Européennes : les réactions en Haute-Loire

lun 27/05/2019 - 11:46 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:57

La République en marche

Les Républicains
"Au plan national, le résultat n’est pas bon pour Les Républicains. En revanche, à l’échelon local et départemental, la personnalité de Laurent Wauquiez a énormément joué puisque nous sommes à 20 % en 2ème position. Il y a une reconnaissance du travail accompli par le président Laurent Wauquiez."
Interrogé sur les appels de certains cadres de LR à remplacer Laurent Wauquiez à la tête du parti, Jean-Pierre Vigier répond : « Je vous rappelle qu’après la présidentielle, on est reparti sur un tas de cendres, on n’avait pas été qualifié au second tour. Là avec Laurent Wauquiez, ça ne fait que deux ans. Pour ces élections européennes, on a réuni la droite et le centre. Y a une semaine, on était à 14-15 %. En une semaine, il y a eu le vote utile."
Jean-Pierre Vigier, député et conseiller régional LR de Haute-Loire

Laurent Duplomb, sénateur LR de Haute-Loire from Zoomdici Haute-Loire on Vimeo.

Europe écologie / Régions et Peuples Solidaires
"François Alfonsi, élu : une victoire pour l'Europe des Régions et le climat
L’élection européenne du 26 mai était la première depuis la présidentielle et les législatives de 2017. Le taux de participation, supérieur de 10 points par rapport à 2014, confirme la volonté des citoyens, exprimée ces derniers mois par les Gilets Jaunes et leur revendication pour le RIC, de se réapproprier le débat politique. C’est une victoire de la démocratie et nous nous en réjouissons.
Cette élection a également été marquée par la crise climatique et les rapports alarmants sur la biodiversité. La jeunesse, mobilisée depuis des semaines dans les marches pour le climat, semble avoir été un acteur décisif dans le résultat final de ces élections. C’est la deuxième bonne nouvelle de ces élections.
La troisième bonne nouvelle, c’est le score réalisé par les écologistes et les régionalistes de la liste Europe Ecologie conduite par Yannick Jadot qui, avec plus de 13%, finit 3e et s’affirme désormais comme l’alternative aux blocs des libéraux et de l’extrême-droite.
Ce résultat permet l’élection de François Alfonsi, le chef de file de Régions et Peuples Solidaires aux européennes qui était candidat à la 9e place sur la liste Europe Ecologie. Son action sera tournée vers la construction de l’Europe des Régions et l'écologie."
Gustave Alirol, président de Régions et Peuples Solidaires (au sein de la liste EELV)

Dominique Parrel EELV from Zoomdici Haute-Loire on Vimeo.

La France Insoumise
"C'est un résultat honorable pour nous compte tenu d'une campagne difficile du fait de l'émiettement à gauche et de la polarisation artificielle entretenue dans les médias entre Macron et Le Pen.
La sanction pour Macron est lourde : il a une base très étroite dans le pays et son libéralisme extrême est rejeté par les couches populaires. Nous déplorons cependant qu'une partie de l'électorat de Jean-Luc Mélenchon en 2017, les jeunes en particulier, ait préféré s'abstenir sur une élection dont nous n'avons pas réussi à faire comprendre l'enjeu : sans sortir des traités européens actuels on ne peut faire une vraie relance écologique !
Ce soir le RN pavoise alors qu'il n'a pas de programme sérieux pour relancer l'économie ou sauver les services publics et la santé pour les plus fragiles. Tout son discours social n'est qu'une façade et il reste un parti fondamentalement dangereux pour la démocratie.
La tâche est immense pour reconstruire une gauche de transformation à vocation majoritaire mais La France Insoumise entend en être le pivot."
Lionel Bouton, ancien candidat de La France Insoumise aux Législatives en Haute-Loire

Générations s.
"Déchirement et responsabilités
La xénophobie et le repli identitaire gagnent du terrain en Haute-Loire lors de ces élections européennes : les élections s’enchainent et c’est un déchirement de voir sombrer notre département, comme notre République.
La campagne des élections européennes proposée aux Français.e.s ne fut pas à la hauteur des sujets pourtant fondamentaux : climat, harmonisation sociale, lutte contre la fraude fiscale, biodiversité... n’ont eu que peu de place face aux discours haineux et nationalistes développés par le RN et par les partis de droite (LR et LREM) lancés à sa poursuite dans une course aux propositions les plus abjectes les unes des autres. La responsabilité de la classe politique est immense.
Ce soir, le faible regain de mobilisation ainsi que la belle surprise du score d’Europe Ecologie – Les Verts témoignent du souci des citoyens face au péril climatique. A l’inverse, les faibles scores des listes de gauche révèlent une colère des électeurs face à l’inconséquence des égos de leurs représentants. Leur irresponsabilité appelle désormais au sursaut. Les querelles de boutiquiers sont le nid du désespoir.
Totalement engagé dans cette campagne pour les propositions portées par Génération.s avec Benoît Hamon, je suis déçu mais lucide. Je salue les militants pour une campagne menée avec convictions.
Comme je l’ai déjà initié localement, je conduirai des initiatives pour la construction de l’unité à gauche autour de propositions claires et volontaristes."
Laurent Johanny, conseiller municipal et d’agglomération du Puy-en-Velay, membre de Génération.s Haute-Loire.

UDI
"Le Rassemblement National, qui arrive en tête de ce scrutin, consolide sa position de premier opposant à la politique de la majorité présidentielle, bien que son score progresse peu par rapport aux résultats de 2014 et que son influence au Parlement européen restera très limitée.
La République en Marche a perdu son pari d’arriver en tête des élections européennes. Je l’analyse comme un vote de défiance contre la politique du Gouvernement, qui me semble toutefois relativement mesuré, eu égard à la crise que la France traverse depuis six mois.
Les résultats de ce scrutin ont fait apparaitre également une vraie préoccupation des Français pour les questions écologiques. A l’avenir, ces questions doivent devenir une vraie priorité pour toutes les formations politiques.
Malgré un score honorable en Haute-Loire qui s’explique par l’influence et la présence de Laurent Wauquiez dans notre département, la liste menée par les Républicains a enregistré le score le plus bas de son histoire car elle n’a pas su rassembler autour des valeurs républicaines de la droite et du centre que j’ai toujours défendues.
Il faut désormais revenir aux valeurs humanistes et centristes qui étaient celles des pères fondateurs d’une Europe moins technocratique, qui protège ses citoyens, unie pour peser dans la confrontation économique mondiale, mais qui reste ouverte au monde."
Jean-Pierre Marcon (UDI), président du Conseil départemental de Haute-Loire

Le PCF
« Les communistes de Haute-Loire tiennent à saluer la magnifique campagne de Ian Brossat et de tous ses colistières et colistiers, de tous ses militantes et ses militants. Bien sûr le résultat n’est pas à la hauteur de nos espoirs. Après cette belle campagne qui a su mobiliser le corps militant et sympathisant, nous continuerons le combat de plus belle face aux mauvais coups qui se préparent contre les retraites, les services publics, la sécurité sociale, l’éducation… pour satisfaire les appétits financiers du capitalisme.
Nous appelons au sursaut de la Gauche alternative aux politiques d’austérité, qui doit se parler et construire le futur rassemblement respectueux de tous dont le pays a besoin.
C’est notre responsabilité pour les générations à venir. Le Parti Communiste Français y mettra toute son énergie. »
Michel Valentin, secrétaire départemental du PCF 43.

NB. Tous les partis ne nous ont pas fait part de leurs réactions.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire