Isabelle Valentin se bat pour une meilleure valorisation de la retraite des agriculteurs

dim 23/10/2022 - 10:30 , Mise à jour le 23/10/2022 à 10:30

"Les agriculteurs sont désormais les derniers à calculer leur retraite sur l'intégralité́ de leur carrière. L’agriculture est l’engagement d’une vie. On ne peut dissocier la question des retraites agricoles de celle de la carrière dans son ensemble". Partant de ce constat, la Député de la Haute-Loire a cosigné la proposition d'une loi visant à calculer la retraite de base des agriculteurs en fonction de leurs seules 25 meilleures années de revenus.

Ci-dessous, le communiqué de la Député Isabelle Valentin concernant le calcul de la retraite des agriculteurs ▼ 

"Isabelle Valentin, Députée de la première circonscription de Haute-Loire, consciente qu’il faut reconstruire une vision replaçant l’agriculture au cœur de notre société prône cette proposition de loi du groupe Les Républicains. En effet, la situation exige de faire converger le calcul des retraites des agriculteurs avec ceux des salariés et des indépendants à travers le calcul de la retraite sur les 25 meilleures années de revenu."

"En effet, bien qu’étonnant, les agriculteurs sont désormais les derniers à calculer leur retraite sur l'intégralité de la carrière. C’est un non-sens total, alors que les salariés la calculent sur leurs 25 meilleures années, sans parler des fonctionnaires, pour lesquels le calcul se fait sur leurs 6 derniers mois."

"Nous devons réparer l'injustice de traitement des retraites agricoles. Il faut enfin redonner aux agriculteurs retraités une juste valorisation d'une vie dédiée à l'alimentation de leurs concitoyens. Donnons aujourd’hui la capacité d’offrir des perspectives favorables pour les jeunes agriculteurs qui s'installent. C’est devenu primordial à l'heure où l'agriculture vit un défi démographique majeur, sachant que près de 50% des actifs agricoles pourront faire valoir leurs droits à la retraite dans 10 ans."

"À l’heure où la souveraineté alimentaire devient une priorité, comment pallier ce déficit annoncé si le métier n’attire plus et n’est pas récompensé à sa juste valeur ? En 2018, le Gouvernement avait même privés les agriculteurs d’une revalorisation quand il avait bloqué une proposition de loi transpartisane qui visait déjà à porter leur retraite à 85% du Smic minimum, au motif que cette revalorisation serait discutée lors de la prochaine réforme des retraites mais qui n’est toujours pas intervenu depuis."

"L’agriculture est l’engagement d’une vie. On ne peut dissocier la question des retraites agricoles de celle de la carrière dans son ensemble. En refusant d’aborder les souffrances du monde agricole de manière globale, le Gouvernement renforce au sein de notre société les incompréhensions et les fractures à la source de l’agri-bashing."

"Une retraite agricole décente est une impérieuse nécessité car elle intervient après une longue vie de dur labeur. C’est pourquoi Isabelle VALENTIN, Députée de la première circonscription de Haute-Loire a souhaité soutenir cette proposition de loi et l’a co-signé en espérant que cette dernière soit reprise par le Gouvernement."

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

3 commentaires

bb

lun 24/10/2022 - 20:47

Bien d'accord avec se, cette profession est quand même particulièrement privilégiée d'un point de vue social et fiscal. Il faut arrêter, on est plus au temps des grives aux loups. 

ba

dim 23/10/2022 - 15:58

Et dans le même temps son parti prone la retraite à 65 ans.... C'est si gentils pour les agriculteurs, les infirmières, les maçons, les métallurgistes...  Elle se moque de nous avec ses pseudo annonces!

se

dim 23/10/2022 - 12:11

L : ils n ont pas voulu a une époque venir dans régime général de retraite mais rester propre Msa. Les retraites perçues dépendent aussi du montant des cotisations versées, tout comme d autres branches (artisans, commerçants..)ils veulent payer en cotisations le moins possible...on ne peut pas avoir le beurre et l argent du beurre.  Aussi après ils ne faut pas venir pleurer, d ailleurs certains ont du bien immobilier bâtiments terrain que beaucoup de salariés non pas