[Episode 3 : Hélène] Rencontre avec les vélotaffeurs de Haute-Loire

Par Nicolas TERME ven 27/05/2022 - 16:00 , Mise à jour le 27/05/2022 à 16:00

A l’occasion de la seconde édition de la Vélorution, organisée samedi 14 mai dernier au Puy-en-Velay par l’association La Puycyclette, Zoomdici est parti à la rencontre des membres de cette communauté regroupant vélotaffeurs et cyclistes passionnés qui font de la « petite reine » un véritable art de vivre.

Hélène, 55 ans, est médecin coordonnateur dans un EHPAD à Brives-Charensac. Ponote, installée en vieille ville près de la tour Panessac, elle utilise le vélo pour se rendre à son travail comme pour les activités quotidiennes. Rencontre avec une « vélotaffeuse » active et engagée !

« Joindre l'utile à l'agréable : le vélo doit être pratique et rapide »

Il lui était « quasi-insupportable de perdre un temps fou en voiture » pour rejoindre son établissement de santé, perché sur le plateau de Brives-Charensac. La circulation dense en heure de pointe, les feux, le problème du stationnement… tout un ensemble de conditions guère réjouissantes et propices au stress et à l’agacement. 
Il y a quatre ans, Hélène décide donc de faire « sa vélorution » et troque sa voiture contre un VTC sans assistance électrique. 40 minutes de route, un trajet difficile, un dénivelé conséquent avant d’atteindre l’établissement hospitalier… Cela ne convient pas non plus à Hélène qui ne souhaite pas arriver à son travail en sueur et déjà harassée avant même d’attaquer sa journée de labeur. 

Hélène et son VTC électrique de location Photo par Nicolas TERME

« Quand je suis sur un vélo je retrouve mon âme d’enfant »

« Avec Vélo-en-Velay, où je veux, je vais ! »

Photo par Agglomération du Puy-en-Velay

Un service de location de vélo à assistance électrique :

Vous êtes résidents d’une des 72 communes de l’Agglo et vous souhaitez louer un vélo à assistance électrique ?

Pour souscrire, il suffit de vous rendre sur le site du portail citoyen :

citoyens.agglo-lepuyenvelay.fr

puis de fournir en ligne :
– une pièce d’identité
– un justificatif de domicile de moins de 3 mois
– une attestation de responsabilité civile à demander auprès de votre assureur.

Et voilà que la communauté d’agglomération du Puy-en-Velay lui offre une solution clef en main : la location d’un VTC électrique.    
Son temps de trajet est alors rapidement divisé par deux et Hélène laisse derrière elle le temps de la fatigue, de la sueur et des pénibles dénivelés. Par la magie de la batterie électrique tout devient plus facile et son voyage sur le chemin du travail se transforme alors en « un rituel de joie quotidien ».
Par la voie verte, Hélène peut donc désormais joindre l’utile à l’agréable et rejoindre son activité sans perdre de temps.

Pour ne plus être tributaire de la location Hélène envisage même, à l'avenir, d’acheter son propre vélo électrique. En premier lieu moyen de locomotion pratique et rapide pour rejoindre son travail, le vélo s’immisce progressivement dans chacune de ses activités. Fort de ce constat elle choisit donc de s’engager, avec d’autres usagers, au sein de l’association La Puycyclette. Comme les autres témoins rencontrés, elle regrette « le manque de continuité entre les pistes cyclables » et les « nombreuses problématiques de signalétique ». Le constat est général : il est extrêmement difficile de circuler de manière continue sur l’ensemble du réseau de l’agglomération ponote. Détours multiples, fin brutale de la piste cyclable, nombreux « pied à terre » pour pousser le vélo, croisements non sécurisés… ici rien n’est simple !

Hélène, comme ses camarades de l’association, espèrent donc que les élus ponots tourneront leurs regards vers les vertueux exemples de Nantes ou de La Rochelle où la route se partage en bonne intelligence entre tous ses usagers.

Nicolas TERME

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

1 commentaire

je

dim 29/05/2022 - 07:41

Bon si le VAE est LA solution pour convaincre quiconque de se déplacer à vélo dans l’agglomération ponote tant mieux. Mais il faut faire taire l’argument selon lequel avec un vélo classique on arriverait forcément en sueur au boulot parce que chez nous il y a des côtes. À Stockholm, Copenhague ou ailleurs il y a aussi des côtes et la majorité des gens se déplacent à vélo quitte à pousser le vélo sur quelques hectomètres.