Changement d'heure : est-ce toujours utile ?

Par Clara Serrano dim 31/03/2024 - 13:00 , Mise à jour le 31/03/2024 à 13:00

Vous avez été 1 338 à répondre à notre sondage au sujet du changement d'heure. 73 % le trouve inutile, alors que seul 20 % y tient encore. Mais alors s'il est si inutile, pourquoi a-t-il été mis en place, pourquoi est-il maintenu, et surtout, quels en sont les impacts ? 

C'est en 1975, dans un contexte de choc pétrolier, que le changement d'heure a été instauré. L'objectif, économiser les consommations d'énergie en décalant les activités humaines en fonction du mouvement du soleil et de la lune. Il permet ainsi de "gagner" des heures de lumière naturelle, et ainsi moins solliciter l'éclairage électrique. 

Cependant, selon EDF et le réseau de transport électrique régional, cet élément n'est plus valable. En effet, la majorité des éclairages étant aujourd'hui des éclairages led, la différence de consommation est "moindre". 

En effet, il semblerait que cette économie d'énergie s'élèverait à 0,5, voire 1 %. Une moindre mesure lorsque l'on connait les néfastes effets que ce changement d'heure peut entrainer sur la santé humaine. 

Les habitudes bouleversées, le corps aussi

Chaque année depuis 1975, nous y avons droit, ce n'est pas pour autant que notre organisme s'y habitue. Troubles du sommeil, augmentation du risque d'AVC : le changement d'heure demande un temps d'adaptation.

Pour certains médecins, le changement d'heure peut en effet s'avérer dangereux, notamment pour les personnes âgées ou les nouveaux nés. Particulièrement lorsque l'on passe de l'heure d'hiver à l'heure d'été. 

Un risque accru d'AVC

Cette théorie souligne que l'on "s'écarte" du rythme du soleil. Cela aurait pour impact de modifier l'heure de sécrétion de la mélatonine (hormone du sommeil sécrétée en moyenne aux alentours de 21 heures), entrainant l'apparition de troubles du sommeil. 

Par ailleurs, selon plusieurs études médicales, les AVC et les infarctus myocardes seraient plus nombreux après une modification du rythme de vie, due au changement d'heure. Pendant près d'un mois après ces changements d'heure, la consommation d'anxiolytiques augmenterait. 

Alors si un choix devrait être fait, il serait préférable, médicalement, de se rapprocher du rythme solaire, et donc de conserver l'heure d'hiver plutôt que celle d'été. 

Pas de suppression à l'horizon

Pour rappel, en mars 2019, les eurodéputés votaient pour un projet de directive supprimant le changement d'heure saisonnier.

La directive devait être adoptée par le Conseil fin 2020, puis transposée par les États membres. Cependant, en raison de la crise sanitaire liée à la covid-19, ce texte n’est plus à l’ordre du jour et ne devrait pas être discuté dans un avenir proche. Le changement d'heure été et hiver 2024 est conservé, et devrait l'être pour les années à venir. 

Une pratique universelle ? 

Les changements d'heure semestriels sont pratiqués dans l'ensemble de l'Union européenne, et sont ou ont été pratiqués dans de nombreux autres pays du monde entier.

Les États-Unis et le Canada le font par exemple, bien qu'à des dates différentes et avec quelques exceptions. En effet, certains États ou provinces ne l'appliquent pas (comme l'Arizona ou le Saskatchewan). Ailleurs dans le monde, le changement d'heure est aussi pratiqué en Nouvelle-Zélande, dans certaines régions d'Australie, ainsi que quelques pays du Proche-Orient (Liban, Israël) et d'Amérique du Sud (Paraguay, Chili). 

En Asie, en Amérique latine et en Afrique, la plupart des pays ont appliqué cette pratique par le passé, mais l'ont laissé tomber. 

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

2 commentaires

jc

lun 01/04/2024 - 06:59

passer à l'heure d'été c'est allumer 1 heure plus tôt un radiateur de 1500 w et retarder d'une heure l'éclairage d'une lampe de 9 w : bonjour les économies !

ph

dim 31/03/2024 - 18:43

Les politiciens professionnels   ne savent pas lire les scientifiques ; leur routine leur suffit .