Fin des 35h au Puy : le maire reçoit les agents contestataires

mar 14/11/2017 - 12:08 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:49

En tout, ce sont pas moins de 550 personnels qui sont concernés (environ 200 au CCAS et 350 à la Ville) par les nouvelles mesures qui visent à une harmonisation du temps de travail entre les agents municipaux, ceux du CCAS et ceux de l'agglo du Puy (environ 650 salariés).
En effet, les agents des trois collectivités sont amenés à travailler ensemble sans avoir les mêmes temps de travail, ni les mêmes avantages ou les mêmes salaires. C'est "pour des questions d'équité, de simplification de la gestion et pour ne pas freiner les mobilités internes entre ces structures", que la Ville du Puy justifie cette harmonisation des statuts, qui est "un nivellement par le bas", selon la CGT.

Les 35h à la Ville du Puy feraient perdre 20 ETP
La mairie du Puy affirme suivre les recommandations de la  Chambre régionale des comptes qui estime, dans son rapport de décembre 2015, que "l'accord 35h très favorable des agents de la Ville du Puy induit la perte de 20 ETP (ndlr : équivalent temps plein), soit un coût salarial estimé à 707 000 €".
Les agents, "à une très large majorité" insiste la CGT, ont exprimé leur désaccord de la modification de l'accord des 35h obtenu en 2002 et amélioré en 2011. "On va poursuivre le mouvement à la demande, avec des opérations coup de poing", assure un représentant syndical. Un préavis de grève reconductible d'un mois a été déposé.

''Ce que laisse présager de pire la loi El Khomri''
Gérard Rival, représentant CGT, travaille au CTM (centre technique municipal) à Taulhac. Selon lui, ce "coup de force social" est un exemple concret de ce que laisse présager de pire la loi El Kohmri, avec un accord d'entreprise qui prend le pas sur un accord de branche.
Comment est perçue cette modification et qu'est-ce que ça va concrètement changer pour les agents municipaux selon vous ? Ce sera travailler plus pour gagner plus ? 

Une grande variété de métiers qui nécessite une différenciation des régimes
Aujourd'hui, il y a un cadre général et le temps de travail est ensuite adapté à la pénibilité de chaque métier. Dans une collectivité comme la Ville du Puy, il y a beaucoup de types de métiers : des maçons, des plombiers, des infirmières, des aides-soignates, des directeurs, des services techniques, des agents qui travaillent le week-end ou qui déneigent la nuit...
Bref, il y a de nombreux corps de métier "avec des temps de travail particuliers et qui sont individualisés en fonction des besoins", souligne le maire du Puy Michel Chapuis, qui reconnaît : "dans le cadre des accords que l'on a à mener, il faudra effectivement travailler sur la différenciation des métiers".

Les agents vont-ils vraiment travailler plus pour gagner moins ? 
Michel Chapuis est le maire du Puy. Il a reçu les agents municipaux en mairie suite à leurs contestations. Les salariés contestataires se plaignent de devoir travailler plus pour gagner moins. Que leur répondez-vous ? On entend la nécessité de réaliser des économies de fonctionnement mais concrètement, vont-ils travailler plus pour gagner moins ? 

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire