Austérité : entre 300 et 700 manifestants ce jeudi au Puy

ven 17/10/2014 - 13:43 , Mise à jour le 27/11/2020 à 05:53

700 selon les syndicats, 300 selon la préfecture... Le grand écart traditionnel pour la manifestation contre l'austérité ce jeudi 16 octobre 2014, au Puy-en-Velay. Parmi la foule, massée place Cadelade avant le départ du cortège, des salariés du privé comme ceux de Guérin plastiques de Sainte-Sigolène, des professions médicales comme les agents de l'hôpital privé Sainte-Marie, actuellement en conflit avec leur direction dénonçant de sous-effectifs, ou encore des retraités, eux qui avaient promis de se joindre au mouvement après leur propre manifestation le 30 septembre dernier.

1€ de plus par heure
Tous s'étaient donné rendez-vous à l'appel de la CGT, FSU et Solidaires pour dénoncer le projet de loi de financement de la sécurité sociale, dont l'examen débutait ce jeudi à l'Assemblée nationale, mais aussi pour protester contre le pacte de responsabilité avec ses conséquences sur la sécurité sociale, les emplois, les salaires et la protection sociale.
Parmi les revendications, l'augmentation des salaires d'1€ de plus par heure, l'arrêt des licenciements ou encore la revalorisation des pensions, retraites et minima sociaux, comme l'explique Alain Eyraud, secrétaire départemental de la CGT43.

{{audio}}

Le cortège a défilé de la place Cadelade à la place du Breuil, où une délégation a été reçue en préfecture.

Annabel Walker

  • Réduction des aides familiales

Les aides versées aux familles ne seront plus basées sur le nombre d'enfants, mais sur le revenu. La mesure, votée ce jeudi 16 octobre 2014 à l'Assemblée nationale, doit prendre effet en 2015 et doit permettre à l'Etat d'économiser 800 millions d'euros par an. Les allocations seront alors divisées par deux pour une famille qui touche plus de 6 000 euros par mois et par quatre pour un foyer qui touche plus 8 000 euros. Sur son compte Twitter, le député-maire du Puy commente. Selon Laurent Wauquiez, « Le gouvernement mutile la politique familiale : c'est un grand gâchis pour la République et une insulte pour l'avenir ».

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire