Déneigement des routes: comment tout se décide

Par Olivier Stevens ven 17/12/2021 - 12:00 , Mise à jour le 17/12/2021 à 21:23

Chaque hiver, la neige recouvre régulièrement les routes de la Haute-Loire. Comment s'organise le déneigement ? qui s'en occupe et selon quelles modalités? 

Explications avec Hervé Salanon de la Direction des services techniques du département, service Gestion des Routes départementales.

Qui déneige quoi et quand?

C'est le Conseil départemental via son service de gestion des routes départementales qui a préparé la viabilité hivernale sur son réseau routier pour l'hiver 2021-2022.

Les chiffres donnent une idée de l'ampleur des tâches à effectuer.

Sur les itinéraires principaux 1050 kms ont été traités au sel, 660 kms l'ont été avec de la pouzzolane. Les services de gestion des routes départementales ont mis sur pied 45 circuits de traitement, immuables, dans tout le département.

Pour les routes secondaires: 1720 kms ont été traités avec de la pouzzolane sur 23 circuits de déneigement.

Pour mettre en oeuvre toutes ces actions, 320 agents sont affectés à la logistique: chauffeurs, surveillants, mécaniciens, encadrants, chargés du pilotage, chargés de communication.

Parmi eux, chaque semaine, 110 agents sont d'astreinte, mobilisables 24h/24 en fonction des besoins. 

Pour effectuer leurs travaux de déneigement, ils disposent de 120 véhicules équipés de toutes sortes: engins de déneigement et de traitement du verglas, véhicules de patrouille, écrêteurs, fraises à neige, véhicules de renfort et de remplacement, véhicules d'intervention en dépannage.

Dans tout le département, il y a 27 dépôts de sel et de pouzzolane.

En amont de ces actions, le service de gestion des routes départementales dispose de plusieurs outils d'aide à la décision: 21 caméras, 4 stations de relevés météorologiques ainsi qu'un prestataire pour les prévisions météo. Ils disposent aussi d'outils de suivi: une main-courante partagée ainsi que des outils de géolocalisation; 

Enfin, les outils de communication modernes prennent de plus en plus d'importance: Inforoutre43, les réseaux sociaux, les médias locaux, des panneaux routiers lumineux (panneaux à message variable).

Les services sont mobilisés de manière spécifique à partir du 5 novembre 2021 jusqu'au 18 mars 2022.

A titre d'information, l'hiver dernier a été qualifié d'hiver moyen avec: 327 000 kms effectués en intervention par les engins de service hivernal, 142 000 kms effectués pour la surveillance du réseau. Un tel hiver ce sont aussi 7000 tonnes de sel et 9800 m3 de pouzzolane répandus. Le tout pour un budget de 2 400 000 euros dépensés. 

A quelle heure?

Le réseau principal est déneigé en semaine à partir de 4h30, le week-end à partir de 5h30. Le premier tour se termine vers 7h30 en semaine  et à 8h30 le week-end. le soir les tournées se terminent vers 19h30. Les 2x2 voies sont sécurisées 24h/24.

Le temps de repos obligatoire influence évidemment les horaires. Le temps de repos obligatoire est de 11h mais il peut être réduit à 7h dans les cas exceptionnels.

S'il neige fort, les axes principaux sont traités en priorité.

Par ailleurs, les services interviennent aussi au vu des signalements de la gendarmerie et des agents techniques. Des patrouilleurs remontent aussi de remonter l'information. Il y a par ailleurs une surveillance continue des réseaux météo. Tous les patrouilleurs envoient leurs infos à la Salle de pilotage de viabilité hivernale" située à l'Hôtel du département situé à côté de la cathédrale au Puy-en-Velay. Là ces informations sont analysées et des conclusions sont tirées pour les opérations du lendemain. De plus le responsable de la salle appelle les responsables locaux pour affiner les décisions. Les données sont transmise 3x par jour et les gendarmes disposent d'un numéro d'appel unique pour rationaliser les procédures.

Quelles sont les prochaines évolutions espérées?

Les prochains progrès viendront certainement d'un maillage plus complet du réseau par les caméras et les stations. Cela permettrait de gagner du temps. Il y aura aussi plus de caméras fiables à disposition du public.

Sur le plan de la sécurité, il n'y a pas encore assez de recul quant à l'obligation d'utiliser les équipements spéciaux (pneus neige, chaussettes, chaînes). Actuellement les services sont très embêtés pars les gens non équipés, surtout les semi-remorques. Il faudrait arriver à pouvoir interdire certains tonnages sur inforoute.

Il est évidemment aussi question de l'interconnectivité entre les services d'information, la prévention et l'information en temps réel.

Des progrès qui viendront prochainement.

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés