Dispositif Viabilité hivernale : La neige n’a qu’à bien se tenir

Par Nicolas Defay lun 14/11/2022 - 15:30 , Mise à jour le 14/11/2022 à 15:30

Les équipes sont sur le pied de guerre pour affronter les éventuels prochains épisodes neigeux en Haute-Loire. Depuis le 10 novembre et jusqu’au 24 mars 2023, ce sont plus de 300 agents prêts à dégainer leur parc de 120 engins et sécuriser les 3400 km de routes départementales pour 176 km de nationales.

La Haute-Loire n’est rien d’autre que le 3ème département le plus haut de l’Hexagone avec une altitude moyenne de 719 mètres. Seules les Hautes-Alpes avec ses 938 mètres et la Lozère accusant 802 mètres sur la balance de l’altitude moyenne lui passent devant. Cette particularité lui octroie ainsi, comme aux deux autres départements cités, la nécessité de détenir une campagne de viabilité hivernale poussée.

En Haute-Loire, 2 000 km de routes départementales se situent à une altitude supérieure à 800 mètres et 600 km au-dessus de 1 000 mètres.

Le Parc routier départemental est fort de 320 agents dont 111 en astreintes durant les cinq mois de l’opération. Aussi, chaque semaine, ces 111 agents sont mobilisables 24h/24 en fonction des besoins sur les 68 circuits de déneigement en Haute-Loire. Côté matériel, 110 engins de service hivernal (raclage, épandage) et 10 équipements spéciaux (écrêteurs et fraises) sont mis à leur disposition.

Cet engin n'est pas un fruit mais bien une fraise.
Cet engin n'est pas un fruit mais bien une fraise. Photo par Nicolas Defay

L’état des routes en Haute-Loire ❆❆❆

Plusieurs sites permettent de connaître presque en temps réel les conditions de circulation dans le département :
Inforoute43 (6 caméras actives), Bison-futé (Webcams dans toute la France), le site de la DIR (10 caméras sur les 2 RN et A75) et Météo France.

« Le sommet de l’iceberg des opérations »

Joël Robert, Directeur des services techniques du Département, explique en quelques phrases la journée type d’une intervention des équipes. « Lorsque les gens voient les chasse-neiges, ce n’est finalement que le sommet de l’iceberg des opérations. Nous préparons la veille vers 14 heures ce que sera notre journée du lendemain en fonction des prévisions météos que nous récoltons sur plusieurs plateformes. »

Il continue : « À 2h45 du matin, 12 agents partent en repérage sur l’ensemble du territoire. En temps réel, ils donnent à la direction l’état des routes. Deux heurs plus tard, les engins de déneigement s’élancent et vont tourner jusqu’à 20 heures si besoin ». Et « bis repetita » autant de fois que nécessaire les jours qui suivent.

Pour l’hiver clément de 2019-2020, 130 000 km de routes en Haute-Loire ont été parcourus par les agents du Département. Le coût : 1,4 millions d’euros. À l’opposé en 2009-2010, 580 000 km d’asphaltes ont dû être traités, générant une facture 3,5 fois plus élevée. Cette année-là, 10 000 tonnes de sels et 20 000 m³ de pouzzolane ont été versés.

Les différentes structures publiques sont interconnectées entre elles pour couvrir la Hte-Loire
Les structures publiques sont interconnectées entre elles pour couvrir toute la Hte-Loire. Photo par Nicolas Defay

Routes nationales, même combat

Concernant la DIR Massif central, elle est responsable, entre autres, des 176 km de Routes nationales en Haute-Loire et des 15 petits kilomètres de l’A75 au nord de Brioude. « Pour que ces axes importants et rapides soient praticables, 30 agents sont d’astreintes, décrit Xavier Cheilletz, Responsable du district centre DIR Massif Central. Ils proviennent des antennes de Brioude, de Cussac, de Monistrol-sur-Loire et de Langogne qui intervient jusqu’à la Sauvetat. » Dix caméras à l’usage du grand public sont opérationnelles sur la RN88, RN 102 et l’A75.

Et six nouvelles webcams du Conseil départemental sont installées dans le col du Tracol, à Saint-Paul-de-Tartas, à Saint-Pal-en-Chalencon, à Pinols, à Montchaud dans la commune d’Yssingeaux et sur la RD 15 à hauteur de la commune de Nouvet.

Si les équipements hivers obligatoires jouissent encore d’une certaine tolérance de la part des forces de l’ordre, les assureurs devraient être moins complaisants. Une automobiliste pas équipé risque de ne pas bénéficier de la prise en charge des réparations par son assurance en cas d’accident sur une route enneigée.

« Ils se prennent des insultes, des agressions parfois »

D’une même voix, Xavier Cheilletz et Joël Robert rappellent l’importance de respecter l’intervention des agents et les agents eux-mêmes. « Ils ne sont pas là pour embêter les automobilistes ! Ils font un travail difficile pour justement rendre les conditions de circulation les plus sécures possibles à tous les usagers de la route. »

Casser le mythe du sel

« Beaucoup se demandent pourquoi nous ne mettons pas de sels sur les routes encore noires avant une tombée de neige dans le but de détruire les flocons à leur contact, livre Xavier Cheilletz. Tout simplement parce que ça ne fonctionne pas. La seule façon de traiter la neige c’est de la pousser. Pour cela, il faut attendre qu’elle soit sur les routes pour intervenir. Avant, rien n’est possible »

Joël Robert précise : « Il ne faut surtout pas doubler les engins ! Même si ce sont des professionnels au volant, ils doivent faire évoluer un 19 tonnes sur la neige équipé d’une lame en métal de 4 mètres de long. Il faut donc leur laisser la priorité et les suivre afin qu’ils vous ouvrent tranquillement la route ».

Xavier Cheilletz termine en ces mots : « Que ce soit en hiver comme en été, le travail et l’intégrité physique des agents doivent être respectés totalement. Quand ce n’est pas des quantités de commentaires dénigrants sur les réseaux sociaux, c’est directement sur le terrain qu’ils se prennent des insultes, des agressions parfois. Pourtant, ils sont là pour qu’un maximum d’accident soit évité ».

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

2 commentaires

se

mar 15/11/2022 - 18:17

L  : chaque année c'est le même refrain et on voit bien les loupés rares mais il y en a aussi sur le déneigement mais travail en général bien fait. On n a plus les hivers d il y a 30 ans et cela fait parti de’ leurs taches et ils ont du bon materiel

m.

mar 15/11/2022 - 14:27

Qui vivra verra, quand la neige est là, la DIR elle n'est plus là comme à chaque fois