C'est la reprise pour le Puy foot et ses recrues (VIDÉO)

ven 28/06/2019 - 17:01 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:57

Avec trois montées en neuf ans, le Puy foot 43 a radicalement changé de dimension en une décennie, passant de la DH (aujourd'hui R1) au championnat National, l'équivalent du troisième échelon national, soit le top 60 du foot français, pour une ville dont la taille la place, en terme de population, au 471ème rang seulement...
Un exploit donc pour le petit club de Haute-Loire dont l'équipe réserve, qui accède à la N3 cette saison, évoluera au-dessus de ce que faisait l'équipe fanion il y a encore quelques années. Il faut dire que le club s'est considérablement professionnalisé ces dernières années, comme en atteste le feu vert du gendarme financier de la DNCG (direction nationale du contrôle de gestion) cette semaine.

"Il ne faut pas oublier qu'on était en DH il y a pas si longtemps donc on va déjà essayer de se faire un nom en National"
C'est donc un bilan très respectable pour le président Christophe Gauthier, qui a parfois dû affronter le scepticisme de ses interlocuteurs lorsqu'il expliquait les ambitions qu'il nourrit pour ce club. Il voudrait même l'amener jusqu'à la Ligue 2, comme il l'a déjà répété plusieurs fois au micro de Zoomdici. Mais chaque chose en son temps : "on est un club presque inconnu en National donc on va déjà essayer de se faire un nom et bien sûr de se maintenir", répond le coach des ciel et blanc roland Vieira.
"On va avancer petit à petit et on peut toujours rêver de la Ligue 2, on peut l'ambitionner à terme", poursuit-il avant de tempérer : "mais il ne faut pas oublier qu'on était en DH il y a pas si longtemps donc on va déjà essayer de se faire un nom en National".

----Côté bizutage, il y a encore "le chant obligatoire dans les vestiaires ou un pot d'arrivée, mais on est loin de ce que j'ai pu connaître à mon époque", s'amuse Roland Vieira.
-----Pour créer une alchimie, outre la prépa, des petits déjeuners et des barbecues
Avec la bagatelle de six arrivées cette intersaison, le club a multiplié les efforts pour avoir toutes les cartes en main à l'aube de cette première saison en National. "On a essayé de travailler sur l'arrivée des joueurs", commente le coach vellave, "qu'ils correspondent à la mentalité du groupe et aux premières vues, on ne s'est pas trompé. C'est maintenant la création d'un nouveau groupe et l'osmose dépend toujours des résultats".
Pour tenter d'obtenir cette alchimie, "on définit des principes de jeu et on essaie d'intégrer tout le monde dedans et que tous les joueurs y croient", développe-t-il, "et puis on essaie de vivre ensemble, on fait des stages, des petits déjeuners, etc. mais ce sont souvent les joueurs, et surtout les résultats, qui font que ça prend vraiment". Un barbecue chez le Président serait également prévu au cours de l'été pour resserrer les liens entre les joueurs mais aussi avec les familles.

"Honnêtement, il y a un bon cadre pour travailler je pense"
Parmi les recrues, difficile de passer à côté de Baba Touré : il fait presque 2 mètres (1,95m) ! Pratique pour un défenseur central, et précieux pour les coups de pied arrêtés. Le championnant de National, il le connaît bien et du haut de ses 25 ans, ce sera déjà sa quatrième saison à ce niveau. 
Encore en appart-hôtel, il va déjà essayer de se trouver un appartement. "J'ai senti que le coach et le directeur sportif souhaitaient vraiment me faire venir, qu'ils connaissaient mes qualités et mes défauts et j'ai vu qu'ils souhaitaient vraiment me faire progresser, et ça, ça a vraiment pesé dans la balance", nous confie-t-il. Et ce n'est pas les travaux de la tribune Massot qui vont l'effrayer : "quand j'étais à Dunkerque, c'était pareil, le stade était en travaux donc ça va. J'ai vu que les terrains d'entraînement étaient pas mal, honnêtement, il y a un bon cadre pour travailler je pense".

----Pas d'autres renforts attendus
"On veut d'abord voir comment réagit le groupe et les affinités qui se créent", répond le technicien ponot, "il faut aussi attendre de voir s'il y a des pépins pendant la prépa mais sauf si on identifie un besoin, c'est un groupe qui ne devrait plus trop bouger".-----"Assurer le maintien le plus vite possible et après on pourra toujours se projeter"
Pour une première saison en National, "il vaut mieux s'assurer du maintien car souvent, entre ceux qui montent et ceux qui descendent, il y a cinq-six points à chaque fin de saison", raconte-t-il avec quatre saisons de recul en National, "donc la priorité, c'est d'assurer le maintien le plus vite possible et après on pourra toujours se projeter". 
Un objectif qu'il juge à la portée des Altiligériens, car "pour monter en National, c'est très très compliqué et il faut une belle équipe donc je pense qu'il y a de l'expérience, de très bons joueurs et avec les quelques recrues en plus, il y a moyen d'avoir un très joli groupe et de faire de belles choses".

Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire