Bassin du Puy-en-Velay : Quels sont les métiers qui recrutent ?

jeu 26/04/2018 - 18:43 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:52

A l’issue d’une enquête menée en novembre et décembre 2017, l’agence du Pôle Emploi Le Puy-en-Velay a dressé un état des lieux des besoins en main-d’œuvre des entreprises et des collectivités du Bassin du Puy-en-Velay. Un quart des personnes interrogées ont répondu à cette enquête, et ont fait part d’un besoin de 2 677 projets de recrutement sur l’année 2018. Soit une augmentation de 16 % par rapport à 2016, et de 5,3 % sur un an.

Le top 10 des métiers les plus recherchés
Sur le Bassin du Puy-en-Velay, la première place du Top 10 des métiers (non-saisonniers) les plus recherchés par les entreprises en 2018, est attribuée à l’aide à domicile, à l'aide ménagère etc. Juste après, on retrouve le métier de secrétaire bureautique, suivi des artistes et professeurs d’art. Les métiers liés à la restauration s’approprient la quatrième place devant ceux liés au textile et au cuir. Des ouvriers non qualifiés du gros œuvre du bâtiment, de l’emballage et manutentionnaires ainsi que des travaux publics sont également recherchés sur le territoire. Les commerciaux et les conducteurs routiers et grands routiers arrivent en neuvième et dixième place.

Des entreprises en difficulté pour le recrutement
50 % des entreprises interrogées estiment qu’elles vont avoir des difficultés à trouver des candidats pour les postes proposés. Cela concerne principalement les secteurs d’aides et services à la personne, de l’hébergement et la restauration ainsi que du transport. Pourquoi ? Parce que ces métiers souffrent généralement d’une mauvaise image, même si parfois elle est erronée. Parce qu'il peut y avoir un manque de formation concernant certaines compétences requises ou encore parce que certaines candidatures sont jugées inadéquates par manque de motivation ou de compétences.   

----L’emploi sur le Bassin du Puy-en-Velay en 2017
5127 retours à l’emploi,
3100 postes satisfaits sur le Pôle Emploi du Puy, soit plus de 90 % des offres déposées, et dans un délai moyen de 35 jours,
1 % d’offres non-satisfaites par manque de candidats sur le Bassin du Puy.-----Des outils pour aider les entreprises
« Cette année, nous avons accentué nos actions pour justement faire découvrir ces métiers de secteurs activités en tension » a précisé Patrick Vassal, directeur de l’agence Pôle Emploi Le Puy-en-Velay. Entre autres outils numériques (site internet et applications), des opérations sur le thème de la restauration, de l’industrie, de l’aide à la personne, de la maroquinerie (thème très local) etc, sont organisées tout au long de l'année par l’antenne ponote de l’opérateur du service de l’emploi. Le but étant de rapprocher les employeurs des candidats pour mieux faire connaître les métiers, leur évolution et leurs avantages qui peuvent parfois compenser leurs inconvénients.

Encore faut-il jouer le jeu !
Patrick Vassal ne se plaint visiblement pas du taux de participation des entreprises comme des candidats à chacune des actions organisées. Toutefois, nous avions relevé qu’à l’occasion de la Semaine (régionale) du Transports Logistique pilotée par l’AFT, accompagnée entre autres par Pôle Emploi, une seule entreprise altiligérienne avait joué le jeu : les Transports Archer. Pire encore, aucun candidat ne s’était inscrit pour participer à une journée d’immersion dans ses locaux dans la zone industrielle Laprade à Saint-Germain-Laprade. Si personne ne joue le jeu, à quoi bon !

Si aucune explication ne nous a été donnée à ce sujet, le directeur du Pôle Emploi du Puy, annonce qu’il organisera à la fin mai, sa Semaine du Transport Logistique, pour répondre aux besoins des entreprises, charge à ces dernières de les transmettre. "C'est bien de dire qu'on a des besoins, mais encore faut-il les identifier et nous les faire parvenir" conclue le directeur de Pôle Emploi. 

Les diplômes ne sont plus la clé
« Les habitudes ont la tête dure" lance Patrick Vassal suggérant l'idée que les entreprises chercheraient encore des diplômes plus que des expériences. Voilà l’une des raisons qui expliquerait les difficultés que rencontrent les recruteurs pour satisfaire leur besoin en matière de main-d’oeuvre. Le schéma de recrutement classique serait devenu presque obsolète. Les compétences et l’habileté surpasseraient les diplômes. Preuve en est, Pôle Emploi encourage les entreprises à procéder à la recherche de candidats via des dispositifs axés sur l’immersion professionnelle, le recrutement par compétences ou encore le test d’habileté.

Stéphanie Marin

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire