Cambriolages : une légère baisse dans le département en 2018

jeu 28/02/2019 - 12:21 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:56

En 2017, le nombre de cambriolages avait augmenté de 15% par rapport à 2016, en zone gendarmerie. 740 faits avaient été recensés. En 2018, la tendance était à la baisse avec 680 cambriolages enregistrés. Selon le colonel Jean-Pierre Rabasté, commandant du groupement départemental de gendarmerie, plusieurs explications justifieraient cette baisse du nombre de cambriolages en Haute-Loire d'une année à l'autre : "de nombreuses opérations judiciaires ont été menées pour confondre des équipes de cambrioleurs qui ont permis de mettre fin à certains phénomènes sériels." Entre autres exemples, au mois de juin 2018, cinq individus soupçonnés d'être les auteurs de 39 de vols aggravés, vols de véhicules et de plaques d’immatriculation, d'incendies de véhicules et de vols simples au préjudice essentiellement d’établissements commerciaux, avaient été interpellés par les gendarmes. 

>> A lire aussi : Sept personnes interpellées pour braquages et séquestrations (10/04/2018)


(Le colonel Jean-Pierre Rabasté, commandant du groupement départemental de gendarmerie. Photo DR/S.Ma)

Et puis, toujours pour expliquer cette tendance à la baisse pour l'année 2018, le colonel ajoute : "on peut également prendre en compte les opérations Tranquillité Vacances qui commencent à bien fonctionner et la PSQ (Police de Sécurité du Quotidien, Ndlr) qui permet de diffuser des messages de prévention et une présence plus visible des gendarmes dans les villages." Ce à quoi s'ajoute le développement des protocoles de Participation citoyenne, dont le dernier a été signé à Saint-Germain-Laprade à la fin du mois de janvier. Des dispositifs essentiels pour le commandant du groupement départemental de gendarmerie car "en plus du traumatisme subi par les victimes, un sentiment d'insécurité se crée à l'échelle de tout un quartier.
----Vols à main armée
En 2018, deux vols à main armée ont été recensés. Trois faits ont été commis en ce début d'année 2019, dans l'Yssingelais sur trois commerces différents (une boulangerie, un salon de coiffure et un bureau-tabac). Trois personnes ont été interpellées, mises en examen et placées en détention provisoire. L'enquête est toujours en cours.-----Argent et bijoux, les principales cibles
En Haute-Loire, 55% des cambriolages concernent les résidences principales, 25% les commerces et 15% les résidences secondaires. Les 5% restants concernent des cabanes de jardins, des granges de fermes etc. Les cibles principales des cambrioleurs sont l'argent et les bijoux. "Tout ce qui se monnaie facilement. Tous les appareils hifi ou électroniques sont plus difficiles à écouler et n'ont plus la même valeur. Dans les commerces, ce sont bien sûr les fonds de caisse, ainsi que les cigarettes et l'alcool", précise le colonel Rabasté.
Des cambrioleurs locaux et itinérants
Deux types de publics opérent sur le territoire. Les cambrioleurs locaux "essentiellement pour faire face à un besoin, pour acheter des stupéfiants." Comme dans tout autre département, la Haute-Loire n'échappe pas au phénomène de délinquance itinérante avec des équipes "qui en une soirée, en une journée ou une semaine écument tout un secteur". Une itinérance facilitée en termes d'accès et de fuite par la proximité de l'A75 et la traversée des RN 102 et 88. Trois secteurs sont ainsi principalement touchés et en premier lieu l'Yssingelais où ont été commis 50% des cambriolages en 2018 , suivi de l'arrondissement du Puy et notamment au nord, et du Brivadois.
34 cambriolages au mois de février 2019
Depuis le début de l'année 2019, la tendance repart à la hausse, avec pour le seul mois de février, 34 cambriolages recensés sur le département, toujours en zone gendarmerie, soit +7% par rapport à ce même mois en 2018. Une augmentation notamment concentrée sur l'arrondissement du Puy-en-Velay. Mais selon le colonel Rabasté, les faits n'auraient pas forcément tous été commis au mois de février. Certains, ceux qui concernent les résidences secondaires, ont pu être effectués avant et constatés qu'au moment des vacances.
Stéphanie Marin 

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire