Apprendre toujours et partout avec le festival des solidarités

Par Clara Duchêne mer 10/11/2021 - 06:30 , Mise à jour le 10/11/2021 à 06:30

Mettre en évidence la solidarité d’ici et de là-bas, c’est leur idée.

Celle d’un collectif local qui regroupe plusieurs associations et ce, depuis maintenant 18 ans.

Le Secours Catholique, la Ligue de Protection des Oiseaux, les scouts et guides de France, mais aussi Emmaüs, Biocoop, l’association les Jeunes pousses, les Amy du Sénegal et enfin Wayruru et Croisement de réseaux qui ont rejoint le collectif cette année sont autant d’associations qui défendent leur cause et qui œuvrent ensemble pour le festival des solidarités.

 

Le collectif du Festi'Sol, c’est l’union de plusieurs associations ponotes engagées chacune pour leur cause, mais aussi de personnes qui agissent à titre individuel. Au niveau international, national et local, c’est la solidarité qui est sous les projecteurs.

"La solidarité d’ici et de là-bas"

En partenariat avec le festival Alimenterre et le Festi’Sol national, le collectif veut montrer la solidarité sous différentes facettes avec plusieurs animations. Voici un communiqué du collectif du festival des solidarités national :

"Lancé il y a plus de vingt ans, Festival des Solidarités est un rendez-vous international pour promouvoir et célébrer une solidarité ouverte au monde et aux autres. Chaque année en novembre, des associations, collectivités, établissements scolaires, structures socio-culturelles, acteurs d'économie sociale, groupes de citoyen.ne.s, etc. organisent plus de 4 400 animations conviviales et engagées pour donner aux citoyen.ne.s de tout âge l'envie d’agir pour un monde juste, solidaire et durable. L’édition 2021 se déroulera du vendredi 12 au dimanche 28 novembre. Les animations ont lieu partout en France, mais aussi dans d'autres pays : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d'Ivoire, Congo, Guinée, République Centrafricaine, Togo...Le Festival des Solidarités est un projet porté par le CRID (Centre de Recherche et d'Information pour le Développement)"

 

 

Collectif du Festi'Sol Photo par Collectif festi'Sol

ZoomDici est allé à la rencontre de membres du collectif du Puy-en-Velay.

"C’est le festival des solidarités. C’est ça qui est bien, chacun ne tire pas la couette de son côté. On est ensemble. Ce sont des associations fidèles. Chacun donne ce qu’il a." s'enthousiasme une des bénévoles.

Il y a 18ans…

Le premier collectif de Festi'Sol de Haute-Loire a vu le jour en 2003. "Depuis, on l’a relayé chaque année, même l’année dernière !" se réjouit la même bénévole. Elle poursuit : "C’était en visio, mais les professionnels et intervenants de tout bord ont quand même pu intervenir."

 "Il y a un vrai échange et une vraie communication. Moi j’appelle ça un vrai soutien."  

Du cote des financement, là aussi la solidarité rayonne. "On a bien été soutenu financièrement, notamment par le collectif régional (Resacoop). Meme au niveau national, le CRID (Centre de Recherche et d’Information pour le Développement), on a été soutenu. C’est un vrai coup de pouce. Ces fonds servent à l’octroiement de moyens pour faire des visios, au financement de l’ensemble des intervenants, de la maquette d’affiche." Une fois le projet validé, le collectif peut faire une demande de subventions auprès du collectif national. "Cette année, on a eu la quasi totalité du budget qu'on avait demandé" se réjouit la fidèle bénévole. Au départ bénévole avec Artisans du Monde, elle est aujourd’hui bénévole au FestiSol en tant que sympathisante de toutes les associations.

"Apprendre toujours et partout"

C'est le thème choisi cette année par les membres du collectif. Depuis 2003, chaque édition du festival présente un thème différent. Au moment où l’urgence climatique est plus que jamais mise sur le devant de la scène, c’est l’éducation à la nature et à l’environnement auprès des jeunes qui a été choisi pour cette édition 2021.

Ateliers des éditions précédentes Photo par Collectif festi'Sol

Le principe "d’école buissonnière" ou l'éducation autrement 

Selon la bénévole rencontrée, l'éducation est à voir ici sous un autre oeil que celui des  livres : "C'est la manière dont on apprend les uns les autres, mais aussi comment on apprend de l’autre, de nos voyages, de nos rencontres, de la confrontation à l’autre. Ce n’est pas le savoir des livres, c’est le partage des recettes des uns et des autres. Ce n’est pas sur la nature, c’est voir comment on s’apprend mutuellement, comment on peut préparer le gouter avec des choses ramassées dans la nature par exemple."

À la question concernant le choix du thème, les bénévoles du collectif répondent que cela dépend d'abord des disponibilités des associations. "Même si les thèmes ont évolué depuis le début du FestiSol, on pourrait reprendre plusieurs fois les mêmes." constate la bénévole. Elle poursuit :

"D’ailleurs, c’est peut être une triste remarque, parce qu’on a toujours les memes problématiques, mais avec plus d’acuité "

Un festival pour donner envie de s’engager

Et c’est justement pour agir "goutte d'eau après goutte d'eau", à l’image du colibri de Pierre Rabhi, que le festival existe.

extrait de la légende amérindienne racontée par pierre rabhi : 

"Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : "Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! " Et le colibri lui répondit : "Je le sais, mais je fais ma part.""

Extrait à retrouver ici.

 

À la question de l'impact du festival sur l'engagement associatif du public, la bénévole rencontrée se dit optimiste : "Moi je suis optimiste surtout avec les nouvelles générations" elle poursuit : "moi j’ai confiance en cette génération, je pense que les jeunes font vraiment des choses." Faire participer tout le monde et donner l’envie de s’engager. Ce sont les mots d’ordre du festival des solidarités. Les ateliers participatifs inviteront petits et grands à composer ensemble. 

 

 

 

"On veut avant tout quelque chose de vivant, de festif. Le festival est accessible a tous. Toutes les propositions sont gratuites. Seule la projection-débat au cinéma le Dyke coutera 5 euros"

La fervente bénévole qui oeuvre pour toutes les formes de solidarités termine : "C’est aussi ça, l’idée du Festisol : donner des moyens concrets de s’engager, d’agir."

Les 18, 19 et 20 novembre 2021.

Le JEUDI 18 NOVEMBRE : Les festivités débuteront au ciné Dyke avec la projection du film Douce France, à 20h30 suivi d’un débat avec le Festival Alimenterre Urbanisation des terres en vue d’un parc de loisirs : Trois lycéens enquêtent… 5 euros

Le VENDREDI 19 NOVEMBRE à 18h30 à la bibliothèque du Puy-en-Velay : Spectacle en papier découpé "Frontières" par la Cie de l'Ombrage, à partir de 8 ans. Gratuit - Réservation auprès de la Bibliothèque

Le SAMEDI 20 NOVEMBRE de 14h à 18h à la Maison Pour Tous de Chadrac. Après-midi d’animations et de rencontres festives :

14h : Vidéo d’Amy Sénégal et débat en direct du Sénégal

14h-16h : Découverte des plantes et préparation du goûter

14h30-16h : Ateliers créatifs : Élaboration d'une fresque collective grand format à partir d'une valise à histoire Fabrication de bijoux/petites flûtes d’Amérique du Sud avec Wayruru. Pistes pour agir avec des associations (envoi de cartes avec Croisement des réseaux…)

 16h Film « Le paradoxe de la faim »

 16h30-17h : Gouter - présentation des créations des élèves La Calandrette par les artistes eux-mêmes

 17h-17h30 : Concert Chucao

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés