Isabelle Valentin en guerre contre le "baby crack" français

Par Nicolas Defay dim 25/04/2021 - 16:00 , Mise à jour le 25/04/2021 à 16:00

1.84 enfants par femme aujourd'hui. Tel est le dernier constat fait par l’Insee (janvier 2021) concernant la fécondité en France. La députée de Haute-Loire, Isabelle Valentin, a déposé une proposition de loi pour tenter de surmonter ce problème de société.

Vous vous souvenez de ces photos jaunies de nos aïeuls qui montraient toute une tripotée d’enfants se serrant épaule contre épaule pour rentrer dans le cadre ? Derrière eux, le papa, droit et fier, une main posée sur la nuque d’une de ses nombreuses progénitures, et la maman, portant le dernier né de la famille âgé de seulement quelques semaines. Plus les années défilent, plus il semble alors simple pour le photographe de faire loger les familles dans le champ de son objectif.
Et si la photo de famille avec deux enfants allait bientôt rejoindre la boite à chaussure des choses révolues ? En tous cas, l’ICF, autrement dit Indicateur Conjoncturel de Fécondité, analysé par l’Insee en 2021 démontre une natalité en chute constante depuis plus d’un demi-siècle.

« La France comptait 17 200 naissances par million d’habitants en 1971, et n’en compte plus que 10 700 en 2020, soit une chute de la natalité de près de 38 % en quelques décennies » Isabelle Valentin

Une diminution de 13 % par rapport à l’an dernier

D’après les études de l’Insee, l’ICF s’établit désormais à 1,84 enfants par femme, alors qu’il était d’environ 2,0 enfants par femme entre 2006 et 2014. L’Hexagone a enregistré 79 000 naissances de moins en 2020 par rapport à 2014.

Autre fait marquant, le triste record de l’année 2020 semble également en passe d’être à nouveau battu, puisque seules 51 100 naissances ont été enregistrées au mois de janvier 2021, soit une diminution de 13 % par rapport à l’an dernier. Devant ces chiffres en berne, Isabelle Valentin a déposé une proposition de loi intitulée : « Renouer avec une politique familiale ambitieuse pour relancer la natalité en France ».

« Rappelons qu’un taux de 2,07 enfants par femme est nécessaire est pour assurer le simple renouvellement des générations » Isabelle Valentin

Un péril mortel pour notre économie selon la députée

« Ce « baby crack » d’aujourd’hui pourrait devenir notre « hiver démographique » demain, véritable péril mortel pour notre économie, notre système de protection sociale, mais surtout pour la France elle-même », se désole Isabelle Valentin à travers un communiqué. Elle ajoute : « Malgré les multiples « plans de relance » et « mesures de soutien », malgré la promesse d’Emmanuel Macron en avril 2019 de retrouver « une dynamique de notre natalité », la politique familiale est aujourd’hui la grande oubliée du Gouvernement ».

Au mois de février 2021, 1 860 bébés sont nés chaque jour, soit 5 % de moins qu’en février 2020. Moins 13 % par rapport au mois de janvier 2020. Moins 7 % avec décembre 2019. Insee

  • Déclarer symboliquement la natalité comme « Grande cause nationale » et affirmer l’attachement de la Nation au caractère universel, obligatoire et solidaire de la prise en charge du soutien aux familles, assurée par la Sécurité Sociale
  • Porter l’indemnité de congé parental à 80% du salaire net et donner aux parents la possibilité de répartir les 3 années de ce congé entre eux comme ils le souhaitent
  • Interdire le changement de poste d’un salarié durant son congé parental, mais aussi pendant une période de 6 mois à compter de son retour, sauf accord écrit de sa part
  • Consacrer l’universalité de la Prestation d’accueil du jeune enfant (Paje)
  • Rétablir l’universalité des allocations familiales
  • Verser les allocations familiales dès le premier enfant à charge
  • Porter le plafond de la réduction d’impôts liée au quotient familial à 3 000 euros pour chaque demi-part supplémentaire, contre 1 570 euros aujourd’hui
  • Verser 50% du montant des allocations familiales sous forme de chèques pour l’alimentation en produits frais, l’habillement, les fournitures scolaires, les activités extra‑scolaires
  • Transformer « l’allocation de rentrée scolaire » en « chèque rentrée scolaire »
  • Mettre en place un « service public de la petite enfance » harmonisé sur l’ensemble du territoire national
  • Instaurer un reste à charge identique pour les parents, indépendamment de leur choix du mode de garde de l’enfant
  • Prolonger le congé maternité de 3 mois pour les femmes qui font le choix de l’allaitement.

Douze mesures pour transformer le "baby crack" en "baby boom"

Les mesures que la député altiligérienne sont au nombre de douze. « Celle-ci mise particulièrement sur les couples qui désireraient avoir un enfant, ou d’autres enfants, mais qui n’en ont pas les moyens matériels, précise Isabelle Valentin. Elle porte donc principalement sur le soutien financier aux familles et sur l’amélioration de la garde d’enfants ».

Parmi les solutions apportées, la natalité devrait être déclarée comme Grande cause nationale. La parlementaire désire aussi porter l’indemnité de congé parental à 80% du salaire net et donner aux parents la possibilité de répartir les 3 années de ce congé entre eux comme ils le souhaitent. Verser les allocations familiales dès le premier enfant à charge et prolonger le congé maternité de 3 mois pour les femmes qui font le choix de l’allaitement sont également au programme.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

7 commentaires

bo

jeu 29/04/2021 - 12:07

Ne serait-il pas judicieux de se préoccuper  en priorité du travail que l'on peut offrir aux jeunes déjà sur le marché du travail ? Lorsque cette lacune sera comblée, les naissances reviendront à coup sûr... Et puis, doit-on faire des enfants uniquement parce que l'Etat paye une naissance ? N'est-ce pas avant tout un acte d'amour et non un acte d'argent ? Enfin, cette famille, sur la photo, ne semble pas respirer la joie de vivre, quel exemple !

st

lun 26/04/2021 - 19:24

Il y a une solution : la stratégie LREM ! Faites au moins 4 gosses, inscrivez les dans une école de fils à papa type Henri IV ou Stanislas (comme Macron et Blanquer...). En fin de cursus , les rejetons créent leur startup et deviennent milliardaires, et la France est sauvée, on sera tous premier de cordée !

ho

lun 26/04/2021 - 18:02

Pour favoriser une politique nataliste, il faut aussi favoriser le marché économique.

re

dim 25/04/2021 - 21:56

ça fait peur,le descriptif de la photo.....je pense que cette femme(comme bien d'autres)n'avait pas de moyen de contraception(à part peut être le boyau de mouton pour monsieur);c'était l'époque de:" femme mon café,mes chaussettes,t'as fait à manger,sert moi...."etc...On en n'est plus là et TANT MIEUX
quand à aujourd'hui,on galère,y'en a qui se gavent....
le monde d'après.......qui va ressembler au monde d'avant.bel avenir et gardons le sourire

od

dim 25/04/2021 - 18:53

J ai bien ri à la 1ere partie de votre article. C était écrit avec justesse, tellement vrai mais drôle. Sauf que ...comme l ont écrit d autres lecteurs, ce n est pas que l argent qui retient... c est la peur ! La peur de tout..de l éducation qu ils voudront bien intégrer, de leur avenir... et la période covid génère encore plus la peur de demain..

ga

dim 25/04/2021 - 18:21

On en revient aux bonnes vieilles incitations judeo-chrétiennes d'avant guerre : faites des enfants pour remplir les Eglises et repeupler le territoire national mais, surtout ne les éduquer pas et remplissez-bien les dossiers d'allocations familiales. Il y a plein de célibataires et de sans enfants pour payer leur avenir à votre place ... Quand Les Republicains vont-ils enfin comprendre que la politique familiale nataliste est dépassée et que même l'Eglise commence à l'abandonner ?

lo

dim 25/04/2021 - 16:40

Faire des gosses pour toucher de l'argent ! Voilà l'irresponsable proposition de cette dame..Et après ?? Quand ils seront adolescents et majeurs, les élever avec quoi ? La situation économique actuelle de notre pays ne permet pas de faire des galipettes et ce n'est pas avec des propositions farfelues de ce genre que la situation s' améliorera. Nous ne sommes plus dans les année 50 chère madame, vous avez peut-être ou avez eut les moyens mais les jeunes couples d'aujourd'hui n'aspirent plus beaucoup à se compliquer la vie avec des marmots car ils sont habités par des envies de liberté qu'elles qu'elles soient. Revenez donc sur terre deux minutes et regardez autour de vous !!