Foot : qu'est ce qui a changé ces 20 dernières années dans le département ?

mar 28/06/2016 - 20:19 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:42

Raymond Fournel a été réélu à la présidence du district de football (387 voix sur les 388 votants) le 12 juin 2016 lors de l'assemblée générale du district de football, qui était marquée par les finales départementales de coupe qui ont vu l'US Sucs et Lignon devenir championne de Haute-Loire et l'AS Chadrac remporter la coupe des réserves. Comme il s'agissait d'une année élective (mandat de quatre ans), il avait préféré repousser l'entretien.

"J'étais un petit footballeur, par la taille comme par le talent"
Si le district de football existe depuis les années 1940 en Haute-Loire, il n'a connu à sa tête que cinq Présidents en l'espace de 76 ans... ce qui fait un mandat moyen d'une quinzaine d'années. Raymond Fournel, Monistrolien d'origine et Capitolien d'adoptiont travaillait au trésor public jusqu'en 2007. Plus jeune, il était ailier gauche mais jouait surtout en football loisir, avec les copains car son sport favori, c'est la boule lyonnaise.
"J'étais un tout petit footballeur", nous explique-t-il. "Messi est petit aussi", lui rétorque-ton ironiquement. "Oui mais j'étais un petit footballeur, par la taille comme par le talent moi, j'étais frêle et je n'étais pas très bon". Une petite anecdote pleine d'autodérision avant de se lancer dans un entretien XXL.

Zoomdici : dans un premier temps, Raymond Fournel, on vous voit régulièrement le long des terrains de foot serrer des mains mais peut-on expliquer quel est le rôle d'un Président de district ?
Il sert à gérer toutes les compétitions qui se déroulent sur un territoire, autant les compétitions jeunes que séniors ou fémines ou encore de football d'animation. Son rôle est de mettre en musique un peu tout ça, avec l'aide de son comité directeur composé de 18 personnes, sans oublier les 70 à 80 bénévoles qui appartiennent à une douzaine de commissions, qui font fonctionner le district sous l'autorité du Président.

Zoomdici : Vous venez d'être réélu lors de l'assemblée générale du district ce week-end... et vous étiez le seul candidat à votre succession n'est-ce pas ?
Oui mais un Président ne serait rien sans ses collaborateurs et depuis une douzaine d'années, on procède par scrutin de liste en respectant l'obligation d'inclure un médecin, une femme, un arbitre et un éducateur. J'ai donc été élu avec une liste renouvelée à 25 %, rajeunie pour préparer l'avenir et plus représentative de l'ensemble du département.

Zoomdici : On mène une campagne pour être élu ?
On peut le faire s'il y a plusieurs listes mais moi, je ne mène pas de campagne et on est jugé sur le travail réalisé au cours des quatre années écoulées, ce sont les clubs qui votent et s'ils sont contents de vous, vous ne prenez pas de coup de crayon comme on dit

Zoomdici : Qui sont les collaborateurs qui vous accompagnent dans cette aventure ? Des fidèles ?
Oui, on peut dire ça car la plupart sont avec moi depuis 1996 et j'ai toujours su déléguer, c'est un esprit d'équipe, et comme je suis entouré de personnes compétentes, je n'hésite pas et compte tenu de mes autres fonctions à la Ligue et à la fédération, j'aurais sinon été vite épuisé.

Zoomdici : Raymond Fournel, vous êtes Président du ditrict depuis vingt ans, qu'est-ce qui a changé dans le foot départemental au cours de ces deux dernières décennies ? Vous évoquez une professionnalisation, est-ce que ça signifie que l'on rigole moins, que l'on est plus sérieux ?

Zoomdici : Il y a également eu le fameux dossier de la rive droite, qui aura marqué ses 20 dernières années. Avec un peu de recul, comment l'analysez-vous ? Etait-ce vraiment nécessaire ? Ça fonctionnait bien aussi avant ? Etait-ce un moyen de marquer la mandature de votre empreinte ?


Zoomdici : Vous parlez de politique et vous me tendez une perche. Votre fonction de Présidentde district, est-ce avant tout un métier politique ?
Oui, tout à fait, c'est un métier politique, j'ai eu la grande chance de travailler pendant de longues années main dans la main avec Jacques Barrot, ça m'a beaucoup aidé car il y avait une amitié sincère et lui aussi souhaité une Haute-Loire du football réunifiée. Il est parti juste au moment où on y arrivait...
Mais Président de district n'est pas un métier, je tiens à le rappeler, je suis bénévole, mais c'est vrai qu'il faut travailler avec tout le monde et tendre la main à tout le monde.

Zoomdici : On a évoqué le passé, avec ces 20 années passées, mais il faut aussi aborder le futur, avec notamment la fusion des Ligues (lire notre article), le football féminin et le futsal. Quel va être l'avenir du football départemental ? 
On a déjà parler de la professionnalisation des principaux clubs du département, si quelques clubs s'ajoutent à la liste, on va les prendre mais on ne pourra pas en prendre cinquante de plus non plus car on n'a pas les moyens financiers et l'objectif n'est pas non plus d'avoir des professionnels dans tous les clubs... Et puis pour tous ces pros, il y a un cahier des charges, c'est àdire qu'outre leurs missions dans leurs clubs respectifs, ils ont aussi des missions au district, pour nous donner la main pour le développement du football féminin, pour encadrer nos stages, sous l'autorité du CTD et du CDFA (ndlr : conseiller technique départemental et conseiller départemental de football d'animation). On va aussi essayer de développer quelque chose qui n'existait pas chez nous mais dans la Loire et que nous ont demandé nos amis des clubs de l'est, c'est le football criterium, que l'on va appeler foot loisir en Haute-Loire et qui consiste en un championnat avec des matchs les samedi après-midi pour des gens d'un certain âge, mais bien encadrés avec des arbitres et on va le démarrer dès cette année.

Zoomdici : Un mot sur l'arbitrage également, alors qu'il y a eu un événement malheureux cette année... Est-ce que ça fait partie des chantiers de demain ? 
On ne va pas noircir le tableau, il y a eu cet accident qui est arrivé, on aurait tous préféré que ça ne se produise pas et on a tout mis en oeuvre pour que ce dossier avance. Il y a eu une première décision avec des sanctions lourdes sur le plan administratif, on attend maintenant la décison de Justice et après on réouvrira le dossier si jamais il y a des noms qui viennent à sortir. Et je tiens également à rappeller qu'il ne s'agit que d'un incident d'une des équipes du club. Il faut souligner que l'équie une d'Aurec a eu un comportement remarquable tout au long de la saison et ils accèdent en division supérieur donc ne mettons pas tous les membres de ce club dans le même panier. Surtout que les présidents de club sont parfois débordé par des gens qui ne sont même pas licenciés.

Zoomdici : Après, cette convention signée en préfecture semble dérisoire... On ne va pas réinventer l'eau chaude, le district a toujours cherché à protéger ses arbitres non ? 
Oui oui, bien sûr, de toute façon ce geste était totalement inadmissible, les arbitres l'ont condamné. J'ai rencontré l'UNAF (ndlr : union nationale des arbitres de football), non pas pour essayer d'étouffer l'affaire comme certains l'ont dit, mais pour préparer, en concertation, les actions de sensibilisation à entreprendre et ils ont fait quelques actions auprès de leur collègue, notamment pour les finales, ils avaient revêtu un maillot avec un message visant à sensibiliser les clubs. A l'assemblée générale du district à Saint-Julien-Chapteuil, la gendarmerie nationale est intervenue sur divers domaines, d'abord l'alcool mais aussi les violences et les clubs ont été sensibilisés.

Zoomdici : Pour les chantiers de demain, on n'a pas encore évoquer le football féminin et le futsal...
Oui le futsal se développe mais le gros inconvénient pour qu'il se développe vraiment, c'est qu'il est très compliqué de trouver des installations.

Zoomdici : On manque d'infrastructures en Haute-Loire ?
Oui, on manque d'infrastructures... Enfin, ce n'est peut être pas que l'on en manque mais il y a beaucoup de disciplines et donc de licenciés qui utilisent ces infrastructures toute l'année, du hand au basket, en passant par le tennis ou le volley. C'est compliqué, dans les communes, de parvenir à satisfaire tout le monde. Malgré tout ça se passe bien, les filles font du futsal, tout comme les U13, les U15 et les U18. Moins les séniors car c'est compliqué de trouver des créneaux pour tout le monde dans la semaine mais globalement, au niveau national, on est pas du tout les moins bien lotis en futsal.

Zoomdici : 20 ans de présidence résumée en 20 secondes, ça donne quoi ? Vous êtes reparti pour 20 ans ? Cette fonction, c'est aussi des souvenirs exceptionnel et des finales de coupe du monde ? Vous aurez de nouveau une place pour la finale de l'Euro 2016 ?


Zoomdici : On parle de places pour l'Euro 2016, c'est aussi l'occasion de rappeler que cette année, le district n'en avait pas à distribuer auprès des jeunes licenciés du département comme celà a pourtant souvent été le cas par le passé...
Oui, tout à fait et on le déplore, je regrette qu'on n'ait pas eu l'opportunité d'emmener quelques gamins au stade pour ce grand événement, et pour ma part même certains de mes collègues qui font un travail formidable toute l'année et bénévolement, assister à un match de l'Euro aurait été une façon de les remercier. C'est regrettable mais c'est l'UEFA qui gérait et c'était très draconien, mais compt(ez sur moi pour le faire remonter à la Fédération en temps voulu.

Zoomdici : Autrefois, ça se faisait n'est-ce pas ?
Oui oui, pour le dernier Euro, on avait eu des places, mais aussi pour la coupe du monde 1998, c'est dommage car on en demande pas beaucoup... On aurait rempli un car pour mener une équipe à Saint-Etienne, mais ça ne s'est pas fait malheureusement.

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire