Beaucoup d'émotions pour les derniers voeux de Laurent Wauquiez au Puy

mer 20/01/2016 - 17:39 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:38

Laurent Wauquiez a reconnu dans ses voeux "cette année une émotion toute particulière". Il est effectivement rare de le voir notes à la main en pareille occasion, et la voix était parfois tremblante, alors qu'il est maire du Puy-en-Velay depuis déjà huit ans. Devant plusieurs milliers de personnes ce mardi 19 janvier 2016, au gymnase Massot, il a déclaré : "ce n'est pas un adieu, ni même un au revoir. Je reste à vos côtés".
Sa famille va rester au Puy et un nouveau maire sera choisi. Mais on ne sait toujours pas qui, ni quand. "Je passe le témoin mais je ne vous quitte pas. Je ne vous quitte pas parce que les liens qui nous unissent sont les liens du coeur", a-t-il ajouté. 

Pour l'instant, il échappe au non cumul des mandats
L'émotion était palpable car en effet, il s'agit (normalement) de ses derniers voeux en tant que maire du Puy, la loi sur le non cumul des mandats l'obligeant à quitter une présidence d'exécutif entre la Ville du Puy et la Région. Et entre 20 000 administrés et 7,7 millions, il avait annoncé lors de sa campagne régionale quitter la mairie du Puy en cas de victoire (lire).
Mais pour l'instant, Laurent Wauquiez s'accroche à ces deux mandats car il échappe de façon provisoire à la loi : des recours en justice quant à son élection régionale sont en cours, et ils sont suspensifs, le temps qu'ils soient purgés. Il peut donc choisir de démissionner ou de rester maire encore plusieurs mois, le temps que le Conseil d'Etat valide (ou non) le scrutin. Rappelons au passage que Laurent Wauquiez est toujours maître des requêtes au conseil d'Etat, depuis 2004.

Un recours de son propre camp ?!
Le problème, c'est qu'aucun parti politique ne reconnaît ces recours. Ni le PS, ni le FN (pour ne citer que ceux qui se sont maintenus au second tour face à lui). "Les requérants sont des inconnus, de simples citoyens", relate France Bleu, dans un article (lire) où la rédaction est parvenue à joindre une requérante, qui leur raccroche au nez.
Tout laisse donc à penser que le recours pourrait venir du camp de Laurent Wauquiez, qui avait même, selon nos informations, avancé l'idée avant le premier tour pour justifier une présence au Puy prolongée. De plus, aucun adversaire n'aurait eu intérêt à le faire...

L'emploi : "préoccupation majeure pour nous et nos enfants"
Mais revenons à nos moutons : comme chaque année, le maire du Puy a tenu à mettre l'accent sur un aspect de sa politique et il a choisi l'emploi, car "c'est la préoccupation majeure de chacun, pour nous et nos enfants". C'était donc pour Laurent Wauquiez l'occasion de rappeler l'implantation future d'une champignonnière de 2,5 hectares sur la zone industrielle de Chaspuzac (lire). Une centaine d'emplois devrait être à la clef. Une semaine plus tôt, on avait également appris la reprise des Tanneries par Hermès (lire), "l'aboutissement pour moi d'années de travail". Là encore, une centaine d'emplois devrait être préservée. "Je voudrais rendre hommage à ceux qui créent de l'emploi sur notre territoire", a ajouté le député.
Autres personnalités mises en avant : Antoine Wassner, "exemple d'entrepreneurs ponots attachés à faire rayonner le nom du Puy dans le monde, et j'ai déjà prévenu toutes les cantines de la région qu'elles allaient manger régulièrement des lentilles du Puy", la maroquinerie du Puy, "une vraie fierté avec comme ambition de positionner notre territoire dans les métiers de luxe", ou encore Open Studio et Maskott, qui ont "porté les couleurs du Puy" au CES de Las Vegas (lire). "Je vous avais promis que l'emploi serait notre priorité", a-t-il conclu, "dans une période difficile et en trois ans, nous avons implanté 400 emplois sur notre territoire". 

De la place de la Libération au Val Vert, les projets à venir
Alors qu'il doit quitter son mandat de maire dans l'année, il a dressé un bilan et s'est félicité : "nous sommes aujourd'hui une des très rares villes de France qui, pour la troisième année consécutive, n'a pas augmenté ses impôts". Idem pour la popualtion municipale, "qui a augmenté, alors que nous perdions des habitants depuis des dizaines d'années". Il a aussi fait référence au volet urbanisme : "nos rues reprennent de l'allure", en référence aux rues Vibert, Raphaël et du Collège, sans oublier le musée Crozatier, "si beau de nuit dans son habit de lumière".
Et les projets continuent : "dans l'année à venir, nous allons lancer la rénovation de la place de la Libération", avec un nouveau parking, mais aussi la rénovation de l'église des Carmes (lire) ou du quartier du Val Vert. Citons également le parcours escalarbre au-dessus de Roche Arnaud et l'amélioration des villages d'Ours, Mons, Taulhac et Le Riou.

Premier magistrat de la commune depuis mars 2008, Laurent Wauquiez a probablement prononcé ses derniers voeux aux Ponots ce lundi soir. Mais il promet de rester concerné par le bassin du Puy, où il a pris son envol politique, et assure : "plus que jamais, la région va nous aider, et faites-moi confiance, ça va se voir. La région va aider le Puy, elle va aider l'agglomération, elle va aider la Haute-Loire parce que nous le méritons".

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire