Tous

Bains

Ce jeune boucher qui vise toujours plus haut

lun 26/02/2018 - 17:11 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:51

Ils sont deux. Deux jeunes de Haute-Loire à Paris, en ce moment. Ils vont se frotter aux meilleurs de leur discipline sur le Salon de l’agriculture.
Valentin Liabeuf tentera de décrocher le titre de Meilleur apprenti de France en charcuterie.
----La France ayant terminé 2ème l’an dernier, elle espère l’emporter, cette année, à la maison.-----De son côté, Gabin Benoit-Faisandier l’a obtenu, en boucherie, l’année dernière. Cette année, le jeune homme de 18 ans, originaire d’Arsac-en-Velay, s’attaque au concours international des jeunes bouchers ( moins de 25 ans).
Les deux sont coachés par Mickaël Chabanon, 35 ans. Il est boucher à Saint-Privat d’Allier et professeur à l’IFP 43 (Institut de Formation professionnelle) de Bains en appui de l’enseignant Christian Roux. Alors comment reconnaît-il une graine de champion ?

Mickaël Chabanon a donc vu une graine de champion en Gabin. C’est pour ça qu’il s’est proposé de devenir son maître d’apprentissage quand Gabin a validé son CAP après deux ans à la boucherie Transferme de Franck Gineys à Coubon. Son titre de Meilleur apprenti de France 2017 en poche, Gabin a demandé à postuler à la sélection du Concours international. « Il fallait que je trouve un patron assez indulgent qui me laisse m’entraîner régulièrement donc Mickaël est venu me voir ». Combien d'heures cela représente par semaine ? « Je ne compte pas », répond-il simplement.
Depuis la rentrée, Gabin officie donc à Saint-Privat d’Allier dans le cadre de son BP (brevet professionnel). « Mickaël me laisse de la marchandise pour que je m’entraîne. Parfois quand il n’y a personne à la boucherie, il me laisse les clés ». Et l’entourage de Gabin profite aussi de ses entraînements quand il ramène ses coupes à la maison.
Cette vocation pour la boucherie, Gabin l’a depuis son enfance.

Ces mardi 27 et mercredi 28 février 2018, Gabin va s’opposer à une douzaine de concurrents, venus de six pays européens (Allemagne, Autriche, Suisse, Grande-Bretagne, Finlande et France). Le jeune Altiligérien représentera la France en duo avec Benjamin Santoro, 17 ans, apprenti à la boucherie Bayle à La Grand-Croix, dans la Loire voisine.
Au programme, six épreuves pour un total de sept heures de concours, avec une journée à l’école nationale ----Le plat préféré de Gabin : « un bon biftek bien épais »
Son hobby : l’enduro moto
Il a grandi à Arsac-en-Velay, où son père élève des vaches Limousines.-----de la boucherie, à Paris, ce mardi et une journée d’apothéose sur le Salon de l’Agriculture mercredi sur le ring ovin.
Parmi les épreuves de Gabin, une cuisse de bœuf à désosser, un gigot d’agneau à transformer en entremets et bûches, ou encore une pièce de charcuterie dont la recette est tenue secrète !
Quand on demande à Gabin où il s’imagine dans une dizaine d’années, il répond sans hésiter : « J’aimerais bien être mon propre patron ».

Annabel Walker

Comment se porte la boucherie en Haute-Loire ?
Alors que la consommation de viande chute en France depuis près de 20 ans, à part la volaille, Mickaël Chabanon voit une clientèle de trentenaires revenir en boutique dans sa boucherie rurale de Saint-Privat d’Allier.

Mickaël Chabanon a lui-même gagné le titre de Meilleur apprenti boucher de France en 2000. Depuis 2004, il travaillait dans la boucherie de son père à Saint-Privat d’Allier. Il l’a reprise en 2008. Les spécialités de la boucherie Chabanon de Saint-Privat d’Allier : le bœuf Aubrac assez mûr en âge et le veau élevé sous la mère, « tendre et goûteux », de cinq éleveurs à 20km à la ronde autour de Saint-Privat.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire