Beaucoup de monde à la Foire de la Toussaint du Puy mais…

Par Nicolas Defay mer 02/11/2022 - 16:00 , Mise à jour le 02/11/2022 à 16:00

...mais « les gens se baladent plus qu’ils n’achètent », confient plusieurs commerçants parmi les 300 stands présents ce mercredi 2 novembre au Puy-en-Velay. Quelques mots et beaucoup de photos pour revenir sur cet événement phare de la ville.

Du soleil. Une température idéale. Plus de 300 étalages aussi divers que variés. Des milliers de gens…Tout est réuni pour que les vendeurs écoulent, heureux, une grande partie de leur stock en cette traditionnelle Foire de la Toussaint au Puy-en-Velay. Tout sauf peut-être le pouvoir d’achat. « J’ai divisé par deux mon budget pour l’occasion, partage Johanna, une habitante ponote. D’habitude, j’en profite pour m’équiper en chaussures, en habits ou parfois avec des ustensiles de cuisines. Mais je trouve que les prix sont trop élevés ». Elle repartira simplement avec un sac plastique jaune rempli de Twix et autres Snickers ».

Des visiteurs fans de barres chocolatées.
Des visiteurs fans de barres chocolatées. Photo par Nicolas Defay

« Ici, les acheteurs marchandent énormément ! Trop ! »

Arabjian, une commerçante retraitée de 76 ans, est présente pour aider sa fille sur son stand de linges de maison et de textiles. « Les gens se baladent plus qu’ils n’achètent, admet-elle. Mais je ne pense pas que le pouvoir d’achat est la seule cause des mauvaises affaires ».

Cette native de Montbrison explique : « Nous faisons beaucoup de marchés et de foires dans la grande Région. Cela fait maintenant 12 ans que nous tenons un stand à celle de la Toussaint au Puy. Ici, c’est très particulier par rapport aux autres comme à Bas-en-Basset ou à Saint-Galmier. Ici, les acheteurs marchandent énormément ! Trop ! Et souvent nous ne pouvons accepter ce qu’ils nous demandent. »

Arabjian est dans la vente de textile depuis 1971. Photo par Nicolas Defay

« Je me rattrape ensuite durant les autres foires comme à celle de Saint-Bonnet-le-Froid »

Un autre commerçant souhaitant rester anonyme, boulanger de profession, ajoute : « Je fais le même constat. Je vends peu ici contrairement aux foires et aux marchés ardéchois. Les gens sont plutôt là pour se promener. De mon côté, je loue quand-même une place chaque année au Puy pour au moins montrer les fromages, les saucissons et les pains tous d’artisans locaux. Et je me rattrape ensuite durant les autres foires comme à celle de Saint-Bonnet-le-Froid qui a lieu les 5 et 6 novembre prochain ».

Les mêmes sons de cloches proviendront d’autres vendeurs, déçus en cette fin de première partie de journée, mais pas surpris non plus.

Uniquement des produits locaux proposés par ce boulanger. Photo par Nicolas Defay

La Foire de la Toussaint, c’est aussi tout ça

Des plats colorés d’olives luisantes. Des cannelés géométriquement disposés. Des kilos de bonbons à hauteur des jeunes visages. Des odeurs de charcuterie, de châtaignes grillées et des tommes de fromages. Le bruit des noix qui s’entrechoquent dans les sacs en papier. Les vendeurs les moins timides qui animent l’endroit à grands coups de « C’est cadeau ! » ou de « Vous n’en aurez pas un, ni deux, ni trois. Mais cinq pour le même prix, messieurs dames ! ». La Foire, c’est aussi tout ça. Une émulsion de sensation qui, même si le porte-monnaie n’est pas forcément à la hauteur, contribue à faire battre à sa façon le cœur de la cité pavée.

Photo par Nicolas Defay

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

1 commentaire

ga

mer 02/11/2022 - 19:47

"Les gens se baladent plus qu'ils n'achètent." ---> Et bien, c'est une TRES BONNE NOUVELLE. On commence à comprendre que consommer simplement ce dont on a besoin et partager du lien social apporte bien davantage de bonheur que de vider son portemonnaie pour des bougies parfumées ou des ballons de baudruche. Ce qui serait désespérant ce serait de voir le monde continuer d'acheter plus qu'ils ne se balade, n'en déplaise aux marchands de futilités, qui trouveront je suis sûr d'autres façons progressistes de gagner leur vie.