Tous

Alleyras

Eboulements : les choses bougent enfin à Alleyras

ven 04/09/2015 - 11:46 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:36

Depuis les deux éboulements du printemps dernier à Alleyras, la départementale 40 et la voie ferrée sont coupées à la circulation. Les acteurs du dossier se renvoient la balle depuis cinq mois. Le 5 août, les habitants ont mené un happening en gare d'Alleyras, menaçant de déblayer eux-mêmes la route. Ils allaient repasser à l'action dans une semaine quand, ce jeudi 3 septembre 2015, un accord a été annoncé.

Chacun se renvoie la balle et les usagers de la ligne se mobilisent
La RD 40 est fermée depuis cinq mois. Deux éboulements ont touché la voie. Non seulement la circulation y est coupée mais la sécurité n'est pas assurée pour y effectuer les interventions nécessaires à sa remise en l'état. Un huissier de justice a été mandaté par le Département de la Haute-Loire pour faire évoluer la situation de la RD 40. Mais cette interventionn'a pas vraiment permis de débloquer le verrou de ce dossier.
Entre les terrains privés gérés par leur propriétaire (WWF), la RD 40 gérée par la collectivité et la voie ferrée qui appartient à la SNCF, chacun se renvoie la balle... et le déblaiement de la route est toujours au point mort. Début août, le Collectif des Usagers des transports du Haut-Allier a pris le relais : ils étaient entre 250 et 300 à attendre le train, les bras chargés de valises, de parasols, d’animaux de compagnie… un mouvement de protestation pour dénoncer l’inaction du Département de la Haute-Loire et de WWF vis-à-vis de l’éboulement sur la RD 40 et la voie ferrée.

Un calendrier annoncé
Réunis en préfecture du Puy-en-Velay ce jeudi après-midi, les divers acteurs de ce dossier ont annoncé un calendrier : les travaux devraient bien être entrepris début octobre et la route devrait rouvrir vers le 11 novembre, et la voie ferrée à la mi-décembre. Les dates sont approximatives en raison de l'instabilité du terrain. Car on n'est pas à l'abri d'un nouvel éboulement.
Quant au coût total de l'opération, il devrait osciller entre 150 000 et 170 000 euros. Le Département et le propriétaire du terrain, WWF, en prennent chacun 47% en charge, et la Sncf 6 %.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire