Fronde contre le projet d’une antenne 4G à St-Maurice/Lignon

Par Nicolas Defay sam 19/03/2022 - 15:30 , Mise à jour le 19/03/2022 à 15:30

« Refus catégorique ». « Indignation ». « Un dossier lacunaire ». Les habitants de 4 villages à Saint-Maurice montrent les crocs face au projet d’implantation d’un pylône 4G de 42 mètres. Remontés, ils entendent bien faire plier le géant de la téléphonie mobile pour éviter que leurs territoires sauvegardés ne soient défigurés par le dispositif.

Esclunes... un nom de village qui évoque un petit coin de verdure où l’étroite route d’accès serpente entre les champs en pente et les forêts de sapins. Dans les prés, les moutons courent comme des nuées d’oiseaux, guidés en silence par les border collie. Au-dessus, les milans et les circaètes survolent le spectacle, cette chorégraphie aussi belle que rare dans un décor de nature encore préservé. Mais ce mot « encore » semble se fragiliser à grande vitesse à mesure que les jours passent.

Des habitants des villages de La Faye, du Pré, de la Combe du Pré, et d’Esclunes dans la commune de Saint-Maurice-de-Lignon se dressent devant ce qui se trame sur leurs terres. En projet, dans le cadre du fameux New Deal national, une antenne 4G construite par TDF et gérée par l’opérateur SFR est en passe d’être échafaudée à 100 mètres des premières maisons d’Esclunes. « Nous souhaitons exprimer notre refus catégorique de voir s’ériger un relais de 42 m à l’entrée de notre village d’exception qui a échappé miraculeusement à l’expansion urbaine ! », lance le collectif citoyen d’Esclunes par le biais d’un manifeste.

Les arbres à droite mesurent environ 20 m. L'antenne sera 2 fois plus grande.
Les arbres à droite mesurent environ 20 m. L'antenne sera 2 fois plus grande. Photo par Nicolas Defay

« Dans le cadre du New Deal et des arrêtés ministériels qui en découlent, nous avons pour mission de résorber toutes les zones blanches du territoire national d’ici la fin 2022, explique Cyrille-Frantz Honegger, porte-parole Centre-Est de SFR . Contrairement à ce que pourrait faire penser son nom, zone blanche ne signifie pas forcément un secteur où le réseau téléphonique est totalement nul. Il peut s’agir simplement d’une couverture qui n’est pas optimale. Selon les études effectuées, les villages d’Esclunes, du Pré et de la Combe, à Saint-Maurice-de-Lignon, sont situés dans une zone considérée comme blanche ».

« Notre devons, selon le schéma en question, faire en sorte d’améliorer cette couverture pour ces trois hameaux, d’où le projet d’installation d’une antenne. Elle mesurera effectivement 42 mètres mais sera recouverte en grande partie par des arbres ».

« Concernant les contraintes telles que Natura 2000, la zone de Protection Spécifique (ZPS) et celle pour la Conservation des Oiseaux (ZICO), il est bien certain que nous les avons prises en compte dans le montage du dossier afin que celui-ci respecte les lois environnementales en vigueur ». Cyrille-Frantz Honegger

« Il n’y a toujours pas de permis de construire déposé »

« Pour le terrain d’Esclunes, il nous a semblé le plus adapté car c’est un espace communal et l’adduction à l’énergie est aisée. Je tiens à préciser que nous en sommes à l’étape de l’information du projet auprès de la municipalité et des habitants des villages riverains à l’antenne. Il n’y a toujours pas de permis de construire déposé. Le premier contact est le maire. Nous regardons avec lui pour trouver la meilleure solution et répondre à toutes les questions ».

« Peut-être est-il vrai que le dossier est technique et compliqué pour nombre de personnes. Pour pallier ça, nous organisons des réunions publiques. Dans le cas des villages de Saint-Maurice-de-Lignon, une rencontre publique est prévue le vendredi 25 mars à 10h30 à la Salle de la Tour Maubourg où je serai moi-même présent pour apporter toutes les lumières ».

« Cette technique est lamentable, petite et honteuse ! »

Une réunion publique est prévue vendredi 25 mars à 10h30, Salle de la Tour Maubourg à St-Maurice-de-Lignon.
« Le choix du jour et de l’horaire est révoltant, s’indigne un habitant concerné. Il y aura bien peu de monde à cette rencontre car nous serons tous coincés à notre travail. Cette technique est lamentable, petite et honteuse ! ».

Cette date est d’autant plus importante que le maire s’engage à enterrer ce projet d’implantation si plus de 50 % des présents sont contre.

« Nous avons choisi d’habiter ici pour la qualité de vie, tout simplement »

Si l’idée d’une couverture téléphonique plus large et efficace n’est pas contestée par le collectif, les habitants s’opposent néanmoins à l’utilité d’une telle construction près de chez eux. « Les villages d’Esclunes, du Pré et de la Faye ne sont pas en zone blanche !, assurent-ils. Les communications téléphoniques fonctionnent correctement ». Un argument démontré par les 2 et 3 barres de signal (sur 4) qui s'affichent sur les téléphones portables et les personnes qui discutent sur leur smartphone.

Selon eux, le choix de cette parcelle qui appartient à la commune a été motivée par son accès aisé pour les travaux et pour sa facilité de raccordement au réseau électrique.

Pour le village de la Combe, lieu où le réseau téléphonique apparaît le plus compliqué, les habitants sont également contre. « C’est vrai que nous ne captons pas beaucoup, partage l’un d’eux. Mais peu importe. Ce n’est pas grave et ça nous convient. Nous préférons rester ainsi et ne pas voir ce pylône chez nous. Nous avons choisi d’habiter ici pour la qualité de vie, tout simplement ».

Toutes les générations se dressent contre le futur pylone 4G à Esclunes.
Toutes les générations se dressent contre le futur pylone 4G à Esclunes. Photo par Nicolas Defay
Toutes les générations se dressent contre le futur pylône 4G à Esclunes. Photo par Nicolas Defay

« Ce que nous aimerions avoir, par contre, c’est la fibre. Nous communiquons sans difficulté par téléphone mais le débit internet est, quant à lui, beaucoup moins fiable ». Le collectif citoyen d’Esclunes

« 81 % sont totalement contre la présence de cette antenne »

Pour démontrer à la mairie de Saint-Maurice-de-Lignon et à l’opérateur SFR que le refus est dense, le collectif est passé dans chaque maison des quatre villages en question. 88 % des habitants ont été informés par le projet et ses enjeux bénéfiques et négatifs. « Sur ces 88 %, 81 % sont totalement contre la présence de cette antenne, assure une porte-parole du collectif. Soit environ 150 habitants ».
Elle continue : « Le dossier présenté par l’opérateur est totalement insipide. Et, outre la défiguration du paysage, nous ne savons rien des effets qu’une telle antenne peut provoquer sur les animaux et les habitants ».

Un autre de conclure : « Oui, nous avons un four micro-ondes chez nous, oui nous avons des téléphones portables. Mais ce sont des objets que nous avons choisis d’avoir. Cette antenne nous a été imposée ! »

Des signalisations ont déjà été implantées pour situer la construction. Photo par Nicolas Defay

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

2 commentaires

mi

lun 21/03/2022 - 14:57

et oui tout le monde veut le dernier smartphone mais personne veut d'antennes et ce sont les mèmes qui râlent parce qu'ils sont en zone blanche .

lo

lun 21/03/2022 - 07:31

PERSONNE ne veut de ce matériel proche de chez lui mais TOUT LE MONDE veut un téléphone portable qui fonctionne correctement...Allez comprendre ! Quand à la fibre qui résoudrait les problèmes (?) personne ne veut payer. Restent les signaux de fumée comme les indiens ou le tamtam africain....