Festival du Monastier : c'est trop "Nanan" !

dim 06/08/2017 - 21:44 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:47

La 29ème édition du festival a débuté samedi avec plus de 700 personnes sous le chapiteau du Monastier, venues swinger sur le son d'Electrophazz et de Charlie & the Soap Opera.
Le dimanche est devenu une journée centrale du festival, entre la brocante musicale et le spectacle pour jeunes enfants, avec un leitmotiv : "éveiller à la diversité et à la culture les plus jeunes", nous indique une membre de l'organisation avant d'ajouter : "notre public de demain".
Une journée rendue possible par l'appui de l'Espace Culturel Européen, qui a notamment offert des places aux enfants de la communauté de communes. Environ 350 personnes ont assisté à la représentation.

La maternité comme élément déclencheur
En amont du spectacle, nous avons rencontré les musiciens, originaires principalement du bassin de vie de Saint-Etienne. Lydie Dupuy est la cheville ouvrière du spectacle : dès l'âge de 16 ans, elle se plonge dans la musique avec une passion dévorante pour la batterie et le jazz. Depuis une dizaine d'années déjà, elle intervient dans les milieux scolaires ou dans les crèches pour l'éveil musical.
C'est l'expérience de la maternité qui va lui faire passer un cap. Elle compose en 2012 un spectacle en solo, "Lilipuce", qui va rencontrer un franc succès. Tellement que Rémi Ploton, célèbre pianiste jazz, lui propose un arrangement jazz en ajoutant quelques morceaux. Les tournées s'enchaînent (à la Villette, à Vienne, à Marciac...) jusqu'à la sortie d'un album en décembre 2015.

"Dès que le spectacle débute, nous redevenons tous des enfants"
Pas facile de proposer du jazz aux enfants. "Il faut oser et ça peut permettre aux parents comme aux enfants de se déplacer", nous explique-t-elle, fière de sa "création originale", qui ne reprend donc aucun grand classique, plutôt "des situations connues, des choses que l'on vit au quotidien avec nos enfants. Elle assure d'ailleurs que le spectacle est proposé à tous, "de un à cent un an", ajoute-t-elle dans un large sourire.
Il faut dire que le spectacle fonctionne bien, au point que ce quintet jazz a été élu coup de coeur Charles Cros en 2016. Un spectacle éprouvé au travers des nombreuses tournées et dont le président du Festival du Monastier-sur-Gazeille, Gilles Mercier, a annoncé en préambule : "dès qu'il débute, nous redevenons tous des enfants".

De nombreuses soirées cuivrées à venir
Cinquante minutes plus tard, les sourires ont fleuri aux quatre coins de la cour du château au travers d'un spectacle participatif où les enfants ont tour à tour mimé les chorégraphies et découvert les percussions corporelles. Des histoires de bonbons, de petits frères et petites soeurs ou encore de pompiers sont autant de thèmes chéris par les plus jeunes.
Seul bémol selon certains parents à la sortie du spectacle : "on s'attendait à un conte musical et c'était plutôt une série de comptines, sans une narration amenant l'enfant d'un point à un autre". En tout cas, la chaleur du festival donne envie de revenir au Monastier pour la suite du festival, avec de nombreuses soirées cuivrées à venir (le détail de la programmation dans notre précédent article).

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire