Haute-Loire : 8 362 actes délictueux en 2013

ven 24/01/2014 - 13:12 , Mise à jour le 26/11/2020 à 17:49

La Haute-Loire demeure l'un des dix départements les plus sécurisés de France (en nombre de délits commis par rapport au nombre d'habitants) mais la délinquance progresse tout de même de presque 5 % au cours de cette année 2013.
En effet, 8 362 faits ont été constatés en 2013 contre 7 906 en 2012. Cet accroissement concerne essentiellement des faits de violences, ainsi que des cambriolages mais la hausse est à relativiser car elle est conjuguée à un meilleur taux d'élucidation, qui passe de 40,46 % en 2012 à 45,47 % en 2013.

Les assises marquée par l'affaire Agnès
Cette année 2013 aura vu le nombre de garde à vue progresser de plus de 60 %, passant de 356 en 2012 à 564 en 2013. Pas moins de 10 475 affaires pénales ont été reçues au Parquet et 8 265 ont fait l'objet de procédures. Au final, seules 2 500 affaires étaient poursuivables. Le taux de réponse pénale de la juridiction est tout de même de 97 % en 2013.
L'activité de la Cour d'assises a connu une légère hausse puisque quatre sessions ont eu lieu en 2013 (soit 28 jours d'audience) contre trois en 2012 (15 jours d'audience). C'est bien évidemment l'affaire Agnès (lire) qui aura marqué les esprits, avec notamment la venue de la presse nationale (lire), bien que l'essentiel des débats eurent lieu à huis clos.

Neuf fois plus d'écoutes téléphoniques en 2013 !
Les forces de l'ordre ont quant à elles recentrées leurs activités sur le département. Pas toujours évident pour les affaires de stupéfiants, qui traversent bien souvent diverses juridictions. Un outil l'a permis toutefois : les écoutes téléphoniques, qui passent de 7 en 2012 à 67 en 2013 !
Au même titre que les perquisitions, les écoutes téléphoniques sont désormais possibles sans l'ouverture d'une information judiciaire, il suffit d'une autorisation du JLD (Juge des Libertés et de la Détention). Pour le procureur de la République Jacques Louvier, "ces procédures ont apporté d'excellents résultats, à un moindre coût humain et financier".

Une inauguration définitive du Palais de justice dans l'année ?
Le Palais de justice ponot est également en phase de restructuration (lire). Les deux premières phases du chantier sont terminées et les magistrats espèrent une inauguration définitive avant la fin de l'année civile. Initiés en décembre 2012, les travaux devaient durer 18 mois.
Le nouveau bâtiment sera accessible aux personnes à mobilité réduite et comptera 1 915 m² de surface utile. Le coût des travaux est estimé à environ un million d'euros, intégralement pris en charge par les crédits de la réforme de la carte judiciaire et les crédits de mise en conformité.

----Début 2012, les magistrats du siège n'étaient que sept, alors que le ministère de la justice avait localisé la nécessité de douze emplois... Finalement, depuis septembre dernier (lire), ils sont onze, mais demeurent en sous-effectif.
-----Toujours la crainte de devenir un désert judiciaire
Les magistrats demeurent débordés et en sous-effectifs en Haute-Loire et pourtant, le nombre d'audiences correctionnelles a augmenté de 33 % entre 2011 et 2013. Sur cette même période, les procédures de comparution immédiate ont carrément plus que doublé et les ordonnances pénales ont augmenté de près de 90 %... En contrepartie, l'activité civile marque un recul, avec 164 affaires terminées en moins que l'année précédente.
"Cette suractivité a été menée avec une équipe identique au greffe correctionnel", a indiqué la présidente Chantal Monnard-Ferreira, "avec des effectifs sinistrés pour les magistrats du siège". L'an dernier déjà, lors de l'audience solennelle de rentrée, elle avait tiré la sonnette d'alarme pour que notre département ne devienne pas un désert judiciaire (lire).

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire