Brioude : condamnés pour avoir voulu organiser un mariage blanc

mar 05/05/2015 - 21:10 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:34

L'homme mis en cause, âgé de 30 ans, est originaire du Maroc et c'est pour cette raison qu'il n'est pas présent à l'audience de ce mardi 6 mai 2015. N'étant autorisé à rester qu’une durée de trois mois consécutifs en France, il faisait des allers-retours régulièrement. Hébergé chez une amie, il rencontre la jeune Brivadoise, mère de deux enfants de 2 et 4 ans.

Une dot à verser ?
La jeune femme aurait proposé de se marier pour éviter tout ces va et vient. L’homme a déclaré dans sa déposition, avoir voulu se marier puisque sa conjointe « voulait quelqu’un de stable ».
« Il était également question d’une dot », explique le président du tribunal, André-Frédéric Delay. L'avocate de la Défense précise : « Le père de ma cliente a parlé de dot parce qu'il savait qu'au Maroc, c'est une tradition. »

Le père va vérifier par lui-même
Les doutes proviennent du maire de Brioude qui s’étonne de voir un témoin partir au Maroc et se désister. Le père de l’intéressé a choisi de le remplacer. Lui même, surpris par la nouvelle de cette union, a été vérifier par lui même à la mairie parce qu’il croyait à une plaisanterie. « Les parents étaient interloqués puisqu’ils pensaient leur fille engagée dans une autre relation », détaille le président.

Murée dans son silence
Gênée au moment de s’expliquer, la jeune femme baisse la tête et ses mains se crispent : « Je n’ai rien à dire. » Sans la moindre explication, le procureur a donc requis une amende de 600 euros avec sursis à l’encontre de la jeune femme et une interdiction de territoire français pour le trentenaire. Du côté de la défense de la jeune femme, « son seul tort, c’est d’aimer un étranger ». La relaxe est demandée.
Les réquisitions du procureur ont été suivies par le tribunal. 

E.J. 

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire