Circo 2 LR Jean-Pierre Vigier : "L’ancrage territorial est notre principale valeur"

Par Nicolas Defay jeu 16/06/2022 - 06:00 , Mise à jour le 16/06/2022 à 06:00

Face à la candidate de la Nupes, Jean-Pierre Vigier du parti des Républicains brigue un 3ème mandat de député dans la seconde circonscription de la Haute-Loire. À quelques jours de la ligne d’arrivée, lui et sa suppléante Corinne Bringer partagent arguments et ressentis.

Même si les couleurs du LR ont planté leur drapeau dans 176 communes au premier tour des Législatives 2022 sur les 258 que compte la Haute-Loire, Jean-Pierre Vigier souhaite rester humble. « Tant qu’une élection n’est pas terminée, on ne peut jamais savoir à l’avance quel en sera le dénouement », prévient l’homme de 53 ans, originaire de la Lavoûte-Chilhac. Aux côtés de sa suppléante Corinne Bringer, 49 ans et chadracoise, il confie ses sentiments dans les derniers mètres de cette course politique.

« S’ils apprécient mon travail, alors qu’ils viennent me soutenir »

« Nous avons réalisé 45,68 % au premier tour ce qui est un score très important, se félicite Jean-Pierre Vigier. Au second tour, le message que je veux en priorité faire passer, c’est l’importance d’une mobilisation générale dimanche 19 juin. Il faut qu’il y ait un maximum de monde aux urnes pour transformer l’essai ! »

« Peut-être que dans les grosses villes, les gens ne savent pas ce qu’est un député et quel est son rôle. En secteur rural, c’est différent. Le député connaît le terrain, connaît les gens des petites communes, connaît les collectivités rurales, les maires, les élus et surtout les problèmes des habitants ». Jean-Pierre Vigier

Comme tous les candidats en lice, le faible taux de participation est mis en exergue par le député LR. « Cette élection est importante car le député est le véritable pont entre les territoires ruraux et Paris, lieu des décisions », insiste-t-il.

> Consulter l'analyse d'assiduité des parlementaires sur nosdeputes.fr (initiative indépendante de l'association Regards Citoyens)

À la question de savoir s’il appelle en particulier les sympathisants du Rassemblement National, 3ème grand parti en Haute-Loire, à confier leur bulletin à son profit, il répond : « J’appelle tous les électeurs, quelles que soient leurs sensibilités politiques, qui se retrouvent dans notre campagne, notre programme et notre équipe. Les gens nous connaissent. Ils sont au courant de mon action depuis 10 ans maintenant. S’ils apprécient mon travail, alors qu’ils viennent me soutenir dimanche 19 juin ».

« On a des territoires ruraux qui sont tellement fragiles que nous devons les défendre au-delà des clivages politiques. Je porte la voix de ces territoires ruraux à Paris, à l’Assemblée nationale, à tel point que le ministre m’a surnommé M. ruralité ». Jean-Pierre Vigier

« Je pense que c’est ça le détail le plus important finalement »

« L’ancrage territorial est notre principale valeur, appuie Jean-Pierre Vigier. Nous sommes des gens de la circonscription. On y vit, on y habite tout comme notre famille, on connaît les gens. Et eux me connaissent. Je pense que c’est ça le détail le plus important finalement. Nous sommes complètement connectés à cette terre et aux personnes qui y résident ».

« Nous sommes des élus de terrain. C’est l'un des points qui fait la différence avec les autres candidats qui eux sont beaucoup moins du terroir. » Corinne Bringer

« J’ai tout à fait le droit d’être député et conseiller régional »

Face à l’attaque de son adversaire de la Nupes, Azelma Sigaux, qui l’accuse de tromper les électeurs en utilisant sa double casquette de député et de conseiller régional, il rétorque : « Critiquer les autres n’est pas ma ligne de conduite. Mais j’ai tout à fait le droit d’être député et conseiller régional. Ce mandat est totalement complémentaire. Un député a une vision de son terrain, de sa circonscription, de ses problématiques... et des opérations à financer. Être conseiller régional, cela me permet de financer plus facilement les opérations au profit des secteurs ruraux de ma circonscription ».

Succès…

En guise de conclusion, il rappelle l’initiative positive qui a marqué sa législature précédente. « Mon action dont je suis le plus fier durant mon mandat de député entre 2017 et aujourd’hui est la poursuite des Zones de Revitalisation Rurale. Toute ma circonscription est en ZZR ce qui permet à un commerçant, à un artisan, à un professionnel de santé de bénéficier d’exonérations pour s’installer et développer son projet. »

...et regret

« Mon gros regret est de ne pas avoir réussi à faire passer une loi qui concerne le statut de parents protégés ayant des enfants gravement malades. C’est un vrai sujet que l'on on se doit de défendre ! Il est nécessaire que les parents concernés puissent être aux côtés de leurs enfants dans ce combat contre la maladie. Pour cela, il faut qu’ils soient accompagnés financièrement. Si je suis réélu, je me lancerai de nouveau bec et ongles dans cette bataille ».

> Consulter les programmes des candidats encore en lice au second tour des législatives

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire