en 1943. Un spectacle mis en scène par Christophe Huet.

En pratique

Le spectacle "Simone Weil, une philosophe engagée" se donne ce samedi 2 octobre 2021 au Théâtre du Puy-en-Velay.

Le livre "Passage et présence de Simone Weil" de Jean-Marc Ghitti. Edts Kimé. Des rencontres dédicaces sont prévues le 29 octobre 2021 à 18h à la Galerie du 8 rue de la Chèvrerie au Puy.

Le mercredi 6 octobre à 18 heures (salon Fumoir), conférence de Serge Monnier, professeur agrégé de philosophie, « Simone Weil et la rencontre de Dieu ».

Le 16 octobre 2021, de 14h à 17h, aura lieu une journée d'étude au centre Roger Fourneyron sur les thèmes: "Simone Weil et l'Inde" par Françoise Dastur; "Simone Weil et la Chine" par Emmanuel Gabellieri; "Simone Weil et l'Occitanie", par Jean-Marc Ghitti.

Enfin, le 29 novembre 2021 à 18h30, au centre culturel de St-Germain-Laprade, Jean-Marc Ghitti donnera une conférence sur le thème: "Réactualiser Simone Weil, lire notre présent à partir de sa pensée"

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés