Interdiction du portable : qu’est-ce qui a changé au collège Jules Vallès ?

lun 01/10/2018 - 21:00 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:54

On ne peut pas dire que la loi n° 2018-698 du 3 août 2018 relative à l'encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les établissements d'enseignement scolaire (de la maternelle au collège et au bon vouloir des lycées) ait apporté des changements notables quant à la politique du collège Jules Vallès à ce sujet. Les règles avaient été fixées il y a déjà quelques années déjà, et cet établissement ne ferait pas figure d’exception sur le département.


(Photo : Marc Alcouffe, principal du collège Jules Vallès au Puy-en-Velay)

L’usage du téléphone portable est donc interdit dans tous les bâtiments, dans toutes les salles de classe, dans toutes les séances pédagogiques qu’elles soient dans l’établissement ou en dehors. La seule ligne qui a changé dans le règlement intérieur qui précise les droits et les devoirs des élèves, fait référence à une autorisation, elle-même autorisée par la loi : « Les élèves peuvent utiliser leur téléphone portable dans les espaces récréatifs, c’est-à-dire les cours de récréation du collège Jules Vallès et du site Michelet où nous avons notre demi-pension et uniquement pendant les récréations. En dehors, les élèves doivent éteindre et ranger leur téléphone dans leur cartable », explique Marc Alcouffe, le principal du collège.
Les sanctions
Et si jamais un téléphone portable venait à sonner ou à vibrer dans un couloir avant la rentrée en classe ou pire encore au beau milieu d’un cours d’histoire-géographie… Si un élève était pris en flagrant délit en train de filmer ou de prendre en photo un de ses camarades… A quelles sanctions s’exposent les élèves ?
 

Intervenir auprès des parents peu informés
S’il y a bien sûr sanction en cas de non respect du règlement intérieur, le collège Jules Vallès s’oriente plus vers la prévention que la répression, avec des actions à destination des élèves mais également des parents parfois peu informés sur le sujet. Laisser un téléphone portable entre les mains d’un enfant n’est pourtant pas anodin. « Comme je dis souvent, un parent ne laisserait pas une Ferrari dans les mains de son enfant sans qu’il n’ait appris à conduire. Il faudrait qu’il en soit de même avec le téléphone portable. Il y a des précautions d’usage à connaître et à transmettre », précise Marc Alcouffe. Et de poursuivre : « L’an dernier, étant conscients que la problématique des téléphones portables, mais aussi d’une manière générale de tous les outils numériques et des réseaux sociaux, était aussi de la responsabilité des parents, nous avons mis en place, en collaboration avec les PEP 43 (Association Départementale des Pupilles de l'Enseignement Public de la Haute-Loire, Ndlr) et l’ANPAA (association nationale de prévention en alcoologie et addictologie, Ndlr), une section de formation ouverte aux parents d’élèves du bassin du Puy, pour aider à accompagner leur(s) enfant(s) dans une appropriation des différents outils numériques dont le téléphone portable ».
Un outil pédagogique
« Concernant les interdictions conditionnelles, la loi permet de prévoir des circonstances, notamment les usages pédagogiques, et des lieux dans lesquels le règlement intérieur autorise expressément l’utilisation d’un téléphone portable par les élèves. Il s’agit bien de conditions cumulatives, le règlement intérieur devant préciser tout à la fois des circonstances et des lieux », peut-on lire dans le texte législatif. Un angle intéressant que souhaite approfondir le collège Jules Vallès « afin de permettre aux jeunes de l’utiliser de manière pertinente, d’être en capacité de trier la masse d’informations que l'élève peut trouver en un quart de seconde et ainsi développer sa réflexion et son sens critique. »

Stéphanie Marin

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire