Chantier du Val-Vert : des trottoirs trop larges

Par Nicolas Defay ven 04/11/2022 - 12:00 , Mise à jour le 04/11/2022 à 12:00

Jeudi 3 novembre, des riverains de l’Avenue du Val-Vert ont été surpris par les travaux effectués en haut de la voie. Alors que les trottoirs avaient été posés et le lit de gravier tassé et stabilisé à leurs côtés, des pelleteuses ont arraché les aménagements sur une trentaine de mètres. Explication.

La route du Val-Vert fait encore parler d’elle. Après la grogne des commerçants s’inquiétant de l’absence de stationnement et de l’étroitesse de la voie suite aux travaux toujours en cours, c’est le haut de l’axe qui pose maintenant question. D’après la description de la Ville, il est prévu tout le long de la route « un trottoir de 2 m de large côté bâtiments collectifs pour permettre aux habitants de se déplacer à pieds en toute sécurité y compris PMR ».

"Le projet d'aménagement retenu s'est appuyé sur une étude circulation qui a permis d'appuyer les choix de la collectivité en matière d'aménagement de l'avenue du Val-Vert. Le rendu de cette étude a fait l'objet en début d'année d'une restitution publique Salle Coluche. Par ailleurs, plusieurs temps d'échanges avec les habitants ont été organisé, et ceux ci leur ont été largement restitué (automne 2021 : déambulation dans le quartier avec les habitants et commerçants pour présenter site par site les aménagements à venir)

"Le constat principal sur le quartier est que les circulations piétonnes sont dangereuses et très difficiles sur le quartier"

L'aménagement de l'avenue du Val Vert prévoit :

  • une chaussée à double sens de 5.5m de large qui permet la circulation des véhicules légers et des bus dans les deux sens, sans pour autant en faire une voie rapide et que les véhicules ne prennent trop de vitesse
  • un large trottoir de 2 m de large côté bâtiments collectifs pour permettre aux habitants de se déplacer à pieds en toute sécurité (y compris PMR)
  • un trottoir de largeur variable côté maisons individuelles
  • quelques places de stationnement longitudinales lorsque l'emprise foncière le permet
  • la plantation d'arbres de haute tige le long de l'avenue

L'emprise de la chaussée, même si elle a été élargie par endroit ne permet pas d'autres solutions.

Côté stationnements

Pour maintenir l'offre de stationnements le long de l'avenue du Val Vert, une poche de stationnements de 14 places sera créé en lieu et place de la partie sablée du square Raffier, l'autre partie du square sera réaménagée en espace vert. Plus bas sur l'avenue au niveau de la place E Pebellier, une poche de stationnement de 15 stationnements a été créée et une autre poche de stationnement sera créé entre les bâtiments 60 et 108.

Parallèlement à ces poches de stationnement publiques, l'OPAC, par l'aménagement des abords de ses immeubles, va augmenter le nombre de stationnements sur son foncier".

Si l’aménagement avait bien été effectué conformément aux plans, une trentaine de mètres a subi un ravalement de dernière minute ce jeudi 3 novembre. Le trottoir de deux mètres de large s’avérera bien plus maigre à ces endroits là. Et dur sera alors pour les Personnes à Mobilité Réduite (PMR) ou les poussettes de s’aventurer sur les dernières mètres avant de déboucher dans l’Avenue Foch une fois le chantier terminé.

Photo par Nicolas Defay

En théorie, ça passe. Pas en situation réelle

Mais pourquoi défaire ce qui avait été fait ? D’après les explications données par Jean-Jacques Boulon, Directeur de l’aménagement et des services techniques, les essais de circulation en condition réelle n’ont pas donné satisfaction contrairement aux plans théoriques. Selon deux riverains rencontrés sur les lieux, la Ville a, en ce sens, invité des Tudip à passer par la route du Val-Vert aux alentours de 14 heures ce jeudi 3 novembre. Les imposants véhicules ont alors rencontré des difficultés pour se croiser, les roues piégées par le trottoir finalement trop large à certains endroits.

« Il sera rare que deux bus se croisent ici, exactement au même endroit et au même moment »

« Nous avons fait exprès de mettre en condition réelle les plus gros véhicules que cette voie aurait à supporter, indique le service de la Ville. Déjà, il sera rare que deux bus se croisent ici, exactement au même endroit et au même moment. D’autre part, il était prévu de faire ce genre d’essai et d’agir en fonction ».

Il rajoute : « Les trottoirs ont été ôtés pour être remis de façon à ce que cela ne gène pas la circulation routière. Il vaut mieux anticiper ainsi plutôt que d’être surpris une fois la voie ouverte à la circulation ».

Des ouvriers du BTP en train de vérifier les nouvelles cotes de l'avenue du Val-Vert.
Des ouvriers du BTP en train de vérifier les nouvelles cotes. Photo par Nicolas Defay

« L’avenir de ma boutique est extrêmement menacé »

Normalement, l’Avenue du Val-Vert devrait revoir ses 4 000 véhicules par jour dès le premier jour de décembre. Une date qu’attend avec impatience Gilles Béal, patron de Moto Velay. « Les travaux ont commencé le 17 juin, précise le commerçant. Devant chez nous, les engins de chantier ont débarqué au mois d’août. Et depuis, c’est une véritable hécatombe pour moi. L’avenir de ma boutique est extrêmement menacé ».

Les travaux handicapent profondément ses clients pour accéder à son commerce. Les places de stationnement ont également disparu. D’après lui, avant le chantier, c’était en moyenne une soixantaine de personnes qui venait dans son magasin chaque jour avec une quarantaine d’achats. « À présent, nous atteignons difficilement les vingt clients pour à peine cinq achats, déplore-t-il. Je suis contraint de mettre deux employés au chômage technique. Avec l’apprenti que j’ai formé pendant deux ans à la mécanique, nous avions signé un CDD de 6 mois. J’avais l’intention de l’embaucher définitivement. Malheureusement, ce n’est plus possible à présent. »

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

3 commentaires

st

ven 04/11/2022 - 18:28

Je passe dans cette rue à pied ou en vélo depuis de nombreuses années et je me réjouissais de l'élargissement des trottoirs mais encore une fois, comme toujours au Puy, on privilégie à nouveau la voiture. Dans toutes les villes, on limite leur présen en ville mais pas ici. Cette rue avec 2 écoles n'est pas adaptée à un trafic routier. Quant aux bus, vu leur fréquence de passage au Puy, on ne risque pas d'en voir se croiser dans cette rue. Concernant le magasin de motos, il a un grand parking derrière son magasin pour accueillir ses clients. Il est aussi possible de se garer dans la rue Loucheur ou Avenue Foch. Malheureusement, cela oblige ses clients (qui aiment bien se garer sur le trottoir devant le magasin) à marcher au moins 50 mètres... Des locaux sont vides à Chirel.

od

ven 04/11/2022 - 17:23

Je me permets d'apporter 3 commentaires :

Ces travaux durent longtemps !!!! et l'alternative de passer par la rue Jean Baudoin a ses limites. On se croise difficilement, la route est en très mauvais état.

Je plains ce commerçant de motos qui subit terriblement ces travaux et dont les clients ne pourraient plus s'approcher sur une place de stationnement supprimée qui auparavant ne gênait pas du tout !

Et ensuite, probablement pour donner suite aux sollicitations des riverains, il était envisagé d'élargir la route mais cela ne relève pas du bon sens ! quels sont les usagers les plus nombreux chaque jour : les piétons ou les véhicules ? La route n'appartient pas aux riverains ! elle accède à un grand quartier de commerces et à un centre commercial. Il faut pouvoir circuler !

ch

ven 04/11/2022 - 13:57

Et si , comme en certains endroits ultra marins de notre belle France, on utilisait un âne pour définir le bon tracé ? Cela éviterait de faire et de refaire avec des fonds publics qui ne sont pas limités !