Haute-Loire : regards croisés sur la prochaine carte scolaire

mar 28/04/2015 - 20:43 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:33

C'est ce mardi 28 avril 2015 qu'a eu lieu le comité technique spécial (CTS) visant à définir le paysage scolaire pour la prochaine rentrée de septembre. Au terme de plus de deux heures de réunion, la nouvelle mouture de la carte scolaire en Haute-Loire a été présentée et elle n'a quasiment pas changé de la version précédente.
Les syndicats déplorent : "faisant fi des vives critiques, des avis unanimes et des manifestations, l'inspecteur d'académie, seul contre tous, maintient ses projets néfastes". En effet, les organisations syndicales ont toutes voté contre cette nouvelle proposition.

----Les propositions d'ouvertures
St-Just-Malmont (1), Sainte-Sigolène (0,5 + 0,33), Le Puy Jeanne d'Arc (1), Le Puy Val-Vert (0,5).
-----Un solde de -14 classes pour "les pigeons de l'académie"
Parmi les doléances des syndicats, on note d'abord que l'académie a obtenu 15 postes supplémentaires. Une bonne nouvelle qui ne se traduit pas en Haute-Loire, qui perd cinq postes. Le Cantal et l'Allier ne bougent pas et le Puy-de-Dôme récupère 20 postes. "Nous avons vraiment l'impression d'être les pigeons de l'académie", tempête l'UNSA Education.
En terme de classes, le bilan n'est guère plus élogieux pour la Haute-Loire, qui devrait finalement fermer 16 classes (au lieu de 17), pour en ouvrir deux, ce qui porte le solde à -14 classes. Six ouvertures de classes ont été sollicitées, toutes refusées.

----Les propositions de fermetures
Taulhac (0,25), Sanssac (1), Blavozy (1), Le Brignon (1), Brives Corsac (1), Brives République (1), Le Puy Marcel Pagnol (1), RPI Beaux St-Julien-du-Pinet (1), Lantriac (1), Tence (1), Brioude Jules Ferry (1), Champagnac (0,5), Fontannes (1) et Paulhaguet (0,25).-----"Rien de bien nouveau sous le soleil
Au final, il n'y a donc guère d'évolution en attendant le Conseil départemental de l'éducation nationale (CDEN) qui doit se tenir jeudi en préfecture. Les seuls changements concernent les écoles de Saint-Martin-de-Fugères, Siaugues-Sainte-Marie, Yssingeaux et Villeneuve-d'Allier, où des ouvertures (de "demi-moyens") sont envisagées si les effectifs réels le justifient à la rentrée.
Compte-tenu des effectifs au 30 mars, une trentaine de situations pourrait poser problème en Haute-Loire, car les effectifs pourraient changer et franchir un seuil, dans un sens comme dans l'autre, appelant alors une ouverture ou une fermeture. Quoi qu'il en soit, l'inspection d'académie devra faire avec les moyens qui lui sont attribués, ce qui devrait inexorablement conduire à la fermeture de nombreuses classes puisque le solde de -14 classes semble immuable.

Regards croisés sur la carte scolaire
Zoomdici vous propose un panorama des points de vue divergents sur cette carte scolaire au travers des témoignages suivants : des parents d'élèves, un responsable syndical et l'inspecteur d'académie.

  • Christelle Sicard, parent d'élève à l'école de Siaugues-Sainte-Marie

* Quelles sont les revendications et les problèmes spécifiques de l'école de Siaugues-Sainte-Marie ?

* "Les zones rurales de montagne sont prioritaires elles aussi"

 

  • Sébastien Debeuf, parent d'élève à l'école de Blavozy

* Il y a déjà eu de nombreuses actions pour défendre l'école de Blavozy : quels en sont les problèmes spécifiques ?

* Au préjudice d'une autre école ? Pourquoi Blavozy et pas une autre école ?

 

  • Pricilla Prades, mère de trois enfants à l'école de Corsac à Brives-Charensac

* Les deux écoles publiques de Brives devraient fermer chacune une classe à la rentrée prochaine. Pourtant le seuil est atteint, alors pourquoi ces mesures sont proposées ?

* Deux classes qui doivent fermer à Brives : la population déserte la commune ?

 

  • Jean-Marie Bayard, professeur des écoles et représentant Force Ouvrière au Comité Technique Départemental

* Avec un solde de -15 postes, le compte n'y est pas (interview réalisée en amont du CTS, le solde est désormais de -14 postes). Mais où est-ce que la situation est la plus critique ?

* Les parents déplorent le décalage entre les paroles et les actes du gouvernement : la promesse de 60 000 postes et surtout la volonté de scolariser un maximum d'enfants de moins de trois ans, mais dans les actes...

  • Jean-Williams Semeraro, inspecteur d'académie de Haute-Loire

* Les décisions prises lors de ce CTS ne diffèrent guère du dernier. Comment justifier cet immobilisme ?

* Que des routes soient bloquées ou que des parents se mettent à nu dans la presse, l'Inspecteur d'Académie ne cède pas à la pression ?

* Vous êtes ferme : il n'y aura pas d'ouverture de classe en s'appuyant sur les effectifs des enfants de moins de trois ans, mais ils sont pris en compte pour empêcher des fermetures de classe. Vous pouvez nous expliquer ?


Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire