"Fête du sport & des arts, transports... Lyonnet veut casser l'âme de Monistrol !"

jeu 27/03/2014 - 08:59 , Mise à jour le 27/03/2014 à 08:59

Dimanche soir, vers 20 heures 20, Robert Valour était donné vainqueur du premier tour des élections municipales à Monistrol. Vainqueur oui, mais avec une (très) courte avance, 16 voix pour être précis. L'homme fort de Monistrol durant ces six dernières années a tenu à revenir sur ce moment, « ce n'était pas une mince affaire, mais nous sommes symboliquement en tête. Je remarque même que nos chiffres sont en progression car nous avons 32 voix de plus qu'en 2008 (ndlr, 1721 contre 1689), avec qui plus est quatre listes proposées : preuve que le mandat n'a pas été si mauvais que certains veulent le laisser entendre ». Un mandat qui « a conquis un public supplémentaire », dixit l’intéressé.

Un duel, comme en 2001
Mais avec un écart si faible, impossible de crier victoire, le maire sortant en est conscient, « une nouvelle élection débute, les cartes sont rebattues ». Pour Robert Valour et ses acolytes, hors de question de changer de philosophie, « on se présente sans avoir varié d'un pouce notre projet et notre équipe », justifie le maire sortant, « on s'était interdit toute négociation d'entre deux tours ». Ce qui explique certainement que les discussions ont achoppé avec le Front de Gauche, qui par la voix de Renaud Sapey, a décidé de ne donner aucune intention de vote, « c'est tout à leur honneur, nul n'est propriétaire de ses électeurs, ils ont exprimé un message, nous les avons entendus », a expliqué Robert Valour.

« L'alliance à droite ? Il faut bannir ces petits arrangements politiciens ! »
Scepticisme, colère, engouement... la fusion des listes Boyer/Lyonnet n'a laissé personne de marbre dans la deuxième cité du département. Pourtant Robert Valour n'a pas voulu trop s'étendre sur la question : « C'est la magie des 24 heures qui efface des années de querelles internes », glisse t-il avec un sourire, « nous, « Monistrol pour Tous », nous sommes la seule équipe qui rassemble sans artifice, notre équipe n'est pas née hier ». Une équipe qui sera opposée à l'alliance de droite pour un duel... schéma similaire à celui de 2001 où ce même Robert Valour avait perdu contre Guy Granger.

Des discussions avec les électeurs de Boyer...
Robert Valour a tenu à adresser une pensée aux électeurs de Bernard Boyer, « nous en avons rencontrés encore cet après-midi (ndlr, mercredi), des électeurs mais aussi des candidats qui nous ont fait part de leur désarroi », avant d’insister, « ils ne comprennent pas ce qui leur arrive, ils se sentent dupés, on les a amenés vers quelque chose qu'ils ne souhaitent pas. Leur projet a disparu et il était proche du notre sur plusieurs aspects ».

----Communiqué de Jean-Paul Lyonnet
« Pendant 6 ans, les deux listes d'opposition ont souvent adopté des positions communes face à la municipalité actuelle comme la requalification du site Limouzin, l'ex-usine Clémençon, la gestion financière hasardeuse, l'éco-quartier ou le réaménagement du centre ville... »----- ... et aussi des similitudes dans les programmes Valour / Boyer
Le maire sortant n'a pas hésité à appuyer sur les similitudes qui avaient été annoncées lors du débat public : « nous sommes de l'avis qu'il faut réaliser cette liaison « Le Prince/ les Ages » pour désenclaver le centre ville ; nous maintiendrons le site du centre de secours ; quid de la gratuité des transports scolaires ? Ils pourraient redevenir payants, Bernard Boyer et moi même sommes attachés à cette gratuité (ndlr, du côté de la liste Lyonnet, on souhaite changer de mode de fonctionnement, autrement dit, mettre une personne dans les cars afin de ne pas laisser les enfants livrés à eux mêmes, ce qui entraînerait un coût réparti en fonction des revenus de chaque famille) ; la fête des sports et des arts ? C'est l’emblème de la ville et Jean-Paul Lyonnet veut « casser ça », je sais que Bernard Boyer ne partage pas du tout cet avis là. Enfin, nos places et nos rues n'ont elles pas besoin de rénovation alors que la liste « Monistrol avec vous» prône le gel des investissements ? ».
Après avoir passé en revue d'autres dossiers dans lesquels il parle similitudes « Valour / Boyer », comme le financement de l'Ozen ou la place de l'agriculture, le maire sortant en tire une conclusion, « ses électeurs n'ont qu'une alternative, nous renforcer ! »
En revanche Robert Valour n'est pas revenu sur le dossier « pôle médical » pour lequel il avait une vision diamétralement opposée à celle de Bernard Boyer sur la question des médecins spécialistes.

Robert Valour, qui a profité de cette réunion pour affirmer qu'il n'était pas « socialiste », « je ne suis plus encarté au PS depuis 3 ans », se justifie t-il, « je suis juste une personne qui veut œuvrer pour Monistrol ».
 

A.P.

Suite à cet article, Jean-Paul Lyonnet à demandé un droit de réponse.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire