"Des noms sur du papier, des femmes massacrées"

Par Nicolas Defay lun 29/11/2021 - 15:00 , Mise à jour le 29/11/2021 à 15:00

Après Yssingeaux, c'est la ville de Monistrol-sur-Loire qui a découvert 104 affiches collées un peu partout dans le bourg en ce dimanche de 28 novembre. Sur chaque pancarte, un nom apparait. Sur chaque pancarte, c'est une existence achevée. Des morceaux de puzzle qui composent cette hécatombe insoutenable des féminicides en France.

Le collectif Adelphité a de nouveau effectué une opération de collage sur les murs des villes. Cette fois, Monistrol-sur-Loire a été la cible de cette action de sensibilisation sur un sujet aussi grave que dense : les féminicides. En 2020, 104 femmes ont ainsi perdu la vie sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint en France. Etranglées, poignardées, frappées jusqu'au dernier souffle, leur mort met en surbrillance un des chapitres de la honte que l'Hexagone porte en son sein.

"Ce sont des noms sur du papier, des femmes massacrées, partage un sympathisant au collectif. À travers ce geste, les membres d'Adelphité ont voulu rendre honneur à ces victimes et soulever toujours plus au grand public ce phénomène ignoble. Il est temps que ces meurtres cessent et que des peines exemplaires soient mises en place pour condamner les auteurs".

opération collage par le collectif Adelphité
"Dites leur de ne pas me violer". Photo par Collectif Adelphité

Rejoindre la cause ?

Pour cela, vous pouvez joindre le collectif Adelphité via ce mail : collectifadelphite@gmail.com
Page Facebook, ICI.
Page Instagram, .

"Ne me dites pas comment m'habiller : dites leur de ne pas me violer !"

À la Capitelle, dans le centre-ville, sur l'Eglise, à proximité de la fontaine de la place Néron, sur les bacs à fleurs...pléthore ont été les bâtiments et les mobiliers urbains servant de supports aux noms et aux slogans collés par les cinq activistes présents. "Féminicides : à qui le tour ?", "Ne me dites pas comment m'habiller : dites leur de ne pas me violer !"...

Pour la 1ere fois, de jeunes activistes de 11 et 14 ans ont rejoint le collectif.
Pour la 1ere fois, de jeunes activistes de 11 et 14 ans ont rejoint le collectif. Photo par Collectif Adelphité

Cette cession placardage faisait écho avec la Journée internationale de la lutte contre la violence faite aux femmes du 25 novembre. Pour célébrer malheureusement cette date, une opération Chaussures Rouges a été organisée par le Cidff le 25 et 27 novembre dans le marché d'Yssingeaux et celui du Puy-en-Velay. 102 paires de chaussures peintes en rouge ont ainsi été disposées sur le sol pour montrer ce que représente ce nombre ahurissant de 102 féminicides.

Le collectif Adelphité annonce que d'autres opérations de ce genre sont prévues prochainement dans d'autres villes du département. En ce sens, il invite qui que ce soit en adéquation avec leur cause à venir les rejoindre pour renforcer son équipe.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

1 commentaire

ru

lun 29/11/2021 - 16:08

Dommage ... vers 10h du matin, dimanche  tous les slogans; les noms des femmes décédées, affichés sur les murs de l'église avaient été enlevés . Pourquoi cette précipitation ? 104 meurtres! Pour ces femmes c'est un peu comme une seconde mort. L'église pourrait être COMPATISSANTE avec toutes ces femmes tuées par leur compagnon. Monsieur le curé aurait pu l'évoquer dans son sermon dominical ... c'est ainsi que les choses peuvent avancer. Ailleurs les slogans sont restés au moins  jusqu'à lundi matin, certains ( ce lundi 16h) sont toujours en place