"Il faudra la cuire au four car elle ne rentre pas dans une poêle"

lun 13/06/2016 - 13:17 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:42

Une truite fario sauvage de 60 cm et 1,870 kg : c'est la prise peu commune d'un adolescent de 16 ans ce samedi à Lavoûte-sur-Loire.
Le jeune homme pêchait sur son float tube, une sorte de grosse bouée sur laquelle on se déplace à l'aide de palmes, lorsqu'il a senti qu'une prise se présentait à lui...

Une truite sauvage... "rien à voir avec les lâchers"
"On a d'abord cru que c'était un sandre ou un brochet", nous raconte son père par téléphone, mais c'était bien une truite fario. "Elle a de jolis points, on voit tout de suite que c'est une truite sauvage", commente-t-il, "rien à voir avec les lâchers, c'est bien plus difficile à attraper et c'est très rare de parvenir à pêcher une truite de 60 cm". En général, ce sont des truites deux fois plus petites, de l'ordre de 30 cm, que l'on trouve dans la Loire.
D'après ce pêcheur, le poisson a entre huit et dix ans. "Dans les rivières, on ne trouve pas d'aussi gros poissons, il y a bien que dans la Loire que l'on puisse faire de pareilles rencontres ; Loïc est très fier de sa prise", ajoute-t-il. Originaires de Saint-Etienne-Lardeyrol, père et fils traînent habituellement leurs cannes à pêche dans la vallée de la Loire, mais aussi du côté de Chadron ou encore au barrage de Lavalette.

Presque sa première prise
"Moi, je pêche depuis longtemps", témoigne Christian, "et mon fils Loïc a pris son permis cette année". On pourrait presque parler de pêcheur néophypte, mais il n'en est pas non plus à sa première prise : "il avait déjà pêché quelques perches, et aussi des truites mais pas de telles prises". 
Pour Christian, la pêche est une passion. Nous lui demandons qu'est-ce qui le rend heureux dans ce loisir ? "C'est que du plaisir", répond-il spontanément, "c'est du sport, en pleine nature, au bord de l'eau, un plaisir qu'on partage en famille en plus". Son fils aîné, âgé de 20 ans, participe parfois aux parties de pêche, mais il n'était pas présent ce samedi.

La tête conservée comme un trophée, et pour le reste... "on va se régaler"
Pour l'instant, la fameuse truite fario a élu domicile dans le frigo de la famille Niel. "Il va conserver la tête comme un trophée", nous explique le patriarche, "on va la tremper dans du formol". Quant au reste du poisson, il sera dévoré cette semaine : "on va se régaler", commente-t-il enthousiaste, "c'est comme un gros saumon, c'est une très bonne pièce, un poisson haut de gamme".
Reste à savoir comment cuisiner cette prise "exceptionnelle"... "Probablement avec du citron, du vin blanc et des tomates, accompagnée de riz ou de haricots", anticipe Christian avant de conclure : "une chose est sûre, il faudra la cuire au four car elle ne rentre pas dans une poêle !".

Maxime Pitavy 

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire