Ils renaissent de leurs cendres grâce à la solidarité des Altiligériens

jeu 19/01/2017 - 18:00 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:44

----

L'avis de l'expert : 1000€ de biens par m²
Comment s'assurer une bonne indemnisation en cas d'incendie? Nous avons posé la question à un assureur de la région. "Un locataire prend une assurance pour le contenu de son logement. C'est lui qui décide de la valeur des biens à assurer. En cas de sous-estimation, l'indemnisation peut-être très faible après un sinistre! Il faut compter 800€ à 1000€ de valeur par mètre carré. En fait, tout dépend du prix qu'on veut bien mettre dans l'assurance."

-----Justine et Sylvain : une cagnotte pour se reconstruire
Dimanche 8 janvier 2
017 à Saint-Germain Laprade. Le voisin de Justine et Sylvain, qui vient de rajouter une buche dans sa cheminée, s'absente. Le feu se propage au logement adjacent, celui du jeune couple. "En moins de deux heures, ils ont tout perdu!" s'émeut une de leurs proches. "Mobilier, vêtements, électroménager, souvenirs, photos... Tout a brûlé. Le pire, c'est qu'ils occupaient leur logement depuis quatre mois seulement." Démunis, ces jeunes actifs de 25 et 28 ans trouvent refuge dans leur famille. Ils doivent repartir de zéro.

Il y a bien l'assurance, mais leurs proches s'inquiètent. "Les démarches sont très longues. Et il y a toujours le risque que l'indemnisation soit insuffisante". Ils prennent les devants et lancent une cagnotte en ligne. Quant aux propositions d'aide matérielle, elles affluent de toute part. "Le couple a reçu beaucoup de propositions. On ne s'y attendait pas! Comme ils n'ont toujours pas de lieu de stockage, on a été obligés de refuser..."

Un an plus tôt, des inconnus à la rescousse de Corine
C
orine Serre a vécu le même scénario il y a un an. Elle en garde un souvenir ému. Le 12 janvier 2016, les flammes ravagent son appartement du boulevard Gambetta au Puy. Prise à la gorge par les fumées, elle doit se réfugier sur son balcon, où les pompiers la secourent, in extremis. Les flammes ont ravagé l'appartement, mais l'assurance ne veut rien savoir. "Ils ont dit que je n'étais pas assurée, alors que j'en ai la preuve". Résultat : Corine ne touche pas le moindre euro d'indemnisation.



La coiffeuse à domicile, moral au plus bas, voit alors une chaine de solidarité se créer autour d'elle. Son ex-mari la reloge pendant un an. Des proches lui amènent du linge de maison. Sa nièce crée la page facebook "tous solidaires pour Coco". Mais le plus incroyable vient des inconnus. "Emmaus et la Croix Rouge m'ont offert des kits de survie. Des commerçants m'ont proposé des réductions, on m'a même offert une paire de chaussures, et des vêtements tout neufs. Des clientes m'ont amené des vêtements. Même ma banque a été géniale!" Les petits dons se succèdent, à tel point que Corinne "commence à en refuser".

Son litige avec les assurances est toujours en cours. Pourtant Corinne a le sourire. "Moi qui me pensais un peu seule, avec peu de famille, j'ai vu que les gens étaient là pour moi.  Ça fait chaud au coeur." Encore sous le coup de l'émotion un an après, elle confie qu'elle aurait "du mal à quitter le Puy, une ville où les gens sont géniaux".
 
Clément L'hôte

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire