Green Piste Records souffle ses 10 bougies

Par Nicolas Defay ven 29/10/2021 - 17:00 , Mise à jour le 29/10/2021 à 17:00

Cette maison de disque ne vous dit peut-être rien et pourtant elle est l’un des moteurs de la production musicale en Haute-Loire. Naviguant depuis maintenant 10 ans dans les flots tumultueux de la « ziq » et de ses constantes (r)évolutions, Green Piste Records trace sa route sonore sans dévier son cap d'une portée de notes.

Ils sont trois. Trois capitaines de navire à bord de Green Piste Records, fier vaisseau construit à coup d’envie, de volonté, de risques aussi mais surtout de passion. Simon Kessler, Mathias Chaumet et Julien Bancharel soufflent ensemble les 10 ans de leur monture musicale en cette année 2021. Pour l’occasion, le Palais des Congrès et des Spectacles de Vals-près-le-Puy accueille ce samedi 30 octobre la Cafetera Roja, groupe phare de Green Piste Records.

La Cafetera roja en concert
La "Cafet" en live pour l'anniversaire des 10 ans de Green Piste Records. Photo par Cafetera roja

Simon Kessler, gérant et responsable de la production de tournée, de disques et des éditions, partage quelques pages d’histoire de ce label indépendant.

Quoi, quand, où…

Concert de la Cafetera Roja, Flavia Coelho et DJ Crok de Watt pour les 10 ans de Green Piste Records.
Au Palais des spectacles de Vals-près-le-Puy
Samedi 30 octobre dès 20 heures
L’achat des billets peut se faire directement en ligne sur le site de Spectacles en Velay.

Quelle est la genèse de Green Piste Records ?

Simon Kessler : « Green Piste Records a été précisément créé en 2009 par le rapprochement de Mathias Chaumet (Mc Studio) et Christophe Barthomeuf (Graphetic) qui faisaient respectivement enregistrements d'albums et visuels d'albums. Travaillant régulièrement ensemble, ils ont décidé de mettre en commun les compétence et de monter la structure Green Piste Records au moment de la rencontre avec le groupe La Cafetera Roja qui a été le déclencheur. Pour ma part, je suis arrivé en 2010 en stage, pour faire la partie production et je me suis rapidement tourné sur le management et la recherche de date. Julien Bancharel, qui travaillait déjà avec des artistes que l'on défendait (Maison Qui tient chaud et Lady H) a rejoint la structure en 2015 ». 

Question sûrement naïve mais...quelle est la définition d’un label ?

Simon Kessler : « Un label est une maison de disque, c'est elle qui produit (et donc finance) un album  : salaires, enregistrement, promotion .. Et le label s'assure de la distribution de cette musique au plus grand nombre (physique et numérique). Aujourd'hui, nous travaillons avec Green Piste Records à 360°, c'est à dire que que nous faisons du disque, mais nous avons également une activité d'édition musicale (éditeur), de tourneur ( recherche de lieu de diffusion). C'est d'ailleurs l'activité de tourneur qui est notre activité principale en ce moment ».

« Le disque est une activité qui a plutôt tendance à nous faire perdre de l'argent, nous ne sortons donc pas beaucoup de disques. Mais cela reste indispensable que les artistes puissent avoir des actualités de sortie pour pouvoir lancer les tournées ». Simon Kessler 

D’où vient ce nom de Green Piste Records ? A-t-il une signification ?

Simon Kessler : «  Question que l'on pose assez régulièrement aux groupes ! C'est difficile de trouver un nom pour une structure, un nom qui se retient, qui correspond à ce que l'on fait… En fait, nous sommes partis du principe que nous produisions de la musique (pistes) à la campagne (Green) ». 

D’ailleurs, quelle est la philosophie du label ?

Simon Kessler : « Le nom de la structure est apparenté à notre intérêt pour l'écologie. Nous sommes parfaitement conscients que nous avons une activité néfaste pour ça (transports, salle de concert, fabrication de disque …) Donc nous tendons à essayer de  réduire au maximum l'impact : limitation des quantités de disques et vinyles pressés (pas de CD promo), ajuster au mieux les routings, mise à disposition de gourde en alu pour les artistes et techniciens de la structure , etc. Et dans le choix des artistes avec qui nous travaillons car le coté humain est primordial ! »

« Selon les types de spectacles "grand public", "jeune public" ou de "niche", on s'adresse à des lieux de diffusions différents, et donc chacun est primordial à l'activité de la structure ! » Simon Kessler

Infos pratiques

Pour contacter Green Piste Records, vous pouvez passer par leur site.
Pour leur page Facebook, c’est ICI.
Leur Instagram, c’est par.
Leur chaîne Youtube, sur ce LIEN

Y’a t-il d’autres labels indépendants comme Green Piste Records en Haute-Loire ?

Simon Kessler : « Oui, Il y a Label Diff 43 qui est sur le même fonctionnement que nous. Ils sont basés dans l'est du département. Il y a également Accents Records, maison de disque spécialisé dans l'électronique la techno et l'expérimental. Et je pense qu'il y a d'autres structures indépendantes en Haute Loire, mais que nous ne connaissons pas forcement ».

Du côté des groupes, quelles sont les locomotives de Green Piste Records ?

Simon Kessler : « Au départ, le moteur était clairement La Cafetera Roja. Aujourd'hui, il n'y a plus vraiment de moteur, même si La Cafetera Roja les Tit'Nassels sont les groupes les plus connus. Selon les types de spectacles "grand public", "jeune public" ou de "niche", on s'adresse à des lieux de diffusions différents, et donc chacun est primordial à l'activité de la structure ! »

Green Piste Records fête ses dix ans en cette année 2021. Est-ce que maintenir un label local dans un département comme la Haute-Loire est difficile ?

Simon Kessler : « Cette activité en Haute Loire a des avantages ! Nous avons un cadre de vie et de travail juste impeccable qui nous permettent d'avoir des dépenses fixes limitées et un bureau. Et aujourd'hui, le gros de notre activité se fait à distance avec internet. Pour le réseau, c'est un peu plus compliqué ! Nos homologues parisiens ou lyonnais sont à proximités de médias et d'autres structures qui donne, c’est vrai, une bien meilleure dynamique ».

« Nous ne produisons pas tous les albums des artistes que nous accompagnons. Nous ne pourrions pas suivre financièrement. Mais nous avons besoin que ces artistes produisent leurs propres albums pour pouvoir défendre ensuite leur tournée ». Simon Kessler

Mais alors, comment un label indépendant tel que le vôtre fait face aux grands labels nationaux ?

Simon Kessler : « Je ne pense pas qu'on soit concurrent des grands labels. On est complémentaire, ou nous travaillons ensemble. Notre but est de faire découvrir nos artistes qui ont du talent. Tant que les projets sont en développement, c'est un atout pour les artistes de travailler avec une petite structure. Nous connaissons mieux le projet et surtout nous le faisons découvrir au public et aux professionnels du secteur. Le jour ou le projet devient plus grand et si nous n'avons pas la capacité à développer le projet d'avantage, nous aurons intérêt à le faire travailler par une structure plus importante ».

Est-ce que l’autoproduction des artistes est un frein pour un label indépendant ?

Simon Kessler : « Cette pratique a des avantages. Il y a aujourd'hui beaucoup d'artistes, beaucoup de projets ! Il est impossible que toutes les structures puissent suivre. Et certains artistes se lancent de manière indépendante, pour être repérés ensuite. Comme je le disais, nous ne produisons pas tous les albums des artistes que nous accompagnons. Nous ne pourrions pas suivre financièrement. Mais nous avons besoin que ces artistes produisent leurs propres albums pour pouvoir défendre ensuite leur tournée ».

Enfin, quels sont les projets de Green Piste Records ?

Simon Kessler : « Nous avons pour projets de pouvoir faire perdurer cette activité ! Même si pour le moment notre catalogue ne nous permet pas de prendre de nouveaux artistes, nous continuons de suivre ce qu'il se fait et par qui. Aussi, nous venons de monter une structure de booking Diamontour en collaboration avec Odeva dans le Jura. Cette structure nous permet de défendre des projets uniquement sur le live et de pouvoir travailler avec des artistes internationaux en mutualisant les réseaux professionnels ».

P'tit cadeau musical de Green Piste Records :

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

2 commentaires

pu

sam 30/10/2021 - 13:12

Ah! Un article culturel! Ça fait du bien et ça allège l'actualité. 

Merci zoom de nous faire connaître nos artistes locaux! La haute Loire is not dead !

ma

ven 29/10/2021 - 17:58

La chance d'avoir un label en Haute-Loire !! Merci de mettre en valeur les acteurs culturels altiligériens !