"Etre parent, ce n'est pas vraiment un job tranquille"

lun 21/03/2016 - 21:17 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:40

Le célèbre pédopsychiatre, auteur de nombreux ouvrages sur la petite enfance ou la parentalité, éprouve le besoin de partager son savoir, pour lui "ce qui est important c'est la question de la transmission c'est à dire raconter des histoires, rencontrer des gens et essayer de transmettre des choses qui sont importantes, ça s'appelle l'héritage culturel".
Il exerce à l'Institut Paoli-Calmette, centre régional de lutte contre le cancer à Marseille où il est responsable de l'Unité de psycho-oncologie. Il dirige la revue Spirale ainsi que les collections "Mille et un bébés" et Même pas vrai" chez Erès. Il est venu donner une conférence-débat le jeudi 17 mars 2016 à 20h30 à la MPT de Brives-Charensac.

----Patrick Ben Soussan est né le 16 août 1956, à Rabat, au Maroc. Il exerce pendant plus de vingt ans en maternité, unité de néonatologie et pédopsychiatrie. Depuis 2000, et de façon exclusive depuis 2005, il intervient en cancérologie et plus précisément dans un centre de lutte contre le cancer, à Marseille, l’Institut Paoli-Calmettes où il est responsable du Département de psychologie clinique.-----Un échange avec le public
Ce ne sont pas moins de 365 personnes qui sont venues débattre sur le thème "être parent, ce n'est pas un job facile". La conférence s'est déroulée sous forme d'échange et de questions ouvertes, entre le pédopsychiatre et son auditoire, essentiellement féminin, composé de parents et de professionnels de la petite enfance.
"L'échange n'était pas structuré comme une conférence traditionnelle, c'était plutôt un échange de type questions-réponses et ça m'a un peu destabilisé" nous confie Françoise, 49 ans, mère de 2 enfants. Concernant les questions posées par le public lors de la soirée, Patrick Ben Soussan nous explique : "elles sont souvent posées en lien direct avec ce que vivent les parents avec leurs enfants et non avec ce que l'on appelle aujourd'hui communément la parentalité".

Les conseils sont-ils applicables aux familles d'enfants atteints de maladie grave?   
Selon le pédosychiatre ce sont les mêmes conseils pour chacune des familles. "Il est important de pouvoir accompagner les gens, de pouvoir être proche d'eux et à l'écoute et de témoigner d'une présence", explique-t-il, avant de confirmer : "quand un enfant est en situation de difficulté, de vulnérabilité, de fragilité, quand il est en situation de handicap, qu'il est porteur d'une maladie, qui peut être grave alors il faut tenir compte des répercussions".

Etre de bons parents, ça s'apprend ?
Depuis une quarantaine d'années, de nombreux changements sociétaux ont eu lieu et ont bousculé l'idée de la famille traditionnelle. Quand on devient parent, on fait des erreurs, des tentatives, on ne naît pas parent, on le devient. Il n'existe pas de formation. L'idée générale de la soirée était de montrer qu'il existe de bons parents, que certains le deviennent et que d'autres ne le seront jamais.
Pour Patrick Ben Soussan, la clé de la réussite semble être "qu'il faut aimer ses enfants sans que l'amour devienne passionnel, il faut poser un cadre tout en expliquant calmement les choses et les guider vers l'autonomie, c'est à l'enfant de grandir tout seul". Mais finalement accompagner la parentalité n'est ce pas déjà essayer de comprendre ?

I.H.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire