Bonheur et applaudissements au théâtre municipal du Puy

ven 06/11/2015 - 09:52 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:37

Layla Metssitane a fait partie de ces jeunes femmes à avoir succombé aux charmes de la littérature d’Amélie Nothomb dans les années 2000, et plus particulièrement à Stupeur et tremblements, roman paru en 1999 et récompensé par le grand prix de l’Académie Française.
La jeune metteur en scène dit avoir été touché par trois choses chez l’écrivain : son humour, son regard sur les femmes et sa vision du monde du travail au Japon.

L’auteur figure comme une ombre sur scène
Dans une ambiance intimiste, l’auteur figure comme une ombre sur scène, par le biais d’un grand valet sur lequel repose une veste longue noire comme Amélie Nothomb en porte toujours lors de ses apparitions médiatiques.
A la fin de la représentation, la comédienne Layla Metssitane salue d’ailleurs avec enthousiasme la silhouette qui l’a inspirée pour cette œuvre.

Un hymne à la rencontre des cultures
Et quelle œuvre ! La comédienne  choisit d’en faire un hymne à la rencontre des cultures, de tout horizon, puisqu’outre le Japon et l’Occident, on voit aussi apparaître ses origines marocaines : elle commence et finit entièrement voilée, en ayant pris soin de montrer tout le processus qui conduit à cacher ainsi son visage avec un niqab, avant de se transformer en une impressionnante geisha.

Une descente aux enfers
Et pendant 75 mn, elle fait vivre avec énergie le personnage du roman, qui tombe lentement dans la déchéance et passe du statut d’interprète à celui de dame-pipi, parce qu’elle ne maîtrise pas la rigueur et le protocole à appliquer obligatoirement pour une jeune femme dans une entreprise japonaise.

Un pari réussi
On rit, et on reste toujours attentif grâce au travail de Layla Metssitane, qui tient en haleine son public par une gestuelle et surtout des expressions extrêmement travaillées et maîtrisées. Sa chevelure extraordinaire contribue aussi à envoûter un public qui est sorti du théâtre très enthousiaste.
« Tenir tout un spectacle à bout de bras comme elle le fait, c’est vraiment extraordinaire, nous confie une spectatrice au terme de la représentation, ça n’est jamais facile d’adapter un best-seller aussi connu, et là, elle réussit vraiment son pari ».

Echange fructueux avec le public au terme de la pièce
Très disponible, l’artiste a chaleureusement remercié son public et a proposé après le spectacle un échange fructueux avec la salle, en particulier avec les jeunes scolaires venus avec leurs professeurs, dans lequel elle a fait part de son travail d’adaptation, d’interprétation et de mise en scène.

M.V. 

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire