Fusion des communes : "travailler avec détermination, mais sans précipitation"

mer 18/05/2016 - 19:56 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:41

Trois mois jour pour jour après son élection à la tête de la mairie du Puy, le 29 avril 2016, Michel Chapuis nous avait reçu dans son bureau pour évoquer les premières esquisses qu'il envisage pour la ville de demain. 
Nous avions notamment évoqué ces trois premiers mois à la mairie du Puy, ses relations avec le tissu associatif, mais aussi avec l'opposition ou le fait d'oeuvrer "dans l'ombre de Laurent Wauquiez". Nous sommes également revenus sur le dossier des écoles privées subventionnées. 
Michel Chapuis s'était également confié sur les projets à venir sur la ville du Puy, de l'étude de circulation au contournement du Puy, en passant par la volonté d'équiper d'armes à feu les policiers municipaux ou encore les mesures envisagées pour l'emploi...
Profitant de ce long entretien et à l'avant veille de la course du 1er mai, Zoomdici avait décidé d'en garder sous la semelle ! Nous évoquons donc aujourd'hui l'avenir de l'agglomération du Puy et notamment la possibilité de voir des communes périphériques fusionner avec la ville préfecture. Entretien.

Zoomdici : la fusion des communes est un peu un serpent de mer, mais est-ce un dossier qui avance ? Il est envisagé que la commune du Puy absorbe des communes périphériqies, on pense notamment à Espaly, Aiguilhe ou encore Vals... Où en sont les tractations ? 
Michel Chapuis : Ce sont des dossiers importants, le législateur, dans le cadre de la loi NOTRe, nous invite très fortement à fonder des communes nouvelles, des collectivités avec des tailles plus opportunes par rapport aux grandes agglomérations. C'est un sujet sur lequel je réfléchis, avec d'autres collègues, mais ce sont des sujets de fond, très importants et très structurants, qui nécessitent donc beaucoup de préparation et l'adhésion de tous les acteurs donc il n'y a pas aujourd'hui une commune plus qu'une autre de sollicitée. 

Zoomdici : C'est tout de même un sujet d'actualité pourtant ? 
Michel Chapuis : Oui, c'est à l'ordre du jour, ça doit préoccuper de manière générale tous les élus, pas simplement le maire du Puy-en-Velay, car on est dans un mouvement très clair initié par le législateur sur la fusion des collectivités mais en même temps il faut mesurer la taille opérante et les opportunités pour chaque territoire... c'est un sujet intéressant, mais délicat.

Zoomdici : On voit pourtant que les choses vont bien plus vite dans d'autres territoires. Quels sont les freins ici ? 
Michel Chapuis : Je ne crois pas qu'il y ait de frein particulier ici, on est sur un sujet préoccupant qui est l'élargissement de la communauté d'agglomération, qui d'un point de vue culturel bouleverse déjà pas mal la lecture des élus locaux. Dans un deuxième temps, lorsque l'on aura conduit avec succès la fusion avec les autres territoires et l'élargissement de la communauté d'agglomération du Puy, alors en profitant de cette expérience, on pourra progressivement avancer, aller plus loin et peut être imaginer des communes nouvelles.

Zoomdici : Un chantier après l'autre donc...
Michel Chapuis : Oui, ce sont des sujets très sensibles sur lesquels il faut effectivement travailler avec détermination, mais sans se précipiter, en prenant du temps.

Zoomdici : Chi va piano va sano, e chi va sano va lontano (ndlr : qui va doucement va sûrement, et qui va sûrement va loin)
Michel Chapuis : C'est exactement ça !

Zoomdici : On évoquait des freins potentiels précédemment, qui seraient propres à la Haute-Loire. Est-on ici plus qu'ailleurs attaché à sa commune ? Se livre-t-on parfois à des guerres de clocher ? 
Michel Chapuis (il hésite un moment) : Non, je ne crois pas. Je crois que les élus locaux, à travers l'élargissement du périmètre intercommunal d'un côté, qui change leur regard, et avec une très forte pression d'un point de vue financier de l'autre, puisque les DGF (ndlr : dotations globales de fonctionnement) de toutes les collectivités sont en baisse, ces élus locaux ont une incitation très forte, d'un point de vue économique, qui est la volonté de l'Etat, à procéder aux fusions. En ce moment on travaille à l'élargissement et si on réussit pour l'agglo du Puy, je crois que l'on va alors créer un terrain favorable pour aller plus loin dans la réflexion quant à l'avenir des communes nouvelles.

Zoomdici : Pour conclure, et vous aviez anticipé le sujet, cette future communauté d'agglomération du Puy, élargie à 85 000 habitants, vous y êtes favorable ?  
Michel Chapuis : Oui, complétement favorable car c'est un suejt structurant avec évidemment plusieurs bassins de vie qui vont maintenant s'associer, mais avec une colonne vertébrale, notamment pour des sujets comme le tourisme ou le développement des territoires, qui va structurer la future collectivité.

Maxime Pitavy

* Pour aller plus loin
Le Président de l'UDI de Haute-Loire est un proche collaborateur de Laurent Wauquiez, à qui il a succédé le vendredi 29 janvier, lors d'une passation de pouvoir empreinte d'émotion alors que Laurent Wauquiez siégeait pour la dernière fois dans le conseil municipal ponot, après en avoir été le maire pendant huit ans.
Nous avions reçu Michel Chapuis dans notre émission Le Scan où il avait eu l'occasion, pendant près de 25 minutes, d'aborder les dossiers de fond et de nous dévoiler quelques éléments de sa personnalité, tout en reconnaissant qu'il n'y aurait plus de baisse d'impôts.
Michel Chapuis est également conseiller régional puisqu'il figurait en cinquième position de la liste de la droite et du centre pour le scrutin régional de décembre dernier. Un scrutin où son équipe l'avait très largement emportée en Haute-Loire (avec 57,85 % des suffrages pour la liste Wauquiez, la Haute-Loire est le quatrièmé département de France le plus tranché dans son vote) et avec une avance considérable au niveau régional (40,61 % des votes). Notons que le nouveau maire du Puy siège également à la commision permanente du conseil régional. 

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire