''Créer la plus grande voie verte d'Europe, un des projets qui me motive le plus''

mar 07/02/2017 - 15:53 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:45

Permettre aux marcheurs et aux cyclistes, aux touristes et aux familles, aux retraités et aux enfants de cheminer tous ensemble : c'est le tableau idyllique dépeint par le président de Région, Laurent Wauquiez, lors de son annonce d'un pacte régional pour aider la Haute-Loire de 111 millions d'euros jusqu'à 2021.
31 millions d'euros iront au tourisme, au sport et à la culture avec la réhabilitation et la mise en lumière de monuments historiques comme la cathédrale du Puy, ou de l'abbaye de La Chaise-Dieu, le soutien à l’hôtellerie familiale et l’investissement pour les voies vertes et les équipements sportifs.

----* La Via Fluvia
Lavoûte - Rosières - Yssingeaux - Grazac - Raucoules - Dunières - Riotord - Bourg-Argental (Loire) - Annonay (Ardèche) - Serrières ou Sarras (Ardèche).-----Connecter quatre voies vertes existantes pour devenir la plus grande d'Europe
Le projet est encore à l'étude et rien n'est acté, mais l'idée serait de créer la plus grande voie verte d'Europe. Pour y parvenir, il faudrait relier différents tracés existants en Auvergne Rhône-Alpes. Outre la voie verte entre Brives-Charensac et Solignac-sur-Loire (15km), La Haute-Loire bénéficie déjà de la Via Fluvia, un itinéraire qui fera à terme 120 km en traversant trois départements*. Cette Via Fluvia doit relier les deux fleuves du Rhône et de la Loire. 
Si on raccorde cette voie verte à la Via Rhôna (Rhône) d'un côté et à la Dolce Via (Ardèche) de l'autre, on obtient alors une boucle. Pour peu qu'on la raccorde avec la Régordane (V70) du côté de l'Allier, on pourra alors probablement prétendre à "la plus grande voie verte d'Europe".

"Créer la plus grande voie verte d'Europe, un des projets qui me motive le plus"
Le président de Région Laurent Wauquiez confie les grandes lignes de son projet au micro de Zoomdici : 

Un projet qui ne devrait pas voir le jour demain et qui devrait passer par le train
Pour aboutir, ce projet aura besoin de temps car connecter les voies vertes entre elles ne sera pas aussi aisé qu'il y paraît. Il faudra déjà raccorder l'Emblavez à Brives-Charensac pour pouvoir ensuite regagner le sud du département.
L'intermodalité étant au coeur du projet des voies vertes, un transfert en train touristique est envisageable, comme c'est déjà le cas sur certaines portions de voies vertes. On aurait alors le même cas de figure entre Raucoules et Saint-Agrève par exemple. Il faudra étudier chaque connexion pour connaître la faisabilité et le mode opératoire à choisir. Sur plusieurs territoires, notamment le Haut-Allier, les études n'ont pas encore été lancées. Il faudra donc patienter.

Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire